Bonsoir à tous, 

Ce matin je suis allé au travail après avoir essuyé 4 refus et il fallait donc que je ne rentre pas bredouille ce soir. Sur le quai du tram, j'aperçois à quelques mètres de moi une jeune femme un peu isolée des autres usagers, je décide de l'aborder : elle accepte.

Je vous présente Dayath, 18 ans.

Dans la vie Dayath est étudiante, je l'apprendrai plus tard lors de l'interview mais petit détail qui a son a importance, elle est arrivée à Nantes il y a un mois : elle est originaire du Togo. " Je suis actuellement en études d'économie et gestion. Si j'aime ce que je fais ? Oui et non ! Disons que je me laisse un peu portée par des choix que j'ai fait avant car j'ai un Bac ES, et c'est un peu une continuité ce que je fais là ... Je ne sais pas vraiment ce que je souhaite faire plus tard donc pour le moment je fais ça. 
Ce que j'aimerais faire à la place ? J'aimerais chanter ! Je chante depuis toute petite mais la musique c'est compliqué, c'est un risque à prendre ... Et je ne suis pas sûre que mes parents accepteraient en fait et je n'ai pas envie de tout quitter sur un coup de tête, imaginons que ça ne marche pas et bien je n'aurais pas fait d'études et serais en galère après, enfin je pense. " 

Je lui demande de me parler de sa passion pour le chant.
" Une vocation ? 
- Oui, et depuis toute petite. J'ai toujours aimé la musique et chanter c'est mon exutoire. Ca m'apaise, car j'ai vécu pas mal de choses dans ma vie malgré mon jeune âge et chanter me fait du bien. 
- Qu'est ce qu'il faut comme qualités d'après toi pour être une bonne chanteuse ? 
- Il faut être passionnée, avoir de la confiance en soi et s’entraîner régulièrement. "

Mis à part ses études et le chant, je lui demande ce qu'elle aime faire de son temps libre : 
" J'aime lire, chanter bien évidemment, danser et passer du temps sur les réseaux sociaux. " 

Elle n'aime pas être rabaissée, et comparée aux autres.

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Non ! Pourquoi ? Je suis fatiguée, j'ai un devoir de maths vendredi et un exposé en anglais à rendre ... Et je n'ai pas fait grand chose donc il va falloir que je bosse comme une folle pour vendredi et ça m'ennuie. "

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma mère.
- Pourquoi elle ? 
- C'est à double tranchant car elle est là pour m'aider, m'épauler mais elle est aussi dure avec moi, j'ai l'impression qu'elle ne me comprend pas ... Je suis différente de mon frère, et être comparée à lui est usant. Je suis une jeune fille dynamique qui aime la vie et être comparée et rabaissée, ça ne m'aide pas trop, surtout en ce moment où je suis seule à Nantes et eux sont en Afrique. Mais c'est ma mère, hein ! " 

Le mot de la fin ? 
" Là tu dois te dire que je suis déprimée, mais c'est juste que je suis fatiguée ... J'aime la vie et j'aime voir les gens heureux ! " 

Merci Dayath, je te souhaite d'être heureuse et au plaisir de se recroiser sur le quai du tramway !


A.


Bonsoir à tous, 

Ce matin j'étais à la bourre, j'ai loupé mon bus et suis allé au tramway à pied (10 minutes de marche). J'aperçois le tramway sur le quai, je cours et m'assieds au pif dedans ... limite un peu essoufflé ! (rires) Je me demande si je vais trouver facilement l'inconnu du jour, j'observe la rame de tramway et je vois à ma gauche un jeune homme : je l'aborde !

Je vous présente Max, 26 ans.

Dans la vie Max est en reprise d'études : " Je suis dans la vente de jeux de société, en alternance : à la fac de Cholet et en stage dans une boutique à Nantes. D'ailleurs, je descends à Pirmil pour prendre un covoiturage ! Ce que je faisais avant ? Pendant 4 ans j'étais cuisinier dans pas mal de villes : Avignon ma ville d'origine, Lille, Lyon et Berlin dernièrement. "

Max m'explique avoir commencé il y a 15 jours son stage, je lui demande pourquoi les jeux de société ? 
" C'est une passion, j'adore ça. Je trouve que entre les passionnés de jeux de société il n'y a pas de barrière sociale car c'est fait pour rassembler les gens. Après, dans certains jeux il y a de la compétition mais ça reste du plaisir, donc on rencontre pas mal de gens ... Ca créé du lien social en fin de compte. 
Et puis ce qui m'a marqué pendant mon stage dans la boutique c'est qu'on passe énormément de temps à écouter les clients afin de mieux cibler leurs attentes. Un jeu de société ça peut vite coûter cher et donc il ne faut pas se tromper dans ce que l'on va conseiller.
Ce qu'il faut pour être un bon vendeur de jeux de sociétés ? De l'écouter, aimer conseiller et connaitre les jeux. " 

Il aime cuisiner, jouer : " Et Berlin ! Cette ville est dingue, les gens sont ouverts, c'est une capitale mais il y a de l'espace, on fait la fête pour pas cher et c'est cosmoplite. Franchement je suis amoureux de cette ville, j'y retourne régulièrement. " 

Il n'aime pas la politique, les médias et les différentes affaires dont on entend parler : " Ca m'énerve tous ces politiques, je n'y crois plus ! " 

Le mot de la fin ? 
" Beau projet, c'était marrant de se faire interviewer dans le tram. "

Merci Max et au plaisir de te recroiser un de ces matins dans le tramway.


A.



Bonsoir à tous, 

Ce matin j'ai rencontré mon inconnu sur le quai de l'arrêt 'Vincent Gâche' et il descendait à 'Beauséjour' je décidai donc rester dans le tramway et de prendre l'ancien trajet que j'utilisais pour me rendre au travail avant le prolongement du chronobus.

Je vous présente Vincent, 28 ans.

Dans la vie Vincent travaille dans la sérigraphie : " Je travaille pour une petite boite qui imprime des visuels sur des gobelets recyclables. Si ça me plait ? Ouais carrément ! Pourquoi ? J'aime la liberté que j'ai, que ce soit dans mes horaires, dans mon organisation de travail et dans ce que je peux écouter pour me divertir au travail. 
- Comment ça ce que tu écoutes ? 
- Ouais en plus de mon taf que j'aime, je mets des podcasts ou des vidéos Youtube sur des sujets qui m'intéressent. Par exemple, je me suis rendu compte que je connaissais peu de choses sur les Rois de France, j'ai donc choppé des vidéos faites par des gens qui expliquent ça ... Je m'instruis tout en bossant et ça c'est génial. "

Pendant cette première question, Vincent me parle de son parcours brièvement, je décide de revenir un peu plus sur cette partie de sa vie : 
" Comme je te disais je n'ai pas fait grand chose de ma vie, je me suis laissé un peu porter. A la base je voulais être prof de russe mais le côté autoritaire m'a saoulé. On avait beau être à la Fac, je pensais que j'aurais cette liberté que je cherchais tant, mais comme j'étais dans une filière vraiment spéciale, le russe, et bien on était en petit groupe et le prof était une sorte de tyran en quête d'autorité : une souffrance pour moi ! J'ai tout quitté et suis parti vivre en Angleterre 9 mois, là bas j'ai bossé en tant que serveur ... Une putain d'expérience.
Avant de partir, j'avais croisé un type qui montait sa boite de sérigraphie, et c'est à mon retour en France qu'on nous nous sommes recroisés et qu'il m'a proposé de venir bosser avec lui. Et aujourd'hui, ça fait 5 ans que j'y suis et c'est cool ! " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son job ? 
" Le client nous donne son dessin, logo, motif ... Et c'est là qu'on prend un cadre de sérigraphie, on met l'encre, on passe une racle et on sèche sous lampe u.v. 
Ce qu'il faut comme qualités pour faire mon job ? De la patience, du calme, être malin et ne pas rester les bras croisés. Ah et il faut aussi être mécano car on bosse aussi avec de très vieilles machines qui n'ont plus de pièces détachées achetables et donc on doit bricoler, parfois, pour réparer la machine. " (rires)

Mis à part tout ça mon inconnu du jour aime les jeux vidéo, les sorties, les concerts, le cinéma, passer du temps avec ses potes : " Mais j'aime beaucoup glander chez moi et faire du point de croix ! 
- Du point de croix, ce n'est pas commun ?
- Ça c'est sur mais je trouve ça cool, et ça me calme. " (rires)

Il n'aime pas le céleri - il m'avouera que c'est son repas de ce soir et que ça ne l'enchante pas du tout, l'alcool - il n'en a jamais bu, il n'aime pas ça : " Et ce qui me révolte c'est le manque d'intérêt que les gens ont pour l'écologie et pour l'avenir de la planète ... Quand je vois les déchets par terre ça me révolte : mégots, plastiques, déchets, etc. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui. 
-  Pourquoi es-tu heureux alors ? 
- On est jeudi, demain c'est le weekend, que le nouvel album de 'Behemoth' sort bientôt, un groupe que j'adore et que je suis bientôt en congés : je vais partir 15 jours au Vietnam et ça c'est cool. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" John Carpenter. Pourquoi lui ? Parce qu'avec de la volonté il a su dire 'Fuck' à Hollywood et prouver qu'il pouvait faire des films de qualité sans eux. " 

Le mot de la fin ? 
" Poil ! C'est le premier mot qui me vient à l'esprit ! " (rires)

Merci Vincent, au plaisir de se recroiser dans le tramway et si ce n'est pas le cas je te souhaite bon voyage au Vietnam. 

