Bonsoir à tous, 

Ce matin en attendant le tram j'observe, comme toujours d'ailleurs, et j'aperçois un barbu passer devant moi avec son longboard. J'attends quelques instants, je vois qu'il monte dans la rame et décide de me mettre à côté de lui pour l'aborder. Nous sommes presque seuls alors c'est forcément plus facile pour se faire interviewer : il accepte, d'autant plus qu'il a déjà entendu parler de l'inconnu du tramway.

Je vous présente Quentin, 27 ans.

Dans la vie Quentin est : " Gazier ! C'est le terme technique pour technicien réseau gaz, depuis 7 ans. C'est super intéressant car c'est un boulot de service public, une semaine par mois je suis d'astreinte et je conduis le véhicule avec le girofare bleu prioritaire, donc un peu d'adrénaline pour partir en intervention. Ce qui me plait dans ce job ? Comme je te le disais ce côté service public, rendre service ... se sentir utile c'est super valorisant. Et puis c'est ultra polyvalent on ne s'ennuie jamais, le contact avec les usagers, la mairie, les pompiers, la police ... Car pour une urgence gaz on est clairement en relation avec les services de l'Etat. Mais j'aime aussi le fait d'être tout le temps à l'extérieur et pas derrière un bureau ! 
- Vocation ? 
- Hasard total ! A la base j'étais plombier en apprentissage dans le bâtiment, puis j'ai souhaité évoluer en passant un BP (Brevet Professionnel) pour évoluer dans ma carrière et c'est comme ça que j'ai changé d'entreprise. A l'époque il n'existait pas de diplome pour travailler dans le gaz, et plombier c'était ce qui s'en rapprochait le plus : et c'est comme ça que je me suis retrouvé gazier. