Bonsoir à tous, 

Ce matin j'avais du temps et j'ai décidé d'aller un peu plus loin que d'habitude et je suis resté dans le tramway : je ne suis pas descendu à Commerce. Envie de changer, et de partir à la rencontre des inconnus du Nord de Nantes, moi qui suis plutôt Sud Loire. Bref, je suis allé à Beauséjour, j'y essuie alors quelques refus et je reprends le tramway en revenant un peu sur mes pas. Je descends par hasard à l'arrêt Sainte-Thérèse et j'attends. Un homme passe devant moi, sa cigarette roulée à la main, je décide de l'aborder : il accepte.

Je vous présente Loca, 39 ans.

Dans la vie Loca est vendeur dans une boutique "réputée" de musique : " Si j'aime mon job ? Carrément, 10 ans que j'y travaille ! J'aime conseiller les gens, cette relation avec les clients qui, comme moi, sont passionnés par la musique ; j'aime conseiller, et c'est une boutique renommée donc ils viennent de loin. Chez nous ça brasse énormément de monde que ce soit du professionnel ou de l'amateur : je m'occupe du 'corner' Home Studio, Dj et Sono. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le conseil : il faut savoir s'adapter, écouter, renseigner et surtout essayer de fidéliser le client. Après j'avoue c'est pas vraiment compliqué de fidéliser dans une telle boutique, la renommée fait pas mal de boulot. Oui tu peux le dire c'est un lieu mythique ! Mais comme je te l'ai dit, ça fait 10 ans que j'y travaille et j'y prends toujours autant de plaisir. "

Il aime : " Les choses simple comme mes chats, ma maison, faire de la musique, les vacances au soleil, mais si il y a un truc que j'aime plus que tout c'est passer du temps avec ma nana ! " 

Il n'aime pas la courgette spaghetti, les inégalités : " Un instrument que je n'aime pas ? La bombarde, ce truc fait trop de bruit, c'est insupportable ! " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui ! Ce qui me rend heureux ? L'Amour, c'est pour moi la chose la plus importante. "

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Kurt Cobain, ça a été la révélation musicale quand j'avais 16 ans, j'ai eu la chance de les voir en concert au moment de l'album 'IN UTERO' : un truc de fou ! "

Le mot de la fin ? 
" Bonne journée, je suis content de t'avoir rencontré et ça m'a réveillé de parler avec toi, c'est cool ça me met de bonne humeur. " 

Merci Loca et au plaisir de te croiser dans ton shop ou à une terrasse !


A.


PS: Pour la petite anecdote Loca est originaire de Rennes, comme moi et on a pas mal parlé des quartiers où l'on a grandi, les lycées et collège fréquentés et on est passés par les mêmes endroits et vécu dans le même quartier... Loca, ma chérie se rappelle de toi, vous aviez un cours d'espagnol en commun je crois... Il faut dire qu'il devait pas y avoir 50 Loca à Bréquigny haha ... Le monde est petit ! 

Bonsoir à tous, 

Ce matin je suis descendu à un arrêt où je ne descends presque jamais ; je pense n'avoir fait que très peu d'interviews à cet arrêt : Pont-Rousseau Martyr. J'attends quelques minutes, je laisse passer un tramway, le quai se vide. Une femme arrive, sort son portable, et je décide de l'aborder : elle accepte !

Je vous présente Sarah, 34 ans.

Dans la vie Sarah est chargée de production dans l'audiovisuel : " Je ne travaille jamais derrière une caméra, mon job consiste à gérer la logistique, la régie et la partie administrative des projets sur lesquels on va travailler. Si ça me plait ? Carrément, je m'éclate totalement, que ce soit avec mes potes/collègues que professionnellement parlant. 
Une vocation ? Ohlala pas du tout, le hasard total ! A la base j'étais sociologue et puis j'ai travaillé pour des cabinets d'études et c'était chiant à mourir. (rires) Après j'ai bossé pour une administration - une mairie - et puis je me suis retrouvée au chômage. Je pensais que ça ne durerait pas... Et malheureusement pour moi je ne trouvais rien, quand un pote m'a proposé de lui rendre service dans sa boite. Et maintenant, ça fait 6 ans que je rends toujours service ! " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Il faut être po-ly-va-lent ! Je suis un couteau suisse, il ne faut pas être brillant dans un domaine particulier, il faut juste savoir faire plusieurs choses à la fois. On travaille sur différents supports tels que l’événementiel, la publicité digitale, la scénographie et le mapping. 
Une qualité pour faire ce job ? Je te l'ai dit y a 2 minutes : polyvalence/adaptabilité. " (rires)

Sarah, mis à part son job, aime voyager - ses derniers voyages : la Lozère et la Thaïlande -, boire des coups avec ses copains et refaire le Monde avec eux : " Et j'adore cuisiner ! J'adore inventer des trucs en cuisine, parfois ça marche et parfois non. " (rires)

Elle n'aime pas les salsifis : " Et puis le manque d'attention des gens, aujourd'hui plus personne ne fait attention à l'autre. On refuse de porter secours à quelqu'un, on fuit littéralement le regard des autres usagers dans les transports, on refuse de voir ce qu'il se passe. Je trouve ça tellement triste, alors moi je parle aux gens même dans le tramway ça m'arrive quand la situation se présente mais ils ont tous le regard plongé sur leur portable, c'est dommage. "

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon pote Paulo. Pourquoi lui ? Parce qu'il a changé ma vie professionnelle en me proposant ce job. Je bosse sans avoir l'air de travailler, j'ai une chance inouïe et j'en suis bien consciente car je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde. " 

Le mot de la fin ? 
" C'est agréable de parler à quelqu'un dans le tramway. " 

Merci Sarah et au plaisir de te recroiser dans les transports en commun.


A.


Bonsoir à tous, 

Ce matin j'ai un peu hésité à aborder un(e) inconnue, c'est parfois un peu compliqué de remonter en selle après le weekend. Et puis une jeune femme avec un superbe chapeau passe devant moi, je l'aborde : amusée, elle accepte mais seulement pour 3 arrêts !

Je vous présente Margot, 26 ans.

Dans la vie Margot est psychomotricienne : " C'est de la rééducation mais au sens large car je m'occupe aussi bien du corps que de l'esprit auprès de jeunes enfants. Si j'aime mon job ? Totalement épanouie dans mon travail ! (rires) C'est, tu peux le dire, une vocation ! A la base j'avais suivi une licence en psychologie mais pour moi il me manquait l'expression corporelle et psychomotricienne, et d'associer les deux ! 
Ce n'est pas toujours simple comme travail, c'est dur physiquement, et parfois certaines situations de la vie sont difficiles à vivre. Comme je m'occupe de jeunes enfants forcément c'est plus touchant : il faut pourtant essayer de prendre un maximum de distance afin d'être le moins affecté par ces petits bouts. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son job ? 
" La relaxation avec les enfants : ce n'est pas simple comme ça de les faire se relaxer, d'apprendre à se détendre mais on utilise différentes manières dans le but de les apaiser. La relaxation est un soin qui leur permet d'apprendre à se canaliser ! 
Et je soigne aussi bien les troubles du comportement chez l'enfant que le trouble de la parole, ou encore d'un enfant qui s'est cassé le poignet ! C'est vraiment un boulot très riche humainement et où je ne m'ennuie jamais. 
Une qualité pour faire mon job ? Bien évidemment l'empathie c'est la base ! "

Elle aime découvrir des inconnus (rires), des lieux, différentes cultures,... Margot a aussi fait 8 ans de théâtre mais faute de temps c'est pour le moment mis de côté et elle aime aussi la danse : " J'aime aussi les voyages. Mes derniers voyages ? La Guadeloupe et Santorin en Grèce. " 

Elle n'aime pas l'injustice, l'indifférence, le manque de respect et les brocolis.

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui, je reviens de 2 semaines à Toulouse avec mon compagnon. On ne se voit pas beaucoup, j'habite Brest et lui Toulouse. On a pas choisi le plus près, mais chaque moment avec lui est super donc je suis heureuse car on a bien profité. " 

Le mot de la fin ? 
" Agréablement surprise de discuter avec un inconnu dans le tramway, surtout quand je vois autour de nous tous ces gens qui effectivement ne se parlent pas. " 

Merci Margot et j'espère que tu es bien rentrée à Brest ?


A. 



Bonsoir à tous, 

Ce matin j'ai un peu campé sur le quai de l'arrêt Duchesse Anne, j'ai longtemps observé avant de me lancer et au bout d'un moment je me décide à aborder la seule personne isolée du quai. Il est amusé par la démarche : " Ah c'est marrant ce truc, ça me fait penser a un truc : l'inconnu du Hellfest, tu connais ? 
- Oui, un peu ! C'est aussi un de mes projets ! " (rires)

Je vous présente Mathieu, 28 ans.

