Bonsoir à tous, 

Ce matin il m'aura fallu 2 refus avant de trouver mon inconnue du jour, au premier abord méfiante, au second abord pas trop motivée par une photo si tôt le matin ; mais finalement elle a joué le jeu de l'interview avec un inconnu.

Je vous présente Justine, 29 ans.

Dans la vie Justine est médecin : " Et plus précisément, je suis cardiologue. Si j'aime ce que je fais ? Oui, je n'aurais pas fait autant d'études pour un métier que je n'aime pas. (rires) Une vocation ? Non pas vraiment ! A la base je souhaitais être psy, donc j'ai fait ma première année de médecine et je me suis rendue compte que ce n'était pas ce que je voulais faire. Enfin, à la base de la base, plus jeune je voulais être architecte, puis criminologue, puis psy et en fait je suis cardiologue. (rires) 
Donc j'ai fait mes études et ce n'est que lors de mes stages que j'ai su que je voulais me spécialiser en cardiologie. Pourquoi ? Le contact humain, c'est différent tous les jours et j'ai véritablement le sentiment d'aider les gens car en général en cardiologie c'est quand même intense comme service. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" La sonde d'entrainement : J'en ai posé une il n'y a pas si longtemps, c'est un petit cathéter électrique qui se pose sur le ventricule droit et qui se pose régulièrement dans l'urgence sur un patient qui va faire un arrêt cardiaque. 
Une qualité pour être un bon cardiologue ? Il faut, selon moi, de l'empathie, être perfectionniste et savoir se remettre en question en permanence. "

Elle aime : " Je suis une jeune maman, j'ai un petit bout de 5 mois, donc en ce moment tout tourne un peu autour de lui. Mais sinon j'aime aller à la piscine, lire, le cinéma et les voyages l'été. " 

Elle n'aime pas l'injustice, la mauvaise foi, les gens qui n'assument pas leurs responsabilités, la betterave et faire les tâches ménagères. 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui, je suis contente d'aller au travail, j'ai un enfant adorable même si c'est compliqué avec le travail de concilier vie de famille et vie pro. Mais je pense que plus tard je me mettrai en libérale en tant que cardiologue histoire de trouver une vie plus équilibrée. " (rires)

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon oncle : Miguel. Malheureusement, il est parti trop tôt mais je pense souvent à lui. Il a énormément compté pour moi c'était comme un second papa, toujours là, toujours de bons conseils. Et à chaque décision dans ma vie, chaque chose que j'accomplis, je me demande s'il serait fier de moi s'il était encore là ! " 

Le mot de la fin ? 
" Il faut prendre ses cachets anti-allergies ! " (rires)

Merci Justine et au plaisir de se recroiser dans le tramway. 


A.

PS: Pour la petite info, le mot de la fin est lié au fait que je n'ai pas pris mes cachets ce matin et que je n'ai pas arrêté de me moucher et d'éternuer pendant l'interview, haha !!

Bonsoir à tous, 

C'est sur le chemin du retour que j'ai abordé mon inconnu du jour au terminus Marcel Paul. Un peu méfiant au premier abord, il préfère d'abord regarder à quoi ressemble le blog avant d'accepter et une fois rassuré, il accepte volontiers.

Je vous présente Thierry, 44 ans.

Dans la vie Thierry est dessinateur industriel : " Une vocation ? Non pas du tout, un pur hasard. A la base j'ai un BTS assistant technique ingénieur, mais en 1996 à la sortie des études pas de boulot ... rien dans mon domaine. A chaque fois que je postulais à un poste on me demandait soit de l'expérience alors que je débutais soit d'avoir une formation en dessin. Donc comme je ne trouvais pas de taf j'ai fait des petits boulots qui n'avaient rien à voir, comme cuisinier, magasinier, manutentionnaire, etc. Puis j'ai fini par trouver une formation en dessin industriel et c'est ce qui m'a permis de faire des missions d'intérim dans ce domaine et de fil en aiguille me voici en poste. 
Ce qui me plait dans mon métier ? L'aspect conception, respecter des cahiers des charges et donc de réaliser le projet. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Je bosse sur des projets de centrales thermiques et notamment des centrales thermiques cogénération, et là tu te demandes ce que c'est hein ? (rires)
- Oui, effectivement je veux bien savoir ! 
- C'est la production de 2 énergies : chaleur et électricité. On utilise des déchets verts non valorisés pour produire cette énergie.
Ce qu'il faut pour être un bon dessinateur industriel ? De la minutie, de la précision et de la rigueur. " 

Mon inconnu du jour aime le surf, danser - il aime les danses latines et particulièrement danser la salsa, faire de la photo et de la vidéo, les voyages : " Et je pratique la boxe thaïlandaise depuis 5 ans. " 

Il n'aime pas le poisson, l'individualisme et la politique : " Je suis un éternel révolté contre le système actuel qui oppresse les plus faibles à la faveur des plus riches. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, ça pourrait être mieux mais ça va. 
- Ça pourrait être mieux ? Il te manque quoi pour être véritablement heureux ? 
- De ne plus être seul dans la vie, je suis séparé, j'ai un garçon mais je dois dire que cette solitude me pèse un peu. Alors avec quelqu'un dans ma vie je serai carrément heureux ! " (rires)

Une personne qui t'a marqué ou qui t'influence encore aujourd'hui ?
" Coluche m'a marqué ! Pourquoi lui ? Le personnage public, altruiste, qui n'attend aucune contrepartie en retour ... forcément ça me marque. " 

Le mot de la fin ? 
" Y a pas de fin ! " (rires)

Merci Thierry et au plaisir de se recroiser dans le tramway un de ces jours.