A.



Bonsoir à tous, 

En arrivant sur le quai du tramway, je ne savais pas qui j'allais aborder. Et puis mon regard s'est posé sur une jeune femme qui lisait sous l'aubette ... Au début méfiante, elle s'est laissée facilement tenter par l'interview improvisée.

Je vous présente Louise, 25 ans.

Dans la vie Louise est au chômage : " Un chômage voulu et assumé ! Je suis pâtissière et je précise que c'est voulu car il y a du travail dans cette branche. 
- Pourquoi est-il voulu alors ce chômage ? 
- Je reviens de Bruxelles où je travaillais et j'ai mis fin à mon contrat après de longues périodes de harcèlement moral par mon employeur. Quand je dis harcèlement moral je n'ai pas été insultée mais c'était des réflexions permanentes, il rabaissait mon travail, il m'humiliait devant mes collègues ... Bref, pas simple ! J'ai quand même fini par trouver le courage de partir, d'ailleurs quand j'en parle autour de moi, je me rends compte que beaucoup de gens vivent ça, ou l'ont vécu. " 

Mis à part ce cas de harcèlement moral, elle adore son métier et je lui demande de m'en dire plus ?
" J'ai toujours voulu faire ça. Même si j'ai fait un BAC Pro Cuisine et que j'ai bossé un peu en cuisine, dès que j'ai pu partir en pâtisserie je l'ai fait ! Pourquoi ce métier ? J'aime le côté manuel, le fait de donner du plaisir aux gens, que ce soit précis. C'est une sorte d'Art éphémère : ma vocation depuis toute petite.
Ce qu'il faut pour faire ce métier ? Il faut être sociable car on travaille en équipe, savoir déléguer les choses, être matinal car en général on se lève entre minuit et 5h du matin et il faut savoir recevoir des ordres. Et parfois recevoir des ordres de gens qui sont plus jeunes que nous et souvent plus talentueux ! (rires)
- Le dernier truc que tu as fait  en pâtisserie ? 
- Un Paris-Brest : pâte à choux, crème mousseline praline montée au beurre - caramel, noisette et amandes. " 

Louise en dehors de son métier aime : " J'aime aller au cinéma, lire, écouter de la musique et sortir ! " 

Elle n'aime pas l'impolitesse et les salsifis.

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui ! Pourquoi ? Parce que je suis sortie d'une situation compliquée, et que je me suis reprise en main ... Comme je te l'ai dit je suis au chômage mais ça ne va pas durer longtemps. J'avais juste besoin de reprendre le dessus sur cet épisode compliqué ! " 

Le mot de la fin ? 
" Bonne journée. Bon courage pour la suite et merci c'était très sympa ! " 

Merci Louise et au plaisir de se recroiser dans le tramway.


A.



Bonsoir à tous,

Hier, Tista nous laissait, mon second inconnu et moi sur le quai, voici donc mon deuxième inconnu.

Je vous présente William, 18 ans.

Dans la vie William, est étudiant en terminale STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) : " Pourquoi cette filière ? A la base je ne voulais pas aller là dedans, j'ai donc redoublé pour essayer de rester en Générale, ce n'était pas ce que je souhaitais faire ! Et c'est au cours de cette seconde année que j'ai découvert que ça pouvait grandement m'intéresser ... J'ai perdu une année mais je sais maintenant que c'est ça que je voulais faire. 
- Pourquoi ne voulais tu pas aller en STMG ? 
- J'avais des préjugés sur cette filière. Des trucs à la con qui m'ont freiné dans mes choix, des préjugés que se sont avérés faux ... comme quoi, les préjugés c'est vraiment de la merde ! (rires) 
- Et donc qu'est ce qu'il te plait dans cette filière ? 
- Le commerce international. Cette idée de pouvoir voyager, de parler anglais, de faire du management... et bien tout cela fait que tous les jours je vais en cours avec plaisir ! " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur ses études ? 
" Comme je te le disais, j'avais des préjugés sur cette filière, je pensais que cette filière était pour les débiles ! (rires) Je ne sais pas d'où je sortais ça, mais voilà j'étais mal conseillé. Aujourd'hui je fais partie de ces débiles et je suis heureux d'y être. (rires)
Ce qu'il faut pour faire STMG ? Il faut, selon moi, de l'ambition, de la confiance en soi et des objectifs. "