Dans la vie Mathieu travaille dans l'informatique : " Je bosse dans une équipe de techniciens réseaux, mais je change bientôt je vais faire du testing. Si j'aime mon job ? Carrément, l'informatique c'est une passion depuis tout petit. Même si à la base ce n'était pas ma vocation première car j'ai une maîtrise en écologie et environnement : oui, rien a voir avec l'informatique. Mais comme ce domaine est très bouché, j'ai décidé d'aller vers ma seconde passion l'informatique.
On fait quoi comme job avec une maîtrise d'écologie et d'environnement ? On bosse pour des bureaux d'études, sur des grands chantiers tels que les autoroutes, ... Et tout ça dans le but de réaliser le projet en ne négligeant pas l'environnement. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Il faut être pédagogue et patient avec les clients ! Il faut savoir vulgariser l'informatique, c'est le plus dur du job mais c'est super intéressant parce que ce ne sont pas des informaticiens. "

Il aime les jeux vidéo - en ce moment il joue à l'ombre de la guerre -, les sorties, les bonnes bouffes ; il n'est pas un grand sportif que ce soit à regarder ou à en faire : " Et j'adore aller chaque année aux Utopiales, c'est super cet événement, moi qui suis fan de science fiction. " 

Il n'aime les épinards et les gens : " Je déteste les gens dans le tramway ! Ils sont insupportables, entre les incivilités et les gens qui ne te laissent pas descendre du tramway, qui forcent le passage pour avoir leur place assise... ça à tendance à m'énerver ce comportement individualiste. "

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui ! J'ai un boulot que j'aime, je suis en weekend ce soir et j'ai de super collègues ! Parfois c'est pas simple mais au moins on se marre. "

Le mot de la fin ? 
" Vivement le weekend en plus ils prévoient beau temps ! "

Merci Mathieu et au plaisir de se recroiser dans le tramway ou au Hellfest !!


A/

Bonsoir à tous,

Ce matin j'étais avec Boris qui a pris ma place pour chercher son inconnu et vivre l'expérience du blog. Voici l'interview de l'inconnu du jour Dorian, à la sauce Boris : j'adore !

Dorian,

C’est à la gare de Pont-Rousseau, Une interview juste au stylo, Avec pour inconnu Dorian, dans le tramway, Qu’Allan et son Olympus photographiaient... Il a pu nous conter son histoire, Ses émotions et ses espoirs, Ses rêves et ses passions, Ses colères et aversions... Du haut de ses 22 années, Le jeune homme qui a voyagé, De son Bénin natal, à notre métropole, A pris son envol... Ce jeune homme qui aime le sport, Basket, running, tennis de table et plus encore, A décidé, après, à Rennes, un DUT, Et une licence à Poitiers, De venir dans le pays nantais, lui, L’étudiant-entrepreneur qui, avec sa société Fiitli, Permet d’accompagner celles et ceux qui veulent faire du sport, Dans leur entreprise, bien dans leur tête, bien dans leur corps... Le jeune homme au sourire enjôleur, Connaît également d’autres bonheurs, Telle la cuisine pour retrouver les saveurs, D’un autre pays, d’un ailleurs... Un menu typique, de là-bas, Entre Togo et Nigeria Il nous présente le riz au gras, Qui, nous dit-il est un fameux plat... Légumes et riz colorés, Poulet, piment et puis laurier, Délicieux plat assaisonné, Voilà son plat préféré... Le jeune homme perd son sourire, En évoquant certains souvenirs, Et ce qu’il déteste, le pire vice, Qui pour lui est l’injustice... Arrive la fin de notre chemin, Du moins de l’escale du matin, Il suffit de petits riens, Pour pour pouvoir créer du lien... Pour égayer une journée, Il suffit de se parler, Un sourire et une poignée de main, Notre inconnu n’en est plus un...

Boris C.

Bonsoir à tous, 

Après avoir croisé un monsieur pas très sympathique sur le chemin du travail, il fallait absolument que je trouve quelqu'un ce soir. N'ayant pas envie de déambuler pendant 3 heures sur le réseau de transport nantais, je décide d'aborder la première personne qui serait rivée sur son portable. Et c'est à l'arrêt à côté du boulot que j'aborde un inconnu : amusé, il accepte.

Je vous présente Fabien, 40 ans.

Dans la vie Fabien travaille dans la banque et forcément ça fait tilt : il n'y a pas 50 banques dans le coin et lui demande s'il ne travaillerait pas au même endroit que moi ? " Si, je bosse bien là ! Nous sommes plus ou moins collègues. (rires)
Je bosse dans un service de relation clientèle en back office... en quoi cela consiste ? C'est un job super polyvalent, je fais aussi bien de la pédagogie auprès des clients (les entreprises), j'accompagne les équipes et les clients quand il y a des points bloquants/problèmes, je fais aussi des opérations bancaires assez complexes et du conseil dans l'évolution des réglementations qui est en constante évolution. 
Si j'aime mon job ? Oui carrément, c'est à la fois un métier technique ou il y a une grosse partie de juridique et puis c'est très riche humainement que ce soit avec les collègues et les clients. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" La régularisation d'une opération de participation : C'est quand une entreprise s'est trompée dans le versement de son épargne salariale et aurait oublié de verser leur part aux salariés. En général, on monte une sorte de cellule de crise où l'on étudie avec le client les différentes solutions afin de pouvoir effectuer les versements : annulation de la précédent transaction, complément de la somme à verser, etc. 
Et le truc sympa c'est quand tu as la reconnaissance du client car tu l'as aidé à résoudre son souci, c'est sympa de savoir que tu as pu aider ton client et quand il le reconnait. 
Une qualité pour faire mon métier ? Il y en a plusieurs, je dirais : aimer les chiffres, l'esprit d'équipe, être réactif, aimer créer du lien. " 