A.


Bonjour à tous, 

Me voici de retour après l'épisode plus que pluvieux d'hier ! Depuis vendredi dernier j'ai repris la ligne 1 que j'avais délaissée, j'ai trouvé comment me rendre au taf en empruntant cette ligne et ça c'est cool ! Et il ne m'aura fallu qu'un refus pour trouver l'inconnue du jour.

Je vous présente Coline, 23 ans.

Dans la vie Coline est infirmière : " Je suis une jeune infirmière, je suis en poste depuis 1 an. J'effectue un remplacement dans un hôpital de jour du côté de Saint-Herblain. Une vocation ? Oui, je pense que c'est lié à mon éducation et au respect que j'ai pour les gens, c'était pour moi une évidence, ce métier. Ce qui me plait dans ce métier ? On ne s'ennuie jamais car les jours ne se ressemblent pas, c'est un métier où on se remet en question en permanence, les techniques évoluent sans cesse. Et puis il y a le relationnel : aider les gens, être auprès d'eux, c'est valorisant je me sens utile. 
Après je sais que c'est un métier difficile à cause des cadences, du fait que l'on déshumanise de plus en plus des soins ... Mais malgré tout ce que l'on voit et ce que l'on entend sur le milieu hospitalier, et bien je trouve que c'est un métier magnifique. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le gaz hilarant : quand on soigne un patient qui est sous gaz hilarant, il peut arriver que l'on inhale des vapeurs nous aussi, certes pas à forte doses et ça ne dure généralement que quelques secondes mais parfois on se met à rire avec le patient. (rires)
Ce qu'il faut comme qualités pour être une bonne infirmière ? 
Je pourrais te citer celles que l'on apprend dans les livres ... Mais je préfère parler de valeurs que de qualités car le métier n'est pas simple et le plus difficile c'est de réussir à prendre du recul vis à vis des patients même si c'est très compliqué : on s'attache malgré tout. " 

Mis à part son métier mon inconnue du jour aime lire, écouter de la musique, passer du temps avec sa famille et ses amis : " J'aime aussi la décoration et chiner sur internet ou dans des brocantes. " 

Elle n'aime pas le mensonge, le non-respect de manière générale et la viande rouge.

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Comme je te l'ai dit, j'ai appris hier que mon contrat n'était pas renouvelé donc hier j'avais un peu le moral dans les chaussettes... Mais aujourd'hui ça va mieux ! " 

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ?
" Mon oncle : Germain.
Pourquoi lui ? C'est une figure paternelle, une personne tout le temps présente pour moi ! " 

Le mot de la fin ? 
" Et bien, merci ! " 

Merci à toi Coline et au plaisir de se recroiser dans le tramway un de ces matins !


A.


Bonsoir à tous,

Avant de vous parler de mon inconnu d'hier, je tenais à m'excuser auprès de lui car le but du projet c'est d'interviewer un inconnu et d'écrire le soir même. Malheureusement, hier j'avais un séminaire d'entreprise et le soir je pensais avoir le courage de me mettre devant mon ordinateur et de rédiger l'interview mais j'étais trop fatigué. J'ai donc préféré reporter d'une journée et me reposer ! Les explications passées, voici l'inconnu d'hier :

Je vous présente Manai, 33 ans.

Dans la vie Manai est intérimaire : " Je suis actuellement en mission d'intérim dans le bâtiment en tant que menuisier, et ma mission d'avant ? Je travaillais sur les autoroutes.
Si ça me plait ? Plus ou moins, disons que ce n'est pas ce pourquoi j'ai passé des diplômes, ça paie donc les factures ! Pour tout t'expliquer je suis tunisien, je suis arrivé en France il y a 6 ans et en Tunisie j'ai un diplôme de maître nageur et un autre de coiffeur. Malheureusement, ici il n'y a pas d'équivalence donc il faut bien faire quelque chose ! (rires)
On m'a déjà proposé des missions de maître nageur l'été sur les plages, mais c'est la période où je rentre en Tunisie voir la famille, donc ça sera peut être pour une prochaine fois. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier de menuisier ?
" Actuellement je travaille sur une charpente, et avant de la poser et bien il faut démonter l'ancienne ! (rires) Ce qu'il faut pour être un bon menuisier ? De la patience, aimer se lever tôt le matin et être courageux car ce n'est pas un métier facile. "

Mon inconnu du jour sur son temps libre aime nager et profiter de ses proches.