Mis à part ses études, William aime passer du temps avec ses potes, aller de temps en temps en boîte de nuit et faire du skate : " J'ai été sponso plus jeune par une boutique et je continue à faire des compétitions de temps en temps. Mais le skate, c'est ma grande passion ! " 

Il n'aime pas les végétaux, les prises de têtes futiles : " Et certaines personnes qui veulent à tout prix être en compétition, même si j'avoue que parfois c'est ce qui me pousse à être meilleur .. mais tout le temps c'est chiant ! " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui.
- Pourquoi es-tu heureux alors ? 
- J'ai réussi mon devoir de mercatique, la journée de cours s'est bien passée et là, je vais voir mes potes et skater, donc tout va bien. " 

Le mot de la fin ? 
" Merci. " 

Merci à toi William, j'espère que tu as apprécié de voir comment je menais mes interviews et j'espère aussi que tu as apprécié être interviewé ?


A.



Bonsoir à tous, 

Ce soir j'ai eu un peu de chance : j'ai trouvé mon inconnu du jour du premier coup, et au moment de monter dans le tramway, un pote de mon inconnu est arrivé. Donc je rentre dans le tramway, je fais ma petite interview en 2 arrêts, je descends terminer sur le quai de 'Vincent Gâche', son pote l'attend et reste à côté de nous. A la fin de l'interview, son ami m'interpelle en me demandant si je suis l'inconnu du tramway et qu'il s'est toujours demandé comment se déroulait une interview ! J'en profite pour lui proposer de l'interviewer à sont tour : il accepte !

Petite précision demain soir je ne pourrai pas écrire, je vais donc publier les interviews séparément : aujourd'hui Tista et demain William.

Je vous présente donc aujourd'hui Baptiste aka Tista, 27 ans et demain son pote William.

Dans la vie Tista est en recherche active d'un emploi stable : " Et aussi actuellement à la recherche d'une relation stable avec une femme ! (rires) Dans quoi je recherche ? J'aime la géopolitique, mais je n'ai que peu de bagage scolaire, j'ai un Bac ES et une option sport étude rugby. Pourquoi cet intérêt pour la géopolitique ? J'ai toujours trouvé ça passionnant, c'est un sujet dont on peut parler autour d'une table avec des potes et un verre de whisky ! " (rires) 

Je lui demande de me parler de sa situation perso de recherche d'emploi ? 
" Ça va je suis bien entouré ! Je cherche des petits jobs de temps en temps, et sinon j'ai mes parents qui m'aident. Je ne m'en fais pas, ça finira par arriver de trouver le truc qui me plait. En attendant je profite des potes et de la simplicité de la vie, j'ai besoin de peu et s'il y a plus, et bien c'est du bonus. Il y a des hauts et des bas, et c'est quand je suis au plus bas que je me sors de la merde ! " 

Il aime peindre : " J'ai toujours aimer créer ! Pas spécialement avec un pinceau, stickers, collages, bombes de peintures, etc. " 

Il n'aime pas le racisme, la pédophilie, la jalousie, la violence et les crimes contre l'Humanité. 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Hyper heureux ! Les potos sont là, c'est important. " 

Le mot de la fin ? 
" Play ! Pour : Let's play music. " 

Merci Tista pour ta bonne humeur, au plaisir de te recroiser ! 

Et demain au tour de son pote William.


A.








Bonsoir à tous, 

C'est encore une fois sur le chemin du retour que j'ai rencontré mon inconnue. Je n'aurais essuyé qu'un seul petit refus, avant de trouver mon inconnue du jour.

Je vous présente Amandine, 29 ans.

Dans la vie Amandine est secrétaire en scolarité : " C'est quoi secrétaire en scolarité ? Et bien c'est secrétaire dans une école d'ingénieur : je m'occupe aussi bien des inscriptions, du suivi de la scolarité des étudiants qui viennent du monde entier, et pas mal d'autres choses annexes. Si j'aime ce que je fais ? Oui carrément, je ne m'ennuie jamais, je rencontre énormément de gens dans le cadre de mon job : enseignants, étudiants, ... Et tout ça du monde entier c'est vraiment chouette.
- Vocation ? 
- Hasard total. En fait à la base j'ai obtenu une licence d'anglais, puis après j'ai enchaîné avec un Master en Edition... Ne trouvant pas de travail dans mon domaine et après une longue période de chômage, j'ai décidé de me réorienter et reprendre mes études en faisant un BTS assistante de gestion, parce que ça me plaisait et parce que j'avais fait une croix sur mes autres choix professionnels. J'ai donc postulé par hasard à une annonce et j'ai été recrutée... Cela dit, j'ai aussi postulé à ce poste parce qu'il fallait parler anglais et comme j'aime parler anglais, c'était pour moi le poste parfait ! (rires)
- Ça fait longtemps que tu fais ça ? 
- 3 rentrées. Oui, chez nous on parle en rentrées et pas en années. " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le principe de validation de la transcription. La transcription c'est le relevé de note en anglais, c'est sous forme de crédits européens qui prend en compte différents paramètres comme le système GPA, les notes, etc. Et c'est ce qui permet au étudiants de valider leurs crédits. Cette validation entraîne donc l'obtention de leur diplôme qui est reconnu dans toute l'Union Européenne. 
- Ce qu'il faut pour faire ton job ?
- Je dirais de la rigueur et de la polyvalence. 
- Ce qui t'a marquée quand tu as commencé ? 
- Le très grand nombre de cas particuliers liés aux cursus des étudiants étrangers, car on propose un très grand nombre de formations et donc ça peut vite devenir compliqué. " (rires)

Mis à part son métier, Amandine aime lire et écrire des romans de Science-Fiction, Fantasy, etc..., l'équitation, les balades et écouter de la musique : " Quel style de musique j'aime ? Je suis plutôt Metal et Folk Pagan. " 

Elle n'aime pas les petites injustices du quotidien, les gens qui ne se remettent jamais en question, les gens qui manquent cruellement de personnalité et qui ne s'affirment pas, les betteraves : " Et le truc qui m'insupporte le plus : les gens en retard ! " (rires)

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui. J'ai passé une bonne journée, j'ai suivi un cours de sport au travail - initiation au Krav Maga (rires) et je rentre chez moi tranquillement. " 

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Oulala, il y en a plusieurs ! 
- Si tu devais en choisir une ? 
- Je te dirais alors Mathieu Gaborit. C'est un auteur de SF que j'aime beaucoup ! J'aime ses romans mais surtout j'aime sa façon d'écrire, son style, le choix des mots qu'il utilise : il se renouvelle constamment. " 

Le mot de la fin ? 
" Merci d'être venu à ma rencontre. " 

Merci à toi Amandine d'avoir accepté d'être mon inconnue du jour et au plaisir de te recroiser.


A.


Bonsoir à tous, 

Ce matin c'est à l'arrêt '8 mai' de Rezé que j'ai rencontré mon inconnu du jour, et coup de chance pour moi il a accepté sans hésitations.

Je vous présente Julien, 31 ans.

Dans la vie Julien est jardinier : " 6 ans que je fais ce métier ! 4 ans en apprentissage puis un peu d'intérim dans différents domaines et depuis mars en CDI. Si ça me plait ? Oui, j'ai découvert ce métier un peu par hasard en effectuant un stage et j'ai trouvé ça cool. Après, je vois ce job comme une transition dans laquelle je vais pouvoir acquérir plus de compétences avant de pouvoir gérer des équipes dans l'insertion mais toujours dans le jardinage !  En quoi consiste mon métier exactement ? Je travaille pour une entreprise qui propose du service à la personne dans différents domaines, et le mien c'est le jardinage, je vais donc chez des clients m'occuper de leur jardin, mes clients se composent à 50% de personnes agées et 50% de personnes aisées. " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" La taille d'un arbuste : ça se fait avant la floraison et/ou après la floraison, pendant la période que l'on appelle le repos végétatif. 
Ce qu'il faut comme qualités pour faire mon job ? Aimer travailler en équipe, être en bonne santé physique et ne pas être un connard avec ses collègues. " (rires)

Il aime le cinéma, les sorties, les apéros avec ses potes, jouer aux palets et  au billard : " Je suis un fan de musique, j'adore en écouter : en ce moment j'écoute pas mal de hip hop français. " 

Il n'aime pas l'injustice dans sa globalité, le racisme, l'homophobie, les légumes crus.

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui ça va, c'est une bonne année pour moi : CDI, permis et copine. Là, tout de suite, je trouve que je n'ai pas à me plaindre. "

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mes parents et mes potes. Pourquoi eux ? 
Premièrement mes parents parce qu'ils sont à la base de mon éducation et deuxièmement mes potes parce qu'ils continuent de parfaire ce que mes parents ont commencé. " 

Le mot de la fin ? 
" Sois heureux ! " 

Merci Julien et j'espère que nous nous recroiserons dans le tramway un matin j'ai plein de questions à te poser sur le jardinage, haha !


