Bonsoir à tous, 

Ce matin j'avais envie de trouver mon inconnu du côté de 'Bellevue', en général je privilégie les arrêts assez proches de Commerce comme ça j'ai plus de chances de faire un plus long trajet. Mais ce matin, j'avais envie d'un peu de changement et c'est sur cet arrêt que j'ai jeté mon dévolu, ne me demandez pas pourquoi : le hasard, je ne sais jamais quand je descends et où. Bref, j'attends quelques minutes seul sur le quai quand un jeune homme passe devant moi, j'attends qu'il se pose, qu'il sorte son smartphone et je l'aborde.

Je vous présente Clémilan, 25 ans.

Dans la vie Clémilan est installateur thermique : " Installateur thermique c'est le nouveau terme pour dire communément : plombier. Je suis donc plombier pour des particuliers et entreprises et j'aime ce job même si cela ne fait qu'un an que je l'exerce. Pourquoi j'aime ça ? C'est un job tellement vaste ... J'aime ce côté technique, les travaux manuels, c'est bien payé et qu'est ce que c'est valorisant d'aider les gens au quotidien. Une vocation ? Pas du tout, c'est arrivé par hasard à la base j'étais vendeur dans le prêt à porter pendant 5 ans et j'en ai eu marre ! Ce milieu est ingrat, tu bosses tout le temps, c'est mal payé, tu n'as aucune possibilité d'évoluer ... Ca m'a saoulé !  " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier d'installateur thermique ? 
" Une Megane : C'est une sorte de pistolet de serrage qui sert à sertir deux tubes entre eux afin d'éviter les fuites d'eau. 
Une qualité pour faire mon métier ? Il faut de la motivation, être autonome et savoir réfléchir avec sa tête. " (rires)

Mis à part son métier Clémilan aime les voyages - son dernier c'était au Portugal et la musique : " Je suis un passionné de musique, je joue de la guitare, de la basse, du piano et de la batterie. J'adore composer de la musique, j'aime tout ce qui touche aux sons en général. J'ai chez moi un petit studio d'enregistrement et je bosse actuellement sur différents projets. J'ai pour projet d'essayer de monter mon propre label ! "

Il n'aime pas la nourriture surgelée, les personnes méprisantes : " Et je déteste ne rien faire, il faut que ça bouge tout le temps sinon je deviens fou ! " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Même si j'ai perdu ma carte de bus et ma carte d'identité, oui je suis heureux ! Pourquoi ? Parce que tous les jours je me lève pour aller au travail et que je suis en bonne santé tout simplement. Tu sais il y a des gens qui sont dans des situations bien pires que la mienne alors tu sais je m'estime chanceux. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Lumumba
- C'est qui ?
- Un visionnaire congolais qui s'est fait exécuter alors qu'il souhaitait une Afrique Unie. Un homme avec un grand H, avec des convictions de fou ... Et avec des occidentaux qui le détestaient et qui ont comploté contre lui. Je pense souvent à lui en me demandant s'il n'avait pas été exécuté s'il aurait réussi à réaliser son rêve ? " 

Le mot de la fin ? 
" Un plaisir de partager avec toi cette interview. " 

Merci Clemilan et j'espère te recroiser un de ces jours dans le tramway !


A.

Bonsoir à tous, 

Ce matin sur le quai j'aperçois non loin de moi un jeune homme adossé à l'aubette ... Je m'approche, me présente : il accepte.

Je vous présente Rémi, 20 ans.

Dans la vie Rémi est en alternance au sein d'une entreprise : " Je travaille au bureau d'études, je suis à la fois projeteur et dans l'étude de prix. En quoi ça consiste ? Je fais les plans électriques du bâtiment : implantation, type de matériaux utilisés, chiffrage des câbles,  main d'oeuvre, etc. 
Si j'aime ce que je fais ? Carrément, c'est une vocation. Depuis tout petit en primaire on faisait des circuits électriques sur des petits moteurs et c'est à ce moment-là que j'ai su que je souhaitais travailler dans le domaine de l'électricité. Et puis avec toutes ces évolutions technologiques, on ne s'arrête jamais d'apprendre, c'est passionnant. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le TGBT : Tableau Général Basse Tension. Le transformateur, comme son nom l'indique, transforme le courant de 20 000 volts en 400 volts et l'amène au TGBT, qui, lui, protège l'installation électrique. 
Ce qu'il faut pour faire mon job ? Il faut savoir être prévoyant, précis, ne louper aucune information et avoir une bonne vision 3D de ce que sera le futur bâtiment que l'on va câbler. "

Mis à part l'électricité et son métier, mon inconnu du jour aime aller au cinéma - son dernier film au cinéma 'Les indestructibles 2', le badminton, les sorties avec les copains, le karting 4 fois par an avec son père et mater des vidéos sur Youtube : " Je ne regarde jamais la télévision, je sélectionne mes programmes sur youtube et comme ça je vais droit à ce que je cherche. Fini de zapper entre les nombreuses publicités ... J'aime regarder des youtubeur de jeux vidéo ou scientifiques. " 

Il n'aime pas les gens qui veulent toujours avoir raison, les fruits de mer et la pollution : " regarde ce matin, tu as vu la tonne de déchets par terre après la fête de la Coupe du Monde, je suis même chiant avec mes potes avec ça : on ne jette rien par terre ça m'agace. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon grand-frère : Allan.
Une sorte de mentor, toujours là pour moi, proche, à me protéger ou qui me mettait en garde de certains choix que j'aurais pu faire. " 

Moi je dis ça je dis rien, mais un mec qui s'appelle Allan, c'est forcément un mec super sympa ! hahaha.