Il n'aime pas : " Mise à part travailler dans le BTP, il n'y a rien que je n'aime pas. Un défaut chez les gens que je n'aime pas ? Je m'en fiche des autres, tant qu'ils ne m'embêtent pas moi je n'y prête pas attention. "

Es-tu heureux aujourd'hui ?
" Moi, je suis toujours heureux ! J'ai toujours le sourire, je profite de la vie ... On me demande souvent pourquoi je souris tout le temps et c'est tout simplement car j'aime la vie ! "

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ?
" Mes parents, parce qu'ils savent que je galère ici en France et qu'ils me donnent du courage pour m'en sortir. Oui, ils sont en Tunisie, je les appelle régulièrement et je retourne cet été les voir. "

Le mot de la fin ?
" J'espère trouver une super mission prochainement qui ne sera pas dans le bâtiment ! " (rires)

Merci Manai et au plaisir de te recroiser un matin dans le tramway.


A.


Bonsoir à tous, 

Comme j'avais oublié mon appareil photo et mon calepin au bureau hier je n'ai pas pu rencontrer d'inconnu hier soir et encore moins ce matin. Je n'ai malheureusement, le soir, que peu de temps pour trouver un inconnu, vu que je dois aller chercher ma fille à l'école rapidement. J'arrive donc dans la rame, j'aperçois un homme seul et décide de l'aborder : il accepte. Pas de chance pour moi, mon inconnu du jour n'a que 2 arrêts, je vais donc faire vite.

Je vous présente Claudio, 37 ans.

Dans la vie Claudio est chef cuisinier : " J'aime mon métier, cela fait 17 ans que je fais ça ! Une vocation ? En fait, j'ai découvert ce métier lors de mon service militaire au Brésil. Oui, tu l'auras deviné à mon accent, je suis Brésilien. Après cette première expérience, j'ai décidé de continuer dans cette voie professionnelle et j'ai suivi une formation dans la cuisine italienne, toujours au Brésil. Et puis plusieurs années après, j'ai décidé de me former pour devenir chef et pouvoir encadre une brigade en cuisine. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" J'aime cuisiner, gérer des équipes ... Mais ce métier si tu ne le fais pas avec passion, tu ne tiens pas longtemps ! " 

Il aime le sport : " Je pratique la musculation et le jujitsu. " 

Il n'aime pas le stress. 

Malheureusement pour moi, les arrêts entre Marcel Paul (le terminus) et Orvault-Morlière sont très courts, je dois donc abréger l'interview.

Le mot de la fin ? 
" Il faut profiter de la vie un maximum ! "

Merci Claudio, j'espère que l'on se recroisera prochainement dans le tramway ! 


A.

Bonsoir à tous, 

Ce matin, ça n'a pas été simple du tout pour trouver mon inconnu du jour ... J'ai essayé 6 fois et à chaque fois même réponse : Non ! Heureusement pour moi, j'ai fini par trouver.

Je vous présente Thibault, 29 ans.

Dans la vie Thibault est directeur général d'une structure : " Je travaille dans le commerce éphémère, par exemple c'est nous qui organisons les marchés de Noël et notamment celui de Nantes. Si j'aime ce que je fais ? Carrément ! J'ai de la chance de pouvoir faire mon travail sur Nantes, là où dans mon domaine tout est centralisé à Paris... donc mettre 10 minutes pour aller au travail c'est super chouette. Et puis ce job c'est passionnant, c'est énormément de rencontres, c'est donc très enrichissant et on ne s'ennuie jamais. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" On fabrique à Nantes tous les chalets de France, des marchés de Noël. On fabrique environ 1500 chalets et que l'on envoie en 3 semaines dans la France entière. 
Ce qu'il faut pour être un bon directeur général ? Je dirais qu'il faut être ouvert, bienveillant et proche du terrain. " 

Il aime le sport - le squash et la natation, les sorties, passer du temps avec ses proches et ses amis et les voyages : " Mon dernier voyage ? La Thaïlande, c'était génial ! " 

Il n'aime pas l'agneau, l'intolérance et les gens qui s’énervent trop vite : " J'ai pour principe de rester toujours calme et courtois, je me dis que ça désamorce souvent des situations compliquées. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, j'ai tout pour être heureux : j'ai beaucoup de chance dans mon parcours et de volonté, ce qui m'a permis de saisir de belles opportunités. " 

Le mot de la fin ? 
" Super moment d'échanger avec un inconnu mais limite frustran jt car au bout du compte je ne sais rien de toi ! Bonne journée. " (rires)

Merci Thibault et promis la prochaine fois tu me questionnes, au pire tu m'inities au squash ? :)



A.



Bonsoir à tous, 

C'est sur le quai du tramway, et ce après 5 refus, que j'ai aperçu mon inconnu du jour ... Il m'a impressionné par sa carrure. Je décide de voir où il s’assoit dans le tramway et je me mets en face. Je lui explique le projet, la démarche ... Il accepte ! 

Je vous présente Yacouba, 20 ans.

Dans la vie Yacouba est étudiant en informatique : " Actuellement je suis en école d'ingénieur mais actuellement en stage. Il me reste 1 an d'études, j'ai choisi la filière Data Scientist et Business Intelligence : c'est grosso modo l'étude des données dans le cadre d'une entreprise. Si ça me plait ? Carrément. D'ailleurs je sors de réunion, dans laquelle j'ai expliqué ce sur quoi je travaille depuis le début de la semaine et mes responsables ont été bluffés que j'aille aussi vite et que ce soit bien fait. Donc là je suis sur mon petit nuage. Je sais que c'est ça que je souhaite vraiment faire, ça confirme mes choix : je ne me suis pas trompé et c'est super valorisant pour moi. 
Vocation ? Oui, on peut dire ça j'ai depuis petit été attiré par l'informatique. J'ai bidouillé l'ordinateur familial mais surtout été impressionné par la puissance de l'objet et de toutes les possibilités que l'on peut faire avec cet objet. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" J'ai lu un article récemment, qui m'a fait beaucoup rire, de Forbes qui disait qu'être Data Scientist était le métier le plus sexy du  moment (article : ici). Sinon la Data Science c'est 3 grands domaines : informatique, statistiques et business. 
Une qualité pour faire mon job ? Il faut allier à la fois une bonne vision des process et du fonctionnement de l'entreprise dans laquelle nous sommes. Il faut exploiter les données mais il faut savoir comment les exploiter au mieux pour l'entreprise et prendre en compte tout un tas de facteurs. " 

Il aime faire du sport : musculation, basket et foot avec les copains, aller en boîte de nuit, jouer à FIFA sur console, manger des trucs délicieux et en énorme quantité : " Je suis un fan des buffets à volonté ! " (rires)

Il n'aime pas la méchanceté gratuite, les gens faux, le froid et l'hiver, les lentilles et le beurre : " Sinon, je déteste me faire chier ... Il faut tout le temps que je bouge je ne tiens pas en place. " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, grave !! Je ne suis pas encore accompli entièrement mais je suis sur la bonne voie car tout va bien pour moi j'atteins mes objectifs tous les jours un peu plus, donc ça roule. Je suis en paix avec moi-même : NAMASTE ! " 

Une personne qui t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père : Laciné.
Pourquoi lui ? C'est un homme qui a tous les trucs que j'aime et qui n'a rien de ce que je n'aime pas. C'est quelqu'un d'altruiste, toujours à faire le maximum pour les autres, il a toujours un mot pour te faire rire et il est toujours de bons conseils. C'est mon père et j'ai une chance énorme de l'avoir comme père !! " 

Le mot de la fin ? 
" Big Up à tous ! Je fais une dédicace à toute la Côte d'Ivoire, à toute la famille ici et là-bas et aux potes !!! " 

Merci Yacouba pour ta gentillesse ton humour, c'est un vrai plaisir de discuter avec toi ... au plaisir de se recroiser ! 


A.


Bonsoir à tous, 

Ce matin j'ai traîné sur les quais, j'ai observé longtemps et puis j'ai fini par me dire qu'il fallait que je me bouge un peu les fesses car la fatigue de cette année sans vacances commence à me peser. J'ai fait le choix de changer de travail, et donc j'en assume les conséquences mais je dois bien avouer que ça tire dur sur l'organisme de se lever tous les jours tôt. Bref, j'aperçois un homme sur le quai de commerce, pourquoi lui ? Il fume le cigarillo, ça m'intrigue je veux savoir qui il est ! 

Je vous présente Evrard, 30 ans. 

Dans la vie Evrard est intérimaire : " Je suis manutentionnaire, je fais des petits boulots pour gagner un peu d'argent aujourd'hui je vais ranger des palettes pour un grand magasin. Si j'aime ce que je fais ? Pas spécialement, mais c'est pour manger, m'habiller et surtout aider la famille.
Moi je rêve d'être cuisinier, depuis l'âge de 10 ans je rêve de faire ce métier. Pourquoi ne pas tenter dans ce métier ? Disons que pour le moment ce n'est pas la priorité, là je travaille pour gagner de l'argent et on verra après. "

Je comprends à travers ce qu'il me dit que la France n'est pas son pays d'origine :
" Evrard, tu es originaire de quel pays ? 
- Du Gabon. Nous sommes arrivés avec ma famille en août 2016, on a fui notre pays suite au climat de violence qui y régnait, ça devenait trop dangereux pour tout le monde et mon père a décidé de tout laisser sur place et venir en France.
Mon père est ingénieur en pétrochimie, donc ce n'est pas un choix facile à faire ... On est allé à l'école, on a manqué de rien ... Mais pour nous protéger le choix était plus judicieux de fuir. 
Pour en revenir à ce métier de cuisinier, mon père nous expliquait qu'il fallait d'abord étudier et après choisir sa voie professionnelle. 
Si ça a été dur notre arrivée ? Mis à part le climat de fraîcheur qui règne ici, je m'adapte très bien ! (rires) Le Gabon étant un pays francophone, il n'a pas été dur pour nous de nous adapter. " 