A.



Bonsoir à tous, 

C'est sur le chemin du retour que j'ai trouvé mon inconnue du jour à l'arrêt 'Vincent Gâche'.

Je vous présente Anaïs, 21 ans.

Dans la vie Anaïs suit actuellement une formation : " J'ai commencé il y a 3 semaines. En quoi ça consiste ? Je suis en reconversion professionnelle et cette formation est là pour m'aider à trouver ma voie. J'ai donc différents stages à effectuer pendant les 3 mois de la formation. 
Ce que je faisais avant ? Je suis allée en lycée général, puis après avoir redoublé ma seconde, je suis réorientée vers un bac pro en gestion et administration. Après mon bac pro j'ai un peu intégré le monde du travail en tant que vendeuse. Mais je m'ennuyais profondément, donc il fallait que je trouve autre chose, mais quoi ?? Voilà où j'en suis ! "

Je demande à mon inconnue du jour de me parler de ses attentes professionnelles et de sa formation ? 
" Je ne sais pas vraiment ce que je souhaite faire, j'ai envie de me sentir utile ... Peut-être travailler dans le social ou auprès d'animaux. Tu sais, c'est dur de trouver, je suis quelqu'un de réservé et j'ai du mal à me décider. Comme je te l'ai dit, je veux me sentir utile, et ne pas me diriger vers un emploi qui ne me passionnera pas, je ne veux pas me diriger vers des métiers que l'on dit 'porteurs' comme le monde viticole, la restauration, etc. 
Comment je vois mon avenir actuellement ? Franchement, pour moi c'est super dur ... Je suis peu optimiste, j'ai l'impression que je ne trouverai jamais ! 
Pourtant avec cette formation on travaille sur la recherche mais aussi sur nous-même : je pense que mon problème vient d'un manque de confiance en moi et on bosse énormément sur soi. Par exemple, on nous apprend à trouver nos qualités et nos défauts et même de demander à nos proches de nous citer nos qualités et nos défauts.
- Et alors ça fait quoi d'entendre ça d'un autre ? 
- C'est difficile à entendre ! (rires) 
J'aurais aimé faire tellement de choses, mais qui sont inatteignables. Le job de mes rêves ? Ethnologue ! Mais les études ça coûte de l'argent et je ne suis pas sûre de pouvoir reprendre mes études ... Enfin je sais pas : je suis perdue ! " 

Malgré cette période compliquée pour mon inconnue du jour, je lui demande ce qu'elle aime faire sur son temps libre : " J'aime dessiner, la nature, écouter de la musique. " 

Elle n'aime pas les épinards, l'intolérance et ce qui la révolte le plus : 'le manque d'ouverture d'esprit des gens.' 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Non ! Je viens de Bretagne, je suis arrivée il y a un an sur Rezé et je manque cruellement d'amis.
- Tu te sens seule aujourd'hui ? 
- Clairement, oui la solitude me pèse ... Et je pense que ça ne m'aide pas dans cette épreuve. " 

Le mot de la fin ? 
" Continue de faire ce que tu fais, c'est rare de voir des gens qui s'intéressent aux autres. " 

Merci Anaïs, bon courage pour la suite et comme je te l'ai dit tu n'es plus seule aujourd'hui tu t'es fait un pote de transport : moi ! 


A.



Bonsoir à tous, 

Après un petit refus ce matin dans le froid, je décide de foncer me réchauffer au travail et de voir si j'ai plus de chance ce soir. C'est d'ailleurs ce qui se produit, je tombe sur un inconnu super enthousiaste à l'idée de se faire interviewer !

Je vous présente Fred, 27 ans.