Le mot de la fin ? 
" Merci de m'avoir interviewé. " 

Merci à toi Rémi et au plaisir de se recroiser un matin dans le tramway.

Bonsoir à tous, 

Je profite de la mi-temps entre la France et la Belgique pour vous présenter mon inconnu du jour, inconnu que j'ai répéré grâce à sa barbe. Moi qui voue un culte à la barbe, j'aime bien interviewer et photographier des barbus inconnus.

Je vous présente Stéphane, 27 ans.

Dans la vie Stéphane est en intérim : " Actuellement je suis en intérim mais ce n'est pas mon vrai métier : je suis barista de formation. 
- Barista ? Qu'est ce que c'est que ce métier ? 
- Un barista, c'est quelqu'un qui confectionne et/ou sert des thés, des cafés et des smoothies. Ce n'est pas du tout répandu en France. J'ai appris ce métier en Irlande, j'ai suivi une formation au-dessus d'un coffee-shop. Moi-même grand amateur de coffee shop ... Ça m'a presque paru une évidence de changer de voie professionnelle car mon métier de base avant d'aller en Irlande, c'est plombier. 
Et comme ce métier n'est pas très connu en France, à part bosser dans un Starbucks ... La lose quoi ! Donc en attendant de monter ma propre enseigne, je fais de l'intérim dans le bâtiment. Dans quel pays je compte ouvrir mon propre commerce ? Pour le moment c'est en réflexion, je n'arrive pas encore à me décider. " (rires)

fin de la mi-temps, j'écrirai la suite après le match.
...
Me revoilà, la France est en finale de la Coupe du Monde et je peux donc reprendre l'interview du jour.

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier de barista ? 
" Beaucoup d'études sur les régions des différents thés et cafés, différents goûts et arômes. J'aime beaucoup les cafés australiens et amérciains, des saveurs que l'on n'a pas l'habitude de déguster.
Ce qu'il faut pour être un bon barista ? Il faut être passionné et avoir l'expérience de la restauration afin de savoir gérer le rythme. "

Mon inconnu du jour, en dehors de son métier, aime faire du longboard, les vieilles voitures et les vieilles motos, les sports de manière générale et les voyages : " Je pars au mois d’août au Canada pour 15 jours. " 

Il n'aime pas les gens fermés, les abats et les politiciens.

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, les vacances approchent donc tout va bien ! " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma famille dans son ensemble. Pourquoi ? La famille c'est les bases : éducation, valeurs du travail, etc. " 

Le mot de la fin ? 
" Un trajet en tram totalement différent, merci. " 

Merci à toi Stéphane, je suis ravi d'avoir appris ce qu'était un barista ... Et je te souhaite de bonnes vacances si on ne se revoit pas.


A. 

Bonsoir à tous, 

C'est sur le chemin du retour que j'ai abordé mon inconnu, et pour une fois je ne me suis pas mis en face de lui mais à côté. Au début amusé et méfiant, il accepta assez rapidement d'être mon inconnu du jour.

Je vous présente Malick, 29 ans.

Dans la vie Malick est téléconseiller pour une mutuelle agricole : " Si ça me plait ? Oui carrément ! Avant je bossais dans les assurances, je devais vendre, faire du chiffre, faire de l'argent ... Et à force on avait plus le temps de parler, ce n'était pas gratuit et totalement désintéressé ! C'est ce qui a fait que j'ai voulu autre chose. Etre téléconseiller, ça ne me dérange pas même si ce n'est pas toujours agréable de se faire insulter ou lorsque l'on nous parle mal... Moi, je sais que ce n'est pas contre moi qu'ils en ont mais contre l'institution, j'arrive donc à prendre de la distance assez facilement et accepte facilement mon rôle de punching-ball. " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Je viens de changer, je suis en poste depuis 1 mois et ce qui m'a le plus choqué quand je suis arrivé, ce sont les délais de remboursement des assurés. On manque de moyens, de personnel pour traiter les demandes et parfois les assurés ne sont pas remboursés tout de suite ... Alors quand on sait que certains sont dans une certaine forme de détresse surtout pour les agriculteurs, forcément ça nous touche. 
Une qualité pour faire mon métier ? Il faut à la fois être humain et savoir aussi prendre un peu de distance. " 