Il aime marcher, les balades dans la nature, regarder les belles femmes (rires), la pâtisserie qu'il a appris en regardant des vidéos sur internet : " Mais le truc que j'aime plus que tout, c'est danser. Je danse le breakdance, le hip-hop, la salsa ... J'aime ça, danser ! Après en Afrique on aime ça, ça fait partie de nous, ce côté fête et danse. " 

Il n'aime pas la pastèque, se mettre en colère, le système mis en place au Gabon dans lequel il m'explique que pour décrocher un emploi il faut connaitre des gens haut placé : " Mais le truc qui me révolte le plus, c'est de voir des français de métropole arriver au Gabon décrocher un emploi en 5 minutes, mieux payé que les gabonais alors qu'ici en France c'est le parcours du combattant. Il faut des tonnes de papiers, des entretiens, etc. Moi, je veux juste vivre décemment j'ai 30 ans et je vis avec toute ma famille, j'aimerais mon chez-moi et manger à ma faim. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, ça va, je n'ai pas à me plaindre. Moi je suis en France, si je regarde autour de moi ou dans d'autre pays, je m'estime chanceux. Et puis, même si les gens ne se parlent pas trop dans les transports, ici ils sont majoritairement sympas. Le plus compliqué c'est de rentrer dans des cercles d'amis, et après ça roule. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père : Jean. 
Pourquoi lui ? Parce que toute sa vie il s'est battu contre un taureau, on ne le voyait pas souvent mais on sait qu'il a fait le maximum pour sa famille. " 

Le mot de la fin ? 
" Toujours garder la tête haute ! "

Merci Evrard, j'espère que nous nous recroiserons dans le tramway.



A.

Bonsoir à tous, 

C'est sur le chemin du retour que j'ai rencontré l'inconnue du jour, ce matin il m'aura fallu 3 refus pour baisser les bras ! Au terminus Marcel Paul, j'ai décidé de rentrer dans la rame et m'assoeir en face de la première personne que j'apercevrais. Je m'assieds en face d'une jeune femme, je l'aborde : elle accepte !
" Tu n'as pas fait une exposition il y a quelques temps ? Je sais que j'ai vu un truc dans le genre, c'était toi ? Cool ! " 

Je vous présente Emily, 29 ans.

Dans la vie Emily est professeur des écoles : " Je suis institutrice depuis septembre, c'est mon premier poste. Je m'occupe pour cette première année d'une classe de CM2 mais je peux, en tant que professeur des écoles, avoir des classes de maternelle jusqu'à fin d'élémentaire. Si ça me plait ? Oui, mais c'est difficile ! Une première année ce n'est jamais simple pour tout nouveau professeur, on doit bien comprendre les programmes pour bien les enseigner et puis CM2 c'est pas simple mais c'est extrêmement enrichissant. Moi ce que j'aimerais faire, c'est enseigner en maternelle mais faute de place pour le moment j'enseigne en élémentaire. Mais c'est aussi super intéressant, notamment quelque chose j'aime particulièrement c'est l'enseignement moral et civique : c'est un temps de débat entre les élèves. Malheureusement faute de temps, à cause du programme scolaire, et bien je n'ai pas le temps d'en faire souvent. 
Ce temps de débat est pour moi bien plus important que leur inculquer les préfixes et les suffixes, ou encore pire : Les polyèdres. Ca t'a servi, ça ? 
- Franchement, c'est quoi les polyèdres ? Non, je ne m'en souviens pas du tout ! (rires)
- C'est vrai, voir des gamins galérer sur des matières qui, selon moi, ne leur serviront pas plus tard, j'ai encore un peu de mal ... Mais bon c'est comme ça ! Mon Dieu, on va me prendre pour une mauvaise prof ! " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Ce qui m'a surprise cette année c'est que le programme est tellement lourd, qu'il est difficile de gérer les choses du quotidien comme les conflits entre 2 camarades, les réorganisations de la classe si elle est agitée, etc. Bref, on a peu de temps pour l'imprévu alors que la vie est faite d'imprévue ... Ce n'est pas simple ! 
Ce qu'il faut pour une bonne prof des écoles ? Hmmmm ... Je dirais de l'organisation, accepter l'imperfection, savoir prendre du recul, être ouverte d'esprit, savoir s'autoriser des touches d'humour et bien sur être à l'écoute des enfants. "

Une vocation ce métier ? 
" Non, j'ai su tôt que je voulais être instit' mais pas depuis toute petite. Tu sais avant d'être prof j'ai été assistante en communication mais faute de trouver un travail dans la communication, j'ai été vendeuse en boulangerie, puis animatrice pour finir photographe au Puy du Fou. Tu connais le Puy du fou, non ? Et bien j'étais dans la cité médiévale et j'étais une gueuse qui proposait de prendre en photos les gens et de les déguiser, c'était très drôle ! " (rires)

Mis à part son métier, Emily aime papoter, faire de la photo, la nature et danser, même si elle m'avoue ne plus le faire souvent ces temps-ci. 