Il aime le sport - il fait du basket en loisir avec des copains, le foot, voir des expositions, sortir : " Et les voyages, dernièrement je suis allé à Bali et c'était super chouette. " 

Il n'aime pas l'indifférence des gens, le chou fleur : " La violence : ce n'est pas qu'il y en a plus ou moins, c'est juste que c'est de plus en plus violent. Les agressions sont plus violentes, les faits divers montrent bien cette escalade de la violence et chez des individus de plus en plus jeunes... Je trouve ça triste ! " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui ! Ma vie me plaît, j'ai des projets, je suis bien entouré, aussi bien dans ma famille que dans mes amis. Il ne me manque plus qu'à acheter un appartement, ça fait partie de ces projets qui arrivent dans ma vie, et c'est cool ! "

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père. Pourquoi lui ? Pour sa façon de vivre, parce qu'il a su profiter de tout mais en mettant de la tempérance afin de profiter de tout et de tout le monde. Savoir profiter aussi bien d'un lever de soleil, de son travail, de sa famille sans tomber dans l'excès ni négliger les uns les autres. Il a su se satisfaire de tous les petits plaisirs du quotidien qui font que la vie est belle ! " 

Le mot de la fin ? 
" Je viens de rencontrer quelqu'un qui met du lien social dans un lieu qui ne s'y prête pas et je suis ravi d'avoir fait ta connaissance ! "

Merci Fabien et peut-être à demain à la cantine ou à la machine à café ! 


A.


Bonsoir à tous, 

Ce soir, pour des raisons professionnelles, j'étais dans l'Est de Nantes et j'ai pu prendre le tramway au terminus de la ligne 3. J'avais vraiment envie de trouver l'inconnu du jour à cet arrêt car j'ai tellement peu d'occasions d'y être. Et j'ai eu de la chance, ça a fonctionné dès la première approche !

Je vous présente Violaine, 37 ans.

Violaine, mon inconnue du jour, travaille dans le service à la personne : " Si j'aime ça ? Au départ je n'avais pas le choix et j'ai appris à aimer ce travail, cela fait 10 mois que je suis sur ce nouveau job. Pourquoi j'ai appris à aimer ce taf ? Tout simplement qu'à la base je travaillais dans les crèches, et suite à ma situation personnelle - séparation, j'ai dû changer d'emploi. Pourquoi changer ? Tout simplement parce que j'ai deux enfants, deux filles, une de 12 ans qui est grande et autonome et une plus petite de 5 ans. Et à cause des horaires de travail, je n'avais personne pour la garder après 16h15 et pas les moyens de la mettre au périscolaire et encore moins avoir une nounou tous les soirs : c'est malheureusement le quotidien de beaucoup de mères célibataires. J'ai donc dû changer de job, mais c'est quand même un beau métier, dur parfois mais humain. Je ne fais pas de médical car je n'ai pas le diplôme, mais tout ce qui est l'aide aux personnes : courses, ménage, sorties et surtout le plus important : discuter. Pour certains, ils n'ont que moi comme visite et donc sont contents de pouvoir discuter, retrouver grâce à ma visite un peu de lien social. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Il faut toujours garder le sourire, avoir le moral et se dire que nous sommes vecteur de bonne humeur ! Je n'amène jamais mes problèmes chez les gens que je vais voir, ils ont besoin de passer un bon moment et donc pas la peine de les embêter avec mes soucis. 
Si c'est dur comme métier ? Ça peut l'être ! Pourquoi ? Tout simplement parce que c'est dur de ne pas s'attacher aux gens, par exemple une dame que je voyais avec qui j'avais de longues et sympathiques discussions est rentrée à l’hôpital après qu'on lui ait diagnostiqué son 3ème cancer. Disons que la peur de perdre quelqu'un de sympathique est compliquée à vivre, alors il est vrai que je ne devrais pas m'attacher, je devrais isoler mes sentiments dans un coin de ma tête ... Mais ce n'est pas possible car je suis connectée avec eux. "

Violaine en dehors de son métier aime faire de la pâtisserie, ses filles, ses 2 chats - Diesel & Lucky et l'équitation : " Depuis que je suis toute petite je fais du cheval, j'ai transmis ma passion à ma fille de 5 ans. C'est pour moi un beau sport, ça m'apporte énormément de confiance en moi car je fais corps avec le cheval et d'autant plus parce que je fais du saut d'obstacle. " 

Elle n'aime pas le manque de respect, les gens de mauvaise humeur pour des broutilles et les épinards.

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui ! J'ai fini ma journée de travail, je vais retrouver mes filles, j'ai passé une bonne journée ... Tout va bien ! La vie a fait que je suis devenue plus tolérante aujourd'hui et j'évite de râler pour rien ... Je relativise un maximum. "

Le mot de la fin ? 
" Merci ! On a passé un moment super agréable, c'est sympa de parler à un inconnu : une belle rencontre et en plus le trajet passe plus vite. " (rires)

Merci Violaine pour ta générosité, bonne continuation et au plaisir de se recroiser dans le tramway.


A.





Bonsoir à tous, 

Ce matin après avoir essuyé un refus sur le quai de PIRMIL, je décide de laisser passer le tramway qui arrive et de voir ce qu'il se passera. Une femme passe devant moi, se positionne a un bon mètre sur ma gauche et se plonge dans son journal gratuit. Je décide de la déranger, même à une heure si matinale, il est 6h30 : elle accepte.

Je vous présente Bénédicte, 34 ans.

Dans la vie Bénédicte travaille pour une société qui gère le réseau électrique : " Je suis dans le services des Urgences ! On gère aussi bien une panne sur le réseau, qu'un agriculteur qui percute un poteau électrique avec son tracteur, les tempêtes, et malheureusement l'électrisation des personnes.
Si j'aime mon travail ? Oui carrément ! Une vocation ? Non pas du tout, c'est le hasard qui m'a fait atterrir dans ce service. A la base je suis éducatrice à l'environnement, c'était de la pédagogie sur la nature auprès des enfants. Et puis la vie fait que on a des enfants, une vie de famille et envie d'avoir un salaire fixe et éviter le plus possible la précarité. Car il faut bien le dire, tout ce qui touche aux filières dans l'animation, c'est compliqué pour vivre correctement. Mais bon, au sein de mon travail j'arrive à bosser dans l'environnement, on est tous conscients des enjeux de l'énergie renouvelable aujourd'hui. J'essaie à mon petit niveau toujours de sensibiliser les collègues à ça, j'ai même réussi a envoyer des collègues à 1h30 de route, sauver une petit chouette qui aurait pu mourir électrocutée ! Je suis fière de moi. " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le sexe ! (rires)
- Quoi ? Le sexe ? C'est quoi ?! 
- En fait ça se prononce sexe, mais c'est le C.E.X. C'est le big boss qui gère les équipes sur le terrain et entre nous on s'amuse a le prononcer sexe au lieu de C.E.X ! (rires)
Une qualité pour faire mon métier ? Il faut de la rigueur, de la patience et faire beaucoup de prévention sur la sécurité. Les gens ne se méfient pas assez de l'électricité, et malheureusement l'accident est trop vite arrivé. "

Elle aime la nature bien évidemment, se balader en famille, le cheval, lire, voyager - son dernier voyage il y a un bon bout de temps mais c'était l'Egypte -, peindre, bricoler. 

Elle n'aime pas le manque de respect, la viande : " Et l'hypocrisie ambiante, on est vraiment dans un monde fou, plus personne ne s'écoute, ne cherche à se comprendre les uns les autres. "

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui, tout va très bien pour moi. Famille et enfants formidables, taf qui me plaît, etc. Pourvu que ça dure ! " (rires)

Le mot de la fin ? 
" La vie est belle et elle mérite d'être vécue ! "

Merci Bénédicte et merci pour ta bonne humeur de ce matin , on a quand même bien rigolé ! 


A.




Bonsoir à tous, 

Ce matin je décide de descendre du tramway à 'Vincent Gâche', histoire de forcer le hasard un peu ! Au bout de quelques instants un jeune homme arrive sur le quai à ma hauteur, je décide de l'aborder : il accepte !

Je vous présente Alex, 26 ans.

Dans la vie Alex est chaudronnier : " Je fabrique des pièces métalliques, je soude, j'assemble... pour faire simple c'est de la métallurgie. J'ai décidé de faire ce métier il y à0 8 ans, de suivre une formation parce que ce métier m'intéressait énormément. Pourquoi ? Ce métier demande beaucoup de réflexion, et c'est très technique, c'est d'ailleurs ce qui me plait.
Ce que je faisais avant ? J'étais en études de chimie , à la base je suis pétrochimiste de formation et la chaudronnerie est une filière parmi tant d'autres qui découlent de cette filière pétrochimiste.

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ?
" La soudure. Alors comme ça dans le tramway je ne vais pas t'apprendre à souder hein ! Mais c'est juste pour te dire que c'est technique, il faut savoir maîtriser la torche, c'est pas simple au début et le positionnement est primordial. Le positionnement du corps face à l'objet mais aussi de la torche... Car tu loupes souvent une soudure à cause d'une mauvaise position.
Une qualité pour être chaudronnier ? La minutie. "

Il aime le sport - foot et musculation et voyager : " Mon dernier voyage ? Il y a 2 mois : la Belgique. "

Il n'aime pas l'escroquerie et le manque de respect.

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui ! Je suis de bonne humeur, je me suis bien réveillé, j'ai la santé et un travail ... Je suis content tout va très bien pour moi ! " 

Le mot de la fin ? 
" Même si c'est compliqué, je souhaite aux jeunes de mon âge de trouver un boulot qui leur plait ... C'est super important ! "

Merci Alex et au plaisir de te recroiser prochainement dans le tramway.

A. 


Bonsoir à tous, 

C'est sur le chemin du retour que j'ai rencontré l'inconnue du jour et j'insiste bien sur inconnuE, car depuis quelques jours je n'avais pas de chances auprès des inconnues. Et donc ce n'est pas que je n'aime pas interviewer des garçons, mais un peu de parité ne fait pas de mal, haha!

Je vous présente Clarisse, 17 ans ... presque 18.

Dans la vie Clarisse est étudiante : " Je suis actuellement en BTS Analyse de Biologie Médicale. A la base je voulais aller en S, mais comme je n'avais pas les notes suffisantes je me suis rabattue sur un BAC STL un peu par hasard et là, ça a été la révélation : c'est trop bien ! (rires)
Pourquoi une révélation ? Je sais pas trop en fait, j'aime manipuler les bactéries et étudier les micro organismes qui sont sur nous et invisibles à l’œil nu. 
Ce que j'aimerais faire après ? Je crois que j'aimerais être dans la gendarmerie scientifique mais je ne suis pas encore sûre, parce que je ne sais pas si j'arrête après mon BTS. Il y a énormément de boulot et à la fin du BTS, on fait des stages ; stages qui nous amènent régulièrement à être embauchés dans la foulée. Donc soit je choisis la facilité soit j’enchaîne avec une licence, mais tout ça est encore un peu flou pour moi, je ne suis qu'en première année. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur ses études ? 
" La galerie API : c'est un test que l'on fait. Dans une espèce de barquette où il y a des cupules, chaque cupule contient un réactif qui change de couleurs en fonction de la bactérie que l'on immerge dedans. Et après on a plus qu'a identifier la bactérie en fonction de la couleur que l'on a dans la cupule. 
Une qualité pour faire mes études ? La patience ! "

Elle aime boire des coups avec les copains, le skate même si c'est trop dur, le roller, les concerts - son dernier concert c'était Deftones et d'après ce qu'elle m'a raconté c'était génial : " Et j'adore le roller derby ! Pourquoi ce sport ? Parce que c'est trop rock n' roll et super physique/tactique. " 

Elle n'aime pas les gens de manière générale, ne rien faire, les fois où ses parents la saoulent : " Et ma prof de microbiologie ! Pourquoi elle ? Parce qu'elle n'est jamais gentille, elle ne sait jamais reconnaître quand le taf est bien fait ... Je ne dis pas tout le temps, mais une fois de temps en temps, un mot gentil ça encourage, non ? "

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Même si au début ce n'était pas simple car j'étais loin de mes amis/proches car je suis originaire de Lorient, aujourd'hui ça va beaucoup mieux ! 
Bon ça fait quand même chier car demain j'ai un contrôle. " (rires)

Le mot de la fin ? 
" Bonsoir ! J'adore ce mot je ne sais pas pourquoi, je préfère dire bonsoir plutôt que bonjour, ça fait rire mes profs. Où alors j'aime bien 'Bonjoir' ! (rires)

Merci Clarisse c'était très sympa de t'avoir rencontré, j'espère ne pas m'être trop trompé pour raconter ce que c'est une galerie API, hahaha !



A.



Bonsoir à tous, 

Ayant besoin de me rendre à l'arrêt Trocardière pour prendre mon ticket mensuel, je loupe le tramway le temps de l'achat et je regarde quand passe le prochain : 9 minutes, Arf ! Bon, je sors mon téléphone, commence à jouer dessus en me disant c'est lundi, de toute façon ça ne marche jamais le lundi à 6h et puis a cet arrêt il y a peu de monde à cette heure. C'est alors qu'un jeune homme arrive au loin, j'hésite à l'aborder, je me dis que c'est aussi lundi matin pour moi et que je ne suis pas très réveillé... Et puis je me dis que je suis bête et que la démarche nous réveillera surement ! 

Je vous présente Simon, 33 ans.

Dans la vie Simon est éducateur spécialisé : " Si j'aime mon job ? Carrément ! Je ne savais pas trop quoi faire au début, j'étais en fac de sport pour devenir prof de sport mais ça commençait à devenir vraiment compliqué, j'ai donc décidé de m'orienter vers une autre filière : une licence physique adapté afin d'être éducateur spécialisé. J'ai tout de suite trouvé ça super, avant je voulais être prof de sport mais c'était sans conviction alors que là, tout prenait son sens. J'ai été 'candidat élève éducateur' c'est le terme qui me permettait d'apprendre sans avoir les responsabilités des personnes, c'est très formateur. J'ai fait ça sur la Rochelle dans un centre pour enfants déficients intellectuellement, un IME (Institut Médico Educatif). Puis après je suis parti à Paris en tant qu'éducateur remplaçant, j'ai passé mon concours. Après, c'est 3 ans de formation et ça m'a permis de découvrir différents milieux, même si je restais dans l'aide sociale à l'enfance. A la fin de ces 3 ans de formation, avec mon amie on souhaitait quitter Paris mais nous ne savions pas où aller, alors en attendant que l'on fasse ce choix on a décidé de partir 6 mois en Asie : superbe expérience ! Et c'est au retour qu'on a jeté nos valises à Nantes. Pourquoi Nantes ? Ville culturelle, jeune, dynamique, près de la mer... 
A mon arrivée j'ai de nouveau enchaîné les remplacements, et toujours auprès d'enfants avec ou sans handicaps, avec ou sans violences,... Et aujourd'hui je suis dans un petit établissement, où ça n'est pas toujours simple mais où je fais partie d'une superbe équipe et on essaie d'aider du mieux que l'on peut tous ces gamins, avec plus ou moins de succès.  "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Ce n'est pas une science exacte, parfois ça fonctionne et parfois ça ne fonctionne pas. Qu'est ce qui fonctionne ou pas ? Notre mission, à savoir essayer qu'ils aient de nouveau une vie normale, une vie en famille, une vie scolaire classique. Je ne peux pas citer de nom, mais je suis content pour un gamin que l'on a eu 2 ans, qui a une vie normale aujourd'hui et s'épanouit à l'école. C'est une belle évolution pour lui et on est fiers que ça ait fonctionné, car malheureusement, ce n'est pas toujours le cas et on sait que certains gamins n'y arriveront pas. 
Une qualité pour faire mon métier ? Il ne faut pas être une imposture, ne pas jouer un rôle sinon les enfants le sentent et te démasquent, il faut être entier avec eux. " 

Il aime le sport de manière générale, l'art de rue, tout ce qui touche à la culture, les musées : " Et même si depuis que j'ai quitté Paris j'ai arrêté, mais j'adore la danse contemporaine. J'ai eu un super prof, qui a su me transmettre sa passion... Faudrait que je m'y remette, mais a cause des plannings changeants c'est compliqué. " 

Il n'aime pas l'injustice de notre société, l'hypocrisie, l'andouillette : " Le fait que, peu importe le milieu professionnel où l'on est, ce sont les chiffres qui priment sur l'humain. Aujourd'hui on a des gestionnaires qui, bien souvent, ne connaissent pas le métier mais te parlent de rentabilité de services. Il faut être rentable et justifier ton poste en permanence ! " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Ouais carrément ! Je n'aimais pas ce mot il y a quelques années, mais je suis content car j'ai des 'projets'. " (rires)

Le mot de la fin ? 
" Il faut continuer à rêver et se nourrir un maximum d'Art : la culture c'est super important, ça permet de s'ouvrir aux autres. " 

Merci Simon et j'espère que l'on se recroisera demain dans le tramway ? 


A.


Bonjour à tous, 

Ce matin je n'ai pas encore trop galéré pour trouver l'inconnu du jour, outre un petit refus car cette personne ne parlait pas français. Je recroise rapidement Yann sur le quai, ancien inconnu de mardi dernier, je laisse passer un tram et aborde la première personne seule a côté de moi. Malheureusement pour moi il descend à la gare, mais bon c'est le jeu ma pauv' Lucette, parfois y a des interviews longues et d'autres plus courtes.

Je vous présente Mathieu, 23 ans.

Dans la vie Mathieu est employé de banque : " C'est tout nouveau, c'est mon premier CDD et j'ai commencé il y a 3 semaines. Si j'aime ce que je fais ? Oui carrément, c'est voulu, j'ai suivi exprès une filière bancaire ! J'ai toujours été intéressé par ce milieu professionnel. Pourquoi ? Parce que c'est un métier où l'on est au cœur de l'économie, c'est passionnant, humainement très riche et je travaille pour les entreprises donc je suis amené à rencontrer des gens qui travaillent dans différents secteurs. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" L'analyse financière : c'est l'analyse des bilans/comptes/résultats des clients. Ca permet de connaitre la santé et la rentabilité d'une entreprise, c'est la base du métier. Ce qu'il faut pour faire mon job ? Avoir un bon relationnel, de la curiosité, de l'autonomie et ne pas avoir peur de prendre des initiatives. " 