Dans la vie Fred est animateur polyvalent : " Je suis animateur aussi bien pour des enfants, adolescents et adultes ... Je sors d'une saison d'animation en camping, donc tout public ! Et là je vais chercher du travail dans le périscolaire, il faut que je trouve un employeur qui me permette d'effectuer ma formation (BPJEPS) afin de pouvoir devenir éducateur. 
Si j'aime ce que je fais ? Carrément ! A la base j'étais serveur cafetier et en janvier dernier j'en ai eu marre ça ne me plaisait plus, j'ai donc cherché un métier qui me convienne mieux. Et avec mon tempérament dynamique, fun, empli de joie de vivre, aimant le relationnel ... Je me suis dit que travailler dans l'animation serait le boulot parfait ! (rires) Je ne me voyais pas non plus derrière un bureau, j'avais envie que ça bouge non stop, j'ai suivi une petite formation puis je suis parti 6 mois en saison et là ça a été le déclic : c'est ça que je veux faire. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Être animateur, pour moi, c'est essayer de faire oublier le train-train quotidien aux gens, comme par exemple en camping. Mon job, c'est de faire en sorte qu'ils se sentent bien, détendus et qu'ils s'amusent. Après, certaines personnes se lâchent un peu trop, mais ça fait partie du jeu de l'été ... Comme si le fait d'être en vacances aidait les gens à se lâcher plus et à abuser un peu plus de certaines choses, comme l'alcool. (rires)
Les qualités principales que doit avoir un animateur ? Dynamisme, sociabilité, sourire, et il faut avoir de la folie, je trouve, pour faire ce job. " 

Mis à part son métier Fred aime le sport - foot et cross-fit, le cinéma, les sorties, les soirées avec les amis, Netflix et voyager : " Mon dernier voyage ? Londres. " 

Il n'aime pas l'injustice, le racisme, l'andouillette : " Et la politique d'aujourd'hui dans son ensemble. Un ramassis de Fake News dictées par des gens complètement déconnectés de la réalités et des gens qui les élisent : ça, ça me révolte ! " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui ! Pourquoi ? J'ai enfin trouvé ma voie professionnelle et même si je n'ai pas encore trouvé de job actuellement, et bien je me sens enfin épanoui. " 

Le mot de la fin ? 
" Carpe Diem ! "

Merci Fred, au plaisir de te recroiser, je te souhaite de trouver un job et de réussir ta formation.


A.



Bonsoir à tous, 

Cela faisait un petit moment que j'essuyais des refus tôt le matin et cette malédiction est enfin levée, merci à mon inconnue du jour. Certes ce n'était pas gagné car se faire interviewer par un inconnu, qui plus est un homme et à 6h45 du matin ... C'est pas gagné au premier abord, haha !!

Je vous présente Cloé, 27 ans.

Dans la vie Cloé est conseillère service usagers pour un grand organisme qui aide des personnes : " En quoi ça consiste mon job ? Je conseille les personnes, ça peut être par téléphone ou via l'accueil physique, sur l'utilisation du site internet. 
Si ça me plait ? Oui carrément, je me sens utile tous les jours, on ne s'ennuie jamais car chaque jour est différent et j'aime être au contact des gens. 
Vocation ? Non pas vraiment, hasard total. A la base j'étais intéressée par la coiffure, la vente et par plein d'autres choses ... Puis j'ai découvert une annonce pour le poste que j'occupe, j'ai postulé et ça fait 2 an et demi que j'y suis. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" On a tendance à a penser que les gens qui viennent nous voir sont tous dans le besoin, alors que non, c'est faux. On reçoit aussi bien des chômeurs, que des étudiants, des ouvriers, des cadres, ... 
Ce qu'il faut pour faire mon job ? Il faut de la patience, de la rigueur, l'esprit d'équipe et de la neutralité. La neutralité c'est important : on ne juge personne, c'est la base. " 

Mon inconnue du jour en dehors de son métier aime les sorties avec ses amis, la course à pied, le shopping et écouter de la musique. 

Elle n'aime pas les brocolis, étendre le linge, les gens lunatiques : " Et ce qui me révolte actuellement, c'est la difficulté à trouver un logement à Nantes. Trop de barrières, trop d'épreuves pour avoir le droit de nous louer un appartement, que ce soit dans le privé ou pour une demande en logement social : 3 mois de loyers, dossiers pharaoniques à fournir, 1 garant, être en CDI - pourtant elle est en CDI... C'est compliqué pour un jeune et je suis dans ce cas-là : je galère ! "

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Non ! J'ai eu une soirée très compliquée ... Mais ça va aller mieux, je relativise ! Hier était hier, ... c'est passé. "

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Une amie qui m'a ouvert les yeux sur pas mal de choses, et par elle j'ai pu sortir un peu de ma réserve : je me sens mieux grâce à elle. "

Le mot de la fin ? 
" On fait notre vie en s'ignorant les uns les autres, c'est bien ce que tu fais de parler aux inconnus !! "

Merci Cloé, au plaisir de te recroiser dans le tramway ou sur le quai !


A.


Bonsoir à tous, 

Enfin !! Après plusieurs journées compliquées pour trouver l'inconnu du jour, la chance m'a de nouveau souri! J'aborde un jeune homme sur le quai à 'Hotel Dieu', il me dit qu'il descend dans 2 arrêts et ne pas encore très bien maîtriser le français. 

Je vous présente Ivan, 23 ans.

Dans la vie Ivan est étudiant : " Je suis espagnol et suis ici avec ERASMUS pour faire mon Master 1 en économie, je suis arrivé en France il y a 2 semaines. Si ça me plait ? Je ne suis pas tout à fait sur en fait. (rires) Disons que j'ai choisi cette filière pour comprendre mieux les enjeux économiques d'aujourd'hui et que j'apprends surtout l'économie générale ce qui ne reflète pas, pour le moment, la réalité. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son arrivée en France ? 
" Comme je te le disais, je suis en ERAMSUS et j'avais choisi la France ou l'Italie. J'avais une préférence pour la France car j'adore cette langue, d'ailleurs je m'excuse de parler aussi mal. " (rires)

Il aime découvrir de nouvelles choses, écouter de la musique, rire : " J'adore lire et profiter de la vie. "

Il n'aime pas le racisme, les insectes : " Et Macron ! Avec sa phrase stupide qu'il a dite à ce jeune homme comme quoi pour travailler il fallait traverser la rue. "

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui.
- Pourquoi ? 
- Et pourquoi pas ! (rires)
Plus sérieusement, je suis étudiant et j'ai mes préocupations d'étudiants, ça ne va pas être simple tous les jours mais je n'ai pas à me plaindre. " 

Le mot de la fin ? 
" Bizarre ! Surprenant de se faire interviewer ... Je ne m'y attendais pas. " 

Merci Ivan et bonne continuation dans tes études, j'espère que nous nous recroiserons.


A.


Bonsoir à tous, 

Avec mon trajet en chronobus je gagne pas mal de temps le matin et le soir, ce qui me permet de trainer un petit peu en fin de journée sur le quai du tram. Et c'est donc sur le quai de l'arrêt 'Hotel Dieu' que j'ai rencontré mon inconnue du jour, coup de chance pour moi elle avait déjà lu quelques articles de presse à mon sujet ! 

Je vous présente Marylène, 58 ans.

Dans la vie Marylène est secrétaire médicale depuis 41 ans : " J'adore ce métier ; c'est, tu peux le dire, une vocation. A l'époque j'hésitais entre le métier de sage femme ou secrétaire médicale, il faut quand même que je te dise qu'à l'époque j'ai passé le baccalauréat de secrétaire médicale... et oui, ça existait ! (rires)
- Et donc pourquoi as-tu choisi ce métier, qu'est-ce qui te plait ? 
- Le rapport aux autres, la prise en charge des patients, je suis au contact des gens et on créé du lien car on connait leur histoire. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Et bien ça ! Le rapport humain. Je travaille avec le même chirurgien depuis 29 ans et forcément des patients pour de longs traitements j'en vois passer, parfois pendant plusieurs années, et malheureusement d'autres moins longtemps. Je travaille dans un service où l'on reçoit des patients atteints de tumeurs donc ce sont généralement des traitements longs et on arrive comme ça à créer du lien avec le patient ou avec la famille. Ça doit être un des derniers services de l’hôpital, où l'on crée encore quelque chose avec les patients, et que l'humain prime au détriment du rendement et c'est tant mieux car le rétablissement passe aussi par le rapport humain. Et j'espère pouvoir continuer à dialoguer avec ces patients, ces familles encore longtemps !
Ce qu'il faut pour faire mon métier ? Etre disponible, discrète, avoir du respect envers les patients et savoir être à l'écoute. 
Oui, tu as raison de le souligner parfois c'est aussi dur émotionnellement car je rentre chez moi avec toutes ces émotions et ce n'est pas toujours facile. Mais le lendemain c'est passé et je retourne au travail toujours avec autant de plaisir en espérant pouvoir aider ces personnes. " 

Mis à part son métier elle aime jardiner, écouter de la musique, le basket qu'elle a longtemps pratiqué : " Mais ma grande passion c'est le ski que j'ai découvert un peu par hasard quand j'étais jeune (rires) et donc chaque année j'attends avec impatience d'y aller. " 

Elle n'aime pas le racisme : " Il m'arrive régulièrement d'en voir et ça me fait bondir ! " 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui, je suis bien entourée : amis, famille, mes enfants sont heureux et épanouis. Je n'ai besoin de rien d'autre pour être heureuse. Je suis quelqu'un qui voit toujours le verre à moitié plein, plutot que vide ! "

Le mot de la fin ? 
" C'était sympa cette rencontre ! " 

Merci Marylène pour ta bonne humeur, j'espère que nous nous recroiserons.


A.