Mis à part son métier Malick aime écouter de la musique - électro et dancehall, profiter de la vie, se reposer : " J'aime aussi beaucoup faire la fête ! " 

Il n'aime pas l'injustice : " Mais ce qui m'attriste, c'est quand je vois des gens qui suivent les règles et qui ne sont pas récompensés par leurs efforts, alors que d'autres arrivent en trichant ! "

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, je te l'ai dit je rentre chez moi, j'ai fini ma journée : il fait beau, je vais me poser chez moi et me fumer une clope et tout ça dans le plus grand calme et la plus grande zenitude possible. " (rires)

Le mot de la fin ? 
" Sympa ce que tu fais, c'est cool de parler avec un inconnu dans le tramway. Ca me rappelle une anecdote à mon arrivée de Martinique, je disais tout le temps bonjour aux gens : dans la rue, dans les transports, etc...Et personne ne me répondait, j'ai compris qu'ici on ne parlait pas aux inconnus. " 

Merci Malick et au plaisir de te recroiser dans le tramway, bonne chance pour la suite dans ton nouveau taf.


A.

PS : j'en profite aussi pour remercier les compliments d'Estelle (croisée ce soir) à mon égard et sur ce projet de folie que je tiens depuis bientôt 5 ans, qu'elle suit assidûment. Ça me touche de voir que des gens lisent tous ces portraits d'anonymes et aiment ça ! Merci à elle et à vous tous qui me lisez aussi, hein ! 

Bonsoir à tous, 

Avant de commencer ce portrait, je tenais à m'excuser auprès de mon inconnu du jour car je n'ai pas pu écrire hier soir. Bref, c'était hier matin sur le quai de 'Commerce' que j'ai rencontré mon inconnu, il attendait le tram sur la ligne 3, tout comme moi.

Je vous présente Benjamin, 31 ans.

Dans la vie mon inconnu du jour bosse dans le bâtiment : " Je suis maçon depuis 1 mois. J'ai toujours travaillé dans le BTP mais la maçonnerie c'est récent, car je viens de rentrer en France après 2 ans à l'étranger. 
Si ça me plait ? Non, pas vraiment ... C'est juste pour manger et payer les factures. Où j'étais ? Nouvelle Zélande, Australie et Asie. Et puis faute de visa, de thunes et envie de revoir la famille... Je suis rentré ! 
Une vocation ce métier ? Pas du tout, tu sais j'ai quitté l'école à 17 ans, j'ai bossé direct avec mon père dans la pose de piscines... J'ai toujours su que l'école ce n'était pas pour moi, j'avais envie d'être indépendant financièrement, avoir un appartement, etc. "

Vu qu'il n'aime pas son métier, je lui demande de me parler de ses 2 années à l'étranger : 
" Je suis parti avec ma copine, on a réussi à avoir un visa 'working holiday' qui nous permettait d'aller travailler là bas. On a acheté un petit van, qu'on a aménagé et on a parcouru le pays. Moi je bossais dans le bâtiment, comme c'est ce que je savais faire et ma copine de l'époque dans la restauration, et c'est comme ça qu'on a fait nos 2 années. 
Et ça fait un bien fou, tout est différent : 300 jours de soleil par an, moins d'administratif qu'ici, les gens sont sympas, accueillants, y a du taf et on te fait pas chier pour bosser, en plus tu es payé à la semaine (et mieux qu'en France) donc si tu veux te prendre un appartement pour une semaine tu peux ... et sans caution et garantie de tes parents/grand-parents ... Bref, une expérience de folie. En plus, j'ai des potes qui vivent dans plein de pays du Monde entier, on a fait des rencontres humaines dingues ! "

Je lui demande de me raconter une anecdote sur ses 2 années à l'étranger ? 
" A Oakland, on vivait dans une vieille maison en collocation avec 18 autres personnes et 1 seule salle de bain. Je ne te raconte pas le bordel ! " (rires)

Mon inconnu du jour aime le surf l'été, le snowboard l'hiver et les sports de glisse en général, boire des coups avec les potes et les jeux vidéo : " Même si actuellement je n'ai plus de console ou d'ordinateur vu que je suis revenu il y a un mois, mais j'ai pas mal joué à Counter Strike et Surviving Mars. " 

Il n'aime pas la bêtise humaine telles que les incivilités, les gens qui jettent leurs papiers par terre, les gens qui font la gueule et la végémite : " C'est un truc qu'ils mangent en Nouvelle Zélande, une sorte de mixture infâme ultra salée... Bref, ne goûte jamais ce truc ! " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Pas des masses actuellement, je dois bien avouer. On s'est séparés avec ma copine à notre retour de Nouvelle Zélande, donc j'ai déjà été plus heureux que ça ! Mais on fait aller, ça va revenir vite je le sais, je suis quelqu'un d'optimiste de nature ! " 

Le mot de la fin ? 
" Ça m'a fait plaisir de te rencontrer, le trajet est passé vachement plus vite ! "

Merci Benjamin et j'espère te recroiser prochainement dans le tramway.