Elle n'aime pas les cons, les gens sans-gêne, le non-respect, le sexisme et elle n'aime pas la viande car elle est végétarienne. 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui. Pourquoi ? Je vais voir des amis, après je vais aider une autre amie pour son concours et j'ai passé un agréable moment en ta compagnie : tout va bien ! " (rires)

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mes parents : Claudine et Gérald. 
- Pourquoi eux ? 
- Parce qu'ils ont tout fait pour me rendre heureuse ... Et qu'ils ont réussi ! " 

Le mot de la fin ? 
" Merci c'était très sympa ce moment, surtout que c'était vraiment un hasard car je ne prends jamais le tramway. " 

Merci Emily et bonne continuation pour tes prochaines années, en espérant que tu puisse t'occuper d'une classe de maternelle rapidement.


A.

Bonsoir à tous,

Hier retour de weekend de 3 jours, je n'étais franchement pas motivé pour partir à la chasse à l'inconnu. C'est donc ce matin, ultra motivé, que je pars trouver mon inconnu du jour et BIM douche froide : refus, refus, refus, refus ...
Je finis par me dire que j'ai la poisse quand j'aperçois un homme tout au bout du quai. Je décide de faire une dernière tentative avant d'aller au boulot. Coup de chance pour moi : il accepte.

Je vous présente Gregory, 45 ans.

Dans la vie Gregory est fonctionnaire : " Je travaille pour l'administration fiscale, ça fait peur hein ? (rires) En quoi ça consiste ? J'ai différentes fonctions : je suis à la fois inspecteur des finances publiques, je fais des statistiques, je pilote et actuellement je dispense des formations professionnelles notamment sur le prélèvement à la source.
Vocation ? Non, hasard de la vie, avant j'étais vendeur dans une boutique de jeans. Et puis, je ne me voyais plus faire ça toute ma vie : mon âge avançant je commençais à fatiguer et j'en avais marre de bosser les weekends. C'est comme ça que je me suis dit qu'il fallait que je change. 
J'avais envie de me sentir utile pour la société donc j'ai postulé dans la fonction publique, j'ai commencé contractuel (Catégorie C) sans concours et j'ai décidé de passer le concours de la catégorie B et ensuite, grade que j'ai aujourd'hui, la catégorie A. Il n'y a pas de secret si tu veux évoluer dans la fonction publique, il faut passer des concours et c'est loin d'être simple. 
Si j'aime ce que je fais ? Oui, comme je te le disais c'est valorisant de penser que je suis utile pour les autres, je suis fier de travailler au service public et ce malgré tout ce que l'on peut dire sur les fonctionnaires. Je suis fier qu'il y ait dans notre pays des services publics et gratuits, que ce soit pour l'administratif, la santé et la culture. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Les disparités fiscales en fonction des villes. J'ai travaillé longtemps à Paris, et dans un arrondissement on traitait parfois 5 à 6000 impositions sur l'ISF, alors que dans une ville de province il ne pouvait y en avoir que quelques unes. 
Ce qu'il faut pour faire mon job ? De la patience, de la rigueur et surtout de l'empathie car on on rencontre parfois des personnes dans de grandes difficultés et c'est difficile à gérer... pour eux comme pour nous. Nous ne sommes pas insensibles, bien au contraire. " 

Mon inconnu du jour, mis à part son métier, aime dessiner, la musique, le cinéma, l'Art et les tatouages. 

Il n'aime pas l'indifférence, le racisme, la sectorisation : " Et que les seules alternatives que l'on nous propose soient ou la Guerre, ou le Fric ! Ce n'est pas un avenir ça, on ne construit rien de bon pour nos enfants sur des bases comme celles que l'on nous propose. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui parce que je suis en vie, j'ai un taf, une famille, il fait beau. Je suis quelqu'un qui voit toujours la bouteille à moitié pleine, plutôt qu'à moitié vide. " 

Le mot de la fin ? 
" Merci, ta démarche est sympa ça change de discuter dans les transports en commun. " 

Merci Gregory et au plaisir de te recroiser, tu pourras me poser toutes les questions que tu souhaites ! 


A.

Bonsoir à tous, 

Ce matin j'avais décidé de trouver l'inconnu du jour à l'arrêt 'Beauséjour' je commence par aborder un homme qui refuse, je me retourne et aperçois une jeune femme à ma hauteur. Je l'aborde, la démarche l'amuse : " Une photo ? Non mais là je rentre de soirée je vais avoir une vilaine tête ! " (rires) Elle finit par se laisser tenter par ce concept si original : parler avec un inconnu dans le tramway. 

Je vous présente Alice, 18 ans.