Il aime le sport - il pratique le badminton -, jouer de la guitare - même si il n'a plus trop le temps actuellement -, aller en concerts, voyager : " Mon dernier voyage ? C'était en France, je suis allé dans les Alpes. Ah si, autre chose, j'aime bien manger et faire la cuisine ! " (rires)

Il n'aime pas les râleurs, les personnes qui manquent d'ouverture d'esprit, le fromage : " Et l'actualité en ce moment qui n'est pas très gaie ! " 

Une personne qui t'a marqué et/ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père : Frédéric. Pourquoi lui ? Parce qu'il a su me donner une bonne éducation qui a été bénéfique. C'est grâce à lui si j'en suis là aujourd'hui, et je le remercie. " 

Le mot de la fin ? 
" Il est tôt donc je souhaite une bonne journée aux Nantais qui se lèvent ! Allez je file prendre mon train je travaille à la Roche sur Yon ! "

Merci Mathieu, je te souhaite un bon weekend et je reviens lundi pour, je l'espère, un nouvel inconnu du tramway !


A.


Bonsoir à tous, 

Après avoir discuté avec un ancien inconnu Lucas et avoir fait ensemble un selfie, tradition du blog oblige, j'ai abordé un jeune homme sur le quai à Haluchère : il a accepté de suite !

Je vous présente Adrien, 25 ans.

Dans la vie Adrien est en alternance dans les Systèmes d'Information : " On appelle ça le S.I. Je dois avouer que je fais mon alternance dans ce qui n'est qu'un infime partie de ma formation que je suis actuellement. Le nom de ma formation c'est Management et Stratégie des Organisations, si tu veux tout savoir ! (rires)
En gros, pour faire simple c'est de la gestion de projets dans le domaine informatique. On va de l'idée jusqu'à la concrétisation de la demande. 
Si j'aime ce que je fais ? Oui, mais ce n'est pas ma formation initiale. Pour tout te dire, ma copine et moi sommes d'Orléans et je l'ai suivie à Nantes. J'étais juriste, j'aimais ce que je faisais, mais je me suis dit : si je tente un truc et que je décide d'essayer un nouveau virage professionnel c'est maintenant, et dans une nouvelle ville : c'est ce que j'ai fait. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Lequel ? Allez, juriste ce sera plus facile car je ne fais que débuter ma formation à Nantes. Quand j'étais juriste, j'aimais aller en 'session d'entreprises'. C'était quand un client venait nous voir pour racheter une entreprise, et nous on l'accompagnait dans son choix en analysant tout : audits/clientèles/lois/etc. C'était super intéressant car on allait dans la future entreprise, rencontrer ses employés - contents/ou pas d'ailleurs. Ce n'était jamais la même chose et c'était très riche humainement ! 
Une qualité pour être juriste ? La rigueur, c'est obligatoire ! "

Il aime faire des sorties avec sa copine, son meilleur pote et la soeur de sa copine : " Nantes c'est vraiment une chouette ville, très dynamique : ça change d'Orléans ! (rires)
Et puis, par manque de temps je n'ai plus le temps mais j'aimais bien faire de la musculation, il faudrait que je m'y remette ! " 

Il n'aime pas le mensonge, le système actuel dans lequel nous vivons : " Ce système où très peu de personnes détiennent les richesse, au détriment du plus grand nombre, m'indigne au plus au point ! J'aimerais à mon niveau faire changer les choses, je ne sais pas encore quoi, mais j'espère trouver un jour. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui carrément ! Cette vie nouvelle à Nantes est palpitante, je suis heureux avec ma copine, tout va bien... Même si je ne roule pas sur l'or, je n'ai pas à me plaindre ! " 

Une personne qui t'a marqué et t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père : Philippe. 
Pourquoi lui ? C'est un exemple pour moi, il a réussi dans la vie, il a des responsabilités et il est resté humble. J'ai forcément beaucoup de respect pour l'homme qu'il est, autodidacte à la base, il a su reprendre ses études plus jeune pour arriver à un BAC+5. Attention pas le BAC+5 d'aujourd'hui, le truc d'il y a 20 ans ... Il a est allé travailler en Allemagne alors qu'il y avait encore l'Allemagne de l'EST/OUEST. Pas du genre 'je prends mon billet pour un vol low-cost et je vais à Berlin pour le weekend' comme aujourd'hui. 
Tous ses choix et son parcours me forcent le respect, oui tu as raison : je suis fier de lui ! " 

Le mot de la fin ? 
" Je suis vraiment content que tu m'aies abordé, c'est une belle démarche. "

Merci Adrien et bonne chance pour la suite, au plaisir de te recroiser dans le tram !


A.