A. 

Bonsoir à tous, 

Comme vous le savez surement, depuis quelques jours je galère ; entre les refus, les orages, la fatigue qui s'accumule (vivement les vacances) et bien ce n'est pas toujours simple de trouver l'inconnu(e) du jour. Bref, c'est à l'arrêt 'Beauséjour' que j'aborde une énième inconnue ... Comme d'habitude la personne abordée est surprise, amusée, méfiante, etc. Mais aujourd'hui c'était un peu différent, elle était méfiante, elle refuse d'abord, me demande à voir le blog, me questionne ... Et puis elle finit par lâcher prise et me faire confiance. Et oui, faire confiance à un inconnu n'est pas une mince affaire.

Je vous présente Maëlle, 22 ans.

Dans la vie Maëlle est A.P.S : " Je suis Assistante Prévention Scolaire dans un collège en REP+. En quoi ça consiste ? C'est un jeune métier qui doit avoir 5 ans, je fais de la prévention scolaire, j'accompagne des élèves en difficulté que ce soit pour de la gestion de conflit ou de l'accompagnement personnel et/ou familial. Je travaille beaucoup avec des partenaires extérieurs tels que des psychologues, des médecins, des maisons de quartier, des éducateurs ... Et tout ça dans le but d'aider l'élève. 
Une vocation ? Non ! Le hasard total, à la base j'ai fait des études de communication sans succès pour travailler dans ce domaine, après je suis devenue maman et ce n'est qu'il y a 2 ans que j'ai répondu à une offre et ai été retenue. Et j'aime ce métier, même si c'est parfois éprouvant, frustrant, mais qu'est-ce que ça fait du bien de se sentir utile. Alors je sais que pour le moment ils ne se rendent peut-être pas compte mais j'espère qu'un jour ils se souviendront qu'on les a aidés et que ça a fonctionné, même si je sais que pour certain ça va être plus compliqué : je garde espoir pour eux. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Comme tu peux le voir je ne suis pas très grande et j'ai souvent des élèves bien plus grands que moi ; j'ai donc trouvé une astuce pour les sortir du conflit dans lequel ils sont. En fait, je passe ma main à l'intérieur de leur bras et je les pince légèrement, à cet endroit la peau est très fine et généralement ils sursautent : 99% du temps ça les stoppe net !  (rires) Ce qu'il faut comme qualités pour faire mon job ? De la patience, du calme, de l'empathie et de l'amour pour ces enfants. Je suis maman et forcément parfois on a du mal à prendre du recul sur des situations que ces enfants vivent et donc même si j'ai un rôle éducatif avec eux, je dois bien avouer que l'on a de l'affection pour eux. " 

Elle aime lire, le calme, aller à la piscine et passer du temps avec son fils.

Elle n'aime pas les gens qui ont un avis sur tout, les manifestations qui t'empêchent d'aller au taf, les champignons et les personnes qui, avec leur regard, jugent des parents quand leur enfant crie dans les transports en commun : " Je n'y peux rien si mon fils pleure dans le tramway, je ne vais pas le jeter sur les rails pour leur faire plaisir ! (rires) Tu vois bien comment ils te regardent, te jugent sans même te connaître ... Et tout ça car ton enfant pleure, comme si je faisais ça pour les embêter ! "

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui, je suis en paix avec moi-même. J'ai une vie calme, j'ai pris les bonnes décisions pour moi et mon fils ... Oui, je suis heureuse ! " 

Le mot de la fin ? 
" Continue, c'est bien ce que tu fais ! " 


Merci Maëlle et au plaisir de te revoir, j'espère quand même que tu ne regretteras pas d'avoir discuté avec un inconnu dans le tramway ? :)


A.



Bonsoir à tous, 

Ce matin j'étais sur le quai du tramway, j'attendais gentiment de trouver ma proie du jour quand un jeune homme passa devant moi avec son tee-shirt 'Metallica' et son bracelet de force à pointes : il m'intrigue et décide de l'aborder. Au premier abord méfiant, il finit par se prêter au jeu de l'interview !

Je vous présente Hugo, 18 ans.

Dans la vie Hugo est lycéen : " Je me rends à ma dernière épreuve du bac, je passe un bac littéraire. Pourquoi cette filière ? Tout simplement parce que j'aime lire, le théâtre et les livres en tant qu'objets. "

Je lui demande de me parler de ce qu'il va faire après son bac ? 
" Moi je souhaite être comédien. J'ai tenté le concours du conservatoire mais je n'ai pas été retenu malheureusement, je vais donc tenter une seconde audition à l'école du théâtre populaire nantais. 
- Qu'est ce qui n'a pas fonctionné au conservatoire ? 
- Je ne sais pas, j'avais tout bien préparé ! Après il faut savoir qu'il y a 150 demandes pour intégrer le conservatoire, sur ces 150 demandes 25 sont retenues : c'est le premier tour. Au second tour, ils n'en gardent que 10 donc la sélection est difficile et exigeante. 
Si ça ne fonctionne pas, mais il n'y a pas de raison, je m'orienterai vers la Fac de Rennes 2 dans une filière spectacle : spécialité théâtre. " 