Dans la vie Alice est étudiante : " Je suis actuellement en BAC PRO Accompagnement Service Soin à la Personne (A.S.S.P). C'est pour devenir aide soignante ou infirmière mais j'ai baissé les bras. Je me suis rendue compte que ce n'était pas ce que je voulais, c'est trop scolaire, trop difficile, ça ne bouge pas assez à mon goût ... J'ai donc décidé de faire autre chose et je sais ce que je vais faire : je vais rentrer dans la police. 
J'ai passé 2 épreuves sur 3 et ça s'est bien passé : il y a eu les épreuves sportives, l'écrit et il ne me reste plus qu'à passer l'entretien. Et si tout se passe comme je le souhaite, après je pars en école de police à Saint-Malo. "

Je lui demande pourquoi avoir fait ce choix ? 
" J'ai des amis qui sont dans la police, ils m'ont expliqué le métier et je ne sais pas ça m'a plu ! Jamais j'aurais pensé choisir ce métier plus jeune, avec tout ce que l'on voit dans les médias, l'idée que les gens se font de la police... mais moi je veux aider les gens et faire bouger les choses. Et puis il y a eu les attentats au Bataclan, ça a été le déclic pour moi ... Je veux être utile pour les autres. C'est comme ça que ce métier est devenu ma vocation ! 
Ce qu'il faut pour être un bon policier d'après moi ? Avoir de la patience, c'est la clé de ce métier je pense. " 

Alice aime faire du sport - musculation, sortir avec ses copines, se maquiller : " Bon là je rentre de soirée j'ai une salle tête mais sinon j'adore me maquiller ! " (rires)

Elle n'aime pas l'injustice, la méchanceté gratuite, la sauce béchamel et les oignons. 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui. Pourquoi ? J'ai un copain, une famille, des super copines ... J'ai tout ce dont j'ai besoin pour être heureuse. " 

Le mot de la fin ? 
" C'est une bonne initiative de parler aux inconnus, merci d'être venu me parler. "

Merci Alice et bonne chance pour l'école de police !


A.

Bonsoir à tous, 

Ce matin j'ai beau avoir traîné un peu sur différents quais, j'ai trouvé qu'il n'y avait pas grand monde. De plus, j'avais envie d'interviewer une fille/femme aujourd'hui histoire de rétablir la parité, donc c'est quand même plus dur de trouver l'inconnu(e) du jour si je m'oblige à sélectionner. Bref, j'ai fini par aller au travail en espérant trouver une inconnue sur le chemin du retour. Pour rentrer chez moi, j'ai un bus et un tramway à prendre et comme vous le savez tous, on croise régulièrement les mêmes personnes quand on attend les transports dans les mêmes heures. Il y avait donc cette jeune femme que je voyais régulièrement à la sortie, je la connais de vue elle travaille au même endroit que moi, et ce soir j'ai l'opportunité de l'aborder : amusée elle accepte.

Je vous présente Cindy, 28 ans.

Cindy dans la vie travaille dans la restauration de l'entreprise où je suis : " Je fais la préparation des quiches/pizzas/sandwichs, le service le midi, la mise en place des différents produits ainsi que les pâtisseries. Si j'aime ce que je fais ? Oui, c'est tout récent mais ça me plait énormément. Les horaires sont très bien, moi qui cherchais un travail avec des horaires variables sans travailler le weekend, je suis comblée. 
Ce qui me plait dans ce job ? Le contact avec la clientèle qui est vraiment super cool, l'ambiance avec les collègues et le fait que l'on puisse proposer nos idées d'agencement, de produits, de recettes, etc. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" J'avais travaillé dans la restauration rapide plus jeune et j'avais une fausse idée de la restauration d'entreprise, je suis très surprise de voir à quel point on travaille avec des produits frais ... rien de congelé dans les plats. 
Une qualité pour faire mon métier ? Savoir gérer le stress et aimer le contact avec les gens, c'est primordial. " 

Pendant l'interview elle m'a expliqué être jeune nantaise, je me permets donc de m'en dire plus sur sa situation ? 
" Je suis de La Rochelle à la base, j'habite Nantes depuis 4 mois environ. Ce que je faisais là-bas ? J'étais esthéticienne, j'avais mon salon depuis quelques mois, ma clientèle commençait à se faire mais suite à ma séparation avec le père de ma fille j'ai tout quitté... Je me suis dit pourquoi ne pas changer de vie, recommencer à zéro avec ma fille. Et j'ai de la chance, ça fonctionne plutôt bien pour moi : j'ai trouvé un travail, j'ai un logement : c'est cool pour le moment ! Après je suis loin de ma famille et mes amis, mais c'est un choix que j'assume, je n'ai pas fait ce choix par hasard : j'en avais réellement besoin. "

Elle aime s'occuper de sa fille de 3 ans et demi, aller à la piscine, la danse - plutôt dancehall, se reposer, les balades, observer les beaux paysages. 