Parle moi de ta passion le théâtre ? 
" J'ai découvert le théâtre à l'âge de 6 ans, j'ai été voir des pièces et j'ai accroché. Les années passent, je suis de plus en plus intéressé par ça et je me dis pourquoi ne pas inverser les rôles de spectateur à acteur. C'est comme ça que j'ai intégré des cours d’expression scénique puis plus tard des vrais cours de théâtre. Et puis le théâtre a aussi cette faculté à aider à gagner de la confiance en soi, ça m'a plu aussi ! " 

Mis à part cette passion pour jouer la comédie, Hugo aime le metal, jouer de la guitare, de la batterie et chanter : " Je pratique aussi le billard en club, je fais de la compétition au niveau régional. " 

Il n'aime pas le fenouil, l'homophobie : " Et le lycée ! C'est trop classique, trop théorique. On ne nous apprends pas des métiers ou des compétences, on nous apprend à avoir la moyenne et un diplôme. "

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui carrément ! J'ai tout ce qu'il faut : des potes, des passions ! "

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Marylin Manson et ses textes, son histoire, ses valeurs ... Il est intriguant et créatif ! "

Le mot de la fin ? 
" Ne jamais abandonner ses rêves. " 

Merci Hugo pour cette interview et je te souhaite de réussir tes auditions et de devenir comédien.


A.

Bonsoir à tous, 

Ce matin, je me suis assis en face de la seule personne un peu isolée dans le tramway. Je l'ai repéré tout de suite : regard fermé, écouteurs vissés sur les oreilles. Certes, il fait jour mais il est quand même 6h55, on est bien tôt le matin ! 

Je vous présente Alexis, 24 ans.

Dans la vie Alexis est vendeur dans une boutique de chaussures : " Je suis vendeur chez F********R. Si ça me plait ? Ouais, je fais ce job depuis la fin de mes études il y a 5 ans, donc 5 ans que je suis vendeur ! (rires) Là, c'est tout nouveau cela ne fait que 2 mois que je suis en poste ... Et pas beaucoup plus longtemps que je suis à Nantes, je suis d'Angers puis je suis parti 3 ans sur Bordeaux. Et comme j'ai pas mal de potes ici, j'ai décidé de poser mes valises.
Pourquoi vendeur ? J'ai toujours aimé le contact avec les gens; sauf quand un inconnu vient te parler à 6h du mat' ! (rires) Et puis dans ma famille j'ai membres de ma famille qui sont eux aussi dans le commerce, ça a donc aidé à choisir ce métier. De plus, j'aime les fringues, les chaussures ... Donc je suis dans mon élément ! 
Vocation alors ? Oui et non, en fait j'ai arrêté l'école au bac que je n'ai pas eu. Alors oui, aujourd'hui je regrette de ne pas avoir continué mes études mais je trouve que je m'en sors bien pour le moment. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Il faut de l'écoute et parfois ce métier est un peu frustrant car j'aime partager, conseiller,  avec les gens mais parfois les gens ne te le rendent pas ... Mais bon on fait avec ! " (rires)

Mon inconnu du jour aime passer du temps avec ses potes et sa famille, écouter de la musique - plutôt de l'électro, profiter de la vie, le graphisme - il essai de faire des petites productions sous Photoshop et Illustrator : " J'aime surtout faire la fête, j'ai une bonne bande de potes et on profite de la vie, parfois avec un peu d'excès. " (rires) 

Il n'aime pas les gens fermés, les bananes : " Et le Monde dans lequel on vit : endormi ! On ne s'insurge de rien, on laisse faire : migrants, Trump, ... Comme si c'était normal de séparer les gens ou de les laisser mourir en pleine mer. Je ne sais pas ce qu'il faut pour que les gens bougent, alors certes moi aussi je suis un peu dans ce cas là ... En tout cas j'ai un profond respect pour les gens qui essaient de faire bouger les choses. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Arf, la grande question ! Tu sais que cette question je me la pose tous les jours ? Je ne sais pas si je suis heureux, en tout cas je n'ai pas la réponse. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père : Luc. Pourquoi lui ? Il est parti de pas grand chose, et il a une belle réussite. Une belle vie, de belles idées : un exemple quoi ! Un père. "

Le mot de la fin ? 
" Il fait beau, la journée commence plutôt pas mal. " 

Merci Alexis au plaisir de te recroiser sur ton lieu de travail ou dans le tramway.


A. 




Bonsoir à tous, 

Ce matin quand j'aborde mon inconnu du jour, il est sur le quai en train de prendre son petit déjeuner. Je lui parle de mon projet, qui je suis, le concept ... Il accepte tout de suite sans hésiter : " C'est grave cool ton idée, c'est vrai que dans le tram personne ne se parle ! " 

Je vous présente Vincent, 18 ans.

Dans la vie Vincent est en CDD : " Je bosse dans une boîte qui fait des décors et/ou sculptures pour piscines tels que des mascottes, des toboggans, des animaux, etc. Attends je vais te montrer ! " Il sort son smartphone et me montre quelques photos de réalisations sur lesquelles il a travaillé. 
" Une vocation ? Pas vraiment, enfin pour tout te dire j'ai fait un bac pro l'année dernière mais faute de trouver un travail ... Je suis resté chez moi quelques temps à me laisser aller, à me lever à 14h, à me morfondre sur mon sort ! Ce qui est débile c'est que je me disais que j'avais pas de taf, que je galérais, que je m'ennuyais mais je n'avais pas le déclic pour me prendre en main pour chercher du taf. Bref, le temps passe et un jour je me lève c'est le déclic, je sens que j'ai besoin de me bouger les fesses ... Et je refais mon CV. Donc je vais à Leclerc déposer mon CV et une semaine plus tard je bossais là bas ! Et depuis tout s’enchaîne, où je travaille aujourd'hui j'avais déjà postulé en sortant de l'école et ils avaient refusé, et juste à la fin de mon contrat à Leclerc les v'la qui m'appellent et me proposent un job, le pied! Mon CDD se termine vendredi ! Si je prolonge ? Non pas du tout, tout ça m'a permis de me reprendre en main et je suis pris dans un lycée qui propose un nouvelle section : D.T.M.S (Diplôme de Technicien des Métiers du Spectacles) qui est une continuité de mon BAC Pro Plasturgie Composite : et là c'est le kiff ! Tout se goupille super bien, je pars chercher un appartement en Haute Normandie, car c'est là bas qu'est le lycée, et c'est cool. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Il y a 3 sections avant d'avoir le produit fini : 
1 - Le sculpteur de mousse
2 - Nous, les stratifieurs en résine de fibre de verre que l'on pose sur la sculpture en mousse
3 - Les peintres spécialisés dans les trompes-l’œil et les effets spéciaux. 
Ce qu'il faut pour faire mon job ? De la patience, être organisé et de la curiosité. "

En dehors de son métier il aime faire du dessin sur tablette graphique, faire de la sculpture sur son temps libre au travail, écouter de la musique - hip-hop, jazz, soul, funk, etc... :  " Et j'aime faire de la musique. Je ne joue pas d'un instrument en tant que tel, mais je fais de la M.A.O (Musique Assistée par Ordinateur) et ça, ça me prend pas mal de mon temps libre car j'adore créer. " 

Il n'aime pas le racisme, les légumes, les boulots répétitifs sans qu'on lui demande son avis et les réseaux sociaux : " En fait, il y a des réseaux sociaux que je boycott comme Snapchat. Pour moi c'est du m'as-tu-vu, ça ne sert a rien, ça ne rapproche pas les hommes entre eux ... " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, parce que si je regarde en arrière il y a 5/6 mois j'étais pas vraiment bien et que là aujourd'hui tout va super bien. Se lever à 14h tous les jours, à force tu déprimes, tu es seul, tes potes sont en cours ou au taf, tu perds toute motivation et c'est à ce moment que tu te dis qu'arrêter tes études tôt c'est vraiment par facilité. Alors qu'aujourd'hui, je suis super content de me lever tous les jours à 6h, je croise des gens dans le tramway, au travail, j'ai une vie sociale ... Je me sens bien ! " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma copine : Emma.
Pourquoi elle ? On s'est rencontrés sur Facebook il y a 3 ans, j'avais sorti une vieille technique de drague débile ! (rires) Et j'ai appris à la connaitre, c'est une fille exceptionnelle et on se soutient mutuellement, ça n'a pas toujours été simple on a eu des pépins chacun de notre côté ... Mais on est là l'un pour l'autre ! D'ailleurs, si aujourd'hui je suis heureux c'est aussi grâce à elle. " 

Le mot de la fin ? 
" On a pas de résultat sans efforts ! " 

Merci Vincent pour ta bonne humeur matinale, c'était super cool ! Au plaisir de se recroiser et si on ne se recroise pas je te souhaite bonne chance pour la suite. 


A.



Bonsoir à tous, 

Ce matin je prends la ligne 1 et m'assieds en face d'un jeune homme, je l'aborde et il accepte - même si au premier abord il se méfie. Il m'explique rentrer de la fête de la musique et descendre dans 2 arrêts, mais comme il est super sympa il acceptera de terminer l'interview en ma compagnie sur le quai.

Je vous présente Edouard, 28 ans.