Elle n'aime pas faire le repassage, le mensonge, le gouvernement et sa politique injuste, les gens faux : " Moi je suis quelqu'un d'entier, j'ai besoin d'honnêteté ... La trahison et le mensonge c'est inconcevable pour moi ! "

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui. J'ai la santé, un travail, un logement, ma fille se porte bien... J'ai le principal je pense ? Il me manque peut-être un peu de relationnel, ce n'est pas évident de se faire des amis au début quand tu débarques dans une nouvelle ville mais ça va venir, je suis confiante ce n'est qu'une question de temps. "

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Le père de ma fille. Pourquoi lui ? Parce que j'ai voulu y croire trop longtemps et que ce que je pensais qui allait se passer n'est jamais arrivé. "

Le mot de la fin ? 
" C'est pour moi un nouveau chapitre de ma vie qui s'ouvre à Nantes ! " 

Merci Cindy et je suppose que l'on se verra demain midi ou soir à la sortie du travail.


A.



Bonsoir à tous, 

C'est sur le quai du terminus, après avoir laissé délibérément plusieurs tramway partir, que j'ai abordé mon inconnu du jour. A la base, je m'étais dit que je devais interviewer une femme car cela fait déjà quelques interviews d'hommes que j'enchaîne. Et puis, j'ai vu ce jeune homme avec son skate et ça m'a interpellé et décide donc de l'aborder : " Ah mais ouais je connais le concept, j'accepte ! "

Je vous présente Mehdi, 28 ans. 

Dans la vie Mehdi bosse dans le web marketing : " Le web marketing, qu'est ce que c'est ? Et bien c'est la promotion d'un service ou d'un bien par le biais d'un site web, des réseaux sociaux, les blogs, les retours d'expérience d'utilisateurs, etc. 
Si j'aime ce que je fais ? Oui carrément ! Le spectre du métier étant tellement large et diversifié, pas le temps de s'ennuyer. 
Vocation ? Hasard total, disons qu'avec mon parcours que je qualifierais de 'chaotique' ce n'était pas gagné ! (rires) A la base j'ai commencé avec un BEP en mécanique automobile, j'ai ensuite continué en BAC STI Génie Mécanique puis après j'ai fait une licence de langues et en parallèle de cette licence les métiers du web me passionnant je me suis documenté/informé pour avoir la chance d'intégrer la première promotion nantaise d'un Master Web Marketing. Promotion dans laquelle je suis toujours, car je suis en alternance actuellement ! Comme tu peux le voir, un parcours semé d'embûches qui a commencé par un rendez-vous avec une conseillère d'orientation qui a cru que, parce que j'aimais dessiner et j'aimais les voitures, j'aurais aimé faire un BEP automobile ... bref ! " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Cet après-midi j'ai bossé sur la conception d'un chatbot, c'est un robot sur un site web qui répond aux questions des utilisateurs. Je ne suis pas développeur, je participe seulement à l'élaboration des réponses apportées ainsi qu'au visuel. D'ailleurs, un métier qui va arriver dans les prochaines années le coach à robot, qui permettra de cibler/construire les réponses à apporter à l'utilisateur. 
Ce qu'il faut pour faire mon job ? De la curiosité et aimer apprendre. " 

Il aime jouer de la basse, le dessin, la photo de reportage/sport, il prévoit aussi de se mettre à la musique électronique : " Mais mon truc c'est le longboard dancing, c'est une planche de skate plus longue (le longboard) et avec on fait des figures, des pas acrobatiques, des sauts sur la planche de façon harmonieuse. A Nantes, on commence à avoir un bon niveau, on a participé deux années de suite à la plus grande compétition à Eindhoven et c'était super cool. On pratique ce sport sous les NEFS, on y est tous les jours quasiment et on discute avec les gens, ou on initie aussi les débutants. D'ailleurs, il ne faut pas hésiter à venir nous voir ! " 

Il n'aime pas les préjugés, les discriminations, la tarte au citron meringuée : " Et je déteste les situations stressantes, donc je fais tout pour ne pas me générer du stress car c'est une sensation que je n'apprécie pas. Comme par exemple prendre ma voiture et être dans les bouchons, c'est tellement plus reposant d'être dans les transports plutôt que dans les bouchons. "

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui. Même si je suis en période d'examens, et bien mon travail contre le stress porte ses fruits car je n'y pense pas du tout. Je bosse, je sais que ça va bien se passer donc j'évite de me mettre dans cet état de panique. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma mère : Cécile.
Pourquoi elle ? Parce que c'est ma maman et que je l'aime tout simplement. Et puis parce que c'est une personne très sereine et qui nous a toujours appris à être libre, elle ne nous a jamais freinés et encore moins mis de barrière : pour tout ça je l'en remercie. " 

Le mot de la fin ? 
" Je vais faire de la pub pour le longboard ! Donc si le longboard t'intéresse passe nous voir sous les NEFS, il a aussi la page facebook : ici. " 

Merci Mehdi, bon courage pour les examens et bonne semaine sereine à toi !

A.