Dans la vie Edouard est pilote de robot sous-marin : " Je pilote en mer, depuis un bateau, des sous marins 'drones' pour poser de la fibre optique. Je suis actuellement en études en ingénierie à l'école de la Marine Marchande à Nantes et pendant une année. Si ça me plait ? Oui carrément ! Je suis issu d'une famille de marin : mon père, mon grand-père, etc.... La mer c'est sacré chez nous. 
Je ne suis pas nantais, je suis de Saint-Malo, je pars 6 mois en mer et 6 mois de repos ... Enfin en général je profite de ces 6 mois de repos pour voyager. Je fais ce job depuis 5 ans, mais j'ai décidé de faire cette année de formation pour évoluer ... J'ai commencé en 2013 en tant que chef mécanicien et aujourd'hui je pilote des sous-marin, j'adore apprendre de nouvelles choses.
J'aime dans ce métier piloter des sous-marins un peu comme un pilote de drone : je suis sur le bateau mais je trouve ça chouette, j'aime bricoler, réparer et puis j'aime la mer ... Même si c'est un métier dangereux, être sur l'eau c'est magnifique. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Qu'est ce que tu tu veux que je t'apprenne ? 
- Un truc technique, un mot, une anecdote, etc.
- Une anecdote ? En mer on a des tonnes d'histoires à raconter tellement on est seul sur son bateau ... Mais par exemple, j'ai subi une explosion de chaudière sur un bateau. J'étais en machinerie et la chaudière a explosé,  j'ai été projeté sur plusieurs mètres, et j'ai du aller couper rapidement le circuit. Malheureusement, un collègue à moi était beaucoup plus près de la chaudière que moi et n'a pas survécu à l'explosion. C'est ça de travailler en mer, on bosse 18h par jour, on dort peu, on reste longtemps en mer ... On accumule de la fatigue et on finit par faire des gestes moins précis et qui peuvent mener à un accident, plus ou moins grave. "

Mis à part son métier et les voyages, mon inconnu du jour aime la musique - il joue de la guitare dans un groupe, le skate, le surf et la cuisine : " Ah la cuisine, mon autre grande passion ! Je pense d'ailleurs arrêter de bosser en mer dans 5-6 ans pour travailler en cuisine.  "

Il n'aime pas la volaille, l'impédance, le m'as-tu-vu et l'ignorance des gens  : " L'ignorance dans le sens de ne pas affronter un problème, de baisser les yeux lors d'une agression, etc... Ça, ça me révolte ! " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui, parce que je termine bientôt mon année de formation et qu'après je retourne enfin en mer. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père : Marc.
-  Pourquoi lui ? 
- Parce c'est une personne ultra importante pour moi, qu'il m'a transmis la passion pour la mer, la passion de la cuisine et que c'est quelqu'un qui prend soin de ses proches mais pas que. Une personne comme on en fait plus aujourd'hui, ou du moins pas assez, qui prend soin des autres et je sais qu'il aide encore aujourd'hui beaucoup de personnes : je suis fier de lui. " 

Le mot de la fin ? 
" Toujours rester optimiste ! Il faut garder la tête haute et savoir relativiser sur nos soucis ... Je me rends compte grâce aux voyages qu'ici, en France, nous ne sommes pas à plaindre : on a une vraie chance. " 

Merci Edouard, je ne pense pas que nous nous reverrons prochainement dans le tramway mais en tout cas bon retour à Saint-Malo et en mer. 


A.

Bonsoir à tous, 

C'est sur le chemin du retour, au terminus de la ligne 3, que j'ai rencontré mon inconnue du jour. Surprise et amusée, elle m'a fait confiance pour être mon inconnue du jour.

Je vous présente Athéna, 32 ans.

Dans la vie Athéna est assistante sensorielle : " Oui, tu te demandes ce que c'est ? Personne ne connait ce métier je passe mon temps à l'expliquer ! (rires) Donc assistante sensorielle c'est le fait de recruter des personnes pour des tests consommateurs. En gros on est missionné par un groupe ou une marque, bien souvent des marques dans la grande distribution, pour faire des études sur des nouveaux produits, des nouvelles recettes, des packaging de produits, etc. 
Si ça me plait ? Oui, ça va. 7 ans déjà que je fais ce job j'ai un peu l'impression d'en avoir fait le tour mais j'aime ce que je fais. C'est un job très enrichissant, on rencontre énormément de personnes, humainement c'est très riche. 
A la base j'avais fait des études de management, mais je ne trouvais pas de travail. On me sortait toujours le même truc : pas assez d'expérience. D'un autre côté si tu ne me donnes pas ma chance, c'est sur je ne suis pas prête d'avoir de l'expérience ! Bref, ça c'était la parenthèse coup de gueule ! (rires) Donc comme je devais taffer, j'ai fait une mission en tant qu'intérimaire dans ma boîte et je suis restée. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Hédonique : On utilise ce mot quand on fait un test consommateur. Il y a d'ailleurs 2 façon de faire un test, de façon hédonique - on ne présente qu'un seul et unique produit anonyme et l'autre test 2 à 3 produits en même temps mais toujours anonyme. 
Une qualité pour faire mon métier ? Je dirais qu'il faut être précise, organisée et savoir gérer le stress car dans une journée on fait 5 tests consommateurs, chaque test est composé de 30 personnes donc ça demande une certaine dynamique : on ne s'ennuie jamais chez nous ! " (rires)

Elle aime les balades, le cinéma, passer du temps avec ses ami(e)(s) et écouter de la musique : " Je dois d'ailleurs saouler mes voisins qui viennent souvent me demander de baisser ou d'arrêter ma musique, mais je suis comme ça je ne conçois pas vivre sans musique : je m'excuse auprès de mes voisins. " 

Elle n'aime pas la bêtise humaine, le manque de respect et le foie gras.

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui.
- Pourquoi ? 
- Je suis bien dans mes baskets et j'ai passé une bonne journée ... Tout va bien ! " 

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma maman : Louisette.
- Pourquoi elle ? 
- Tout simplement parce qu'elle nous a élevés seule, mon frère et moi, qu'elle s'est toujours battue pour nous aider et que je sais qu'elle le ferait encore aujourd'hui. Je suis fière d'elle ! "

Le mot de la fin ? 
" Peace ! "

Merci Athéna et au plaisir de te recroiser dans le tramway, c'était chouette !


A.

Bonsoir à tous,

Hier je m'étais fixé comme objectif d'interviewer un(e) étudiant(e) qui passait le BAC, malheureusement ils étaient tous trop stressés et/ou occupés à réviser leurs fiches bristol ... Je n'ai donc eu que des refus. Mais je n'avais pas dit mon dernier mot et je me suis remis ce matin à la chasse au futur bachelier. Et même si, au premier abord, je pense lui avoir fait peur vu qu'elle a essayé de m'esquiver par prudence, elle m'a laissé terminer ma présentation et a fini par m'accorder sa confiance pour une interview matinale.

Je vous présente Hélène, 17 ans.

Dans la vie Hélène est lycéenne : " Je passe le BAC L. Pourquoi cette filière ? Simplement parce que les maths je n'aime pas trop ça et que je trouvais que la philosophie et la littérature me parlaient plus. Et parce que je reste persuadée que contrairement aux matières scientifiques, les filières littéraires ouvrent plus l'esprit. "

Je lui demande ce qu'elle souhaite faire l'année prochaine ? 
" Je vais en prépa littéraire, dans le but d'intégrer de grandes écoles ... Pour le moment j'en suis là je ne sais pas encore ce que je souhaite faire plus tard. Ah si autre chose, en prépa j'ai choisi l'option cinéma... Une option où on te laisse travailler sur des projets en totale autonomie, j'espère donc que ça le fera ! " (rires)

Je demande à Hélène de m'apprendre un truc sur ses études ? 
" Et bien là je vais en épreuve d'histoire-géographie et que je ne suis pas sereine car je n'aime pas cette matière. Pourquoi je n'aime pas ça ? Trop de trucs à apprendre par choeur, on a dans le programme 7 cartes à connaître, bon malheureusement pour moi je les connaits pas ! (rires)
Et je redoute de tomber sur le pire chapitre : La gouvernance économique mondiale. En gros, c'est la relation économique entre différents pays du Monde ... Il ne faut pas que je tombe dessus ! " (rires)

Mon inconnue du jour, en dehors de ses études, aime passer du temps avec ses potes, les concerts, faire du yukulele qu'elle dit essayer avec plus ou moins de succès et la danse moderne : " On prépare actuellement le gala de fin d'année, pas simple avec les révisions du bac mais ça fait du bien de se vider l'esprit entre 2 chapitres de révisions ! " 

Elle n'aime pas la suffisance - les gens qui se complaisent dans leur routine, les salsifis : " Mais là tout de suite si tu me demande ce que je n'aime pas, je te réponds direct : la gouvernance économique mondiale .... Ouais je sais c'est 4 heures à passer après ça ira mieux. " (rires)

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Un peu stressée avec le bac, mais sinon ça va. " 

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" 2 profs : Monsieur G. et Madame M-H.
Pourquoi eux ? Parce que j'ai compris, grâce à eux, qu'ils n'étaient pas là que pour nous faire faire des exercices et nous apprendre bêtement des choses. Tu vas trouver ça stupide, mais j'ai découvert grâce à eux que derrière le prof se cachait une personnalité, une envie de transmettre et de partager des connaissances : de l'humanité ! 
Et j'ai adoré cette année rester discuter, voir qu'ils prenaient le temps de bavarder, de me transmettre leurs connaissances et ce même après les cours. Ils sont juste géniaux, merci à eux. " 

Le mot de la fin ? 
" S'il vous plait, faites que j'ai un super sujet en histoire-géo comme la mondialisation ou les médias. " (rires)

Merci Hélène pour ta bonne humeur avant de passer le bac, d'ailleurs je crois que ça t'a récompensée de parler avec moi ? La gouvernance économique mondiale n'est pas tombée au bac ce matin, si je ne m'abuse ? :)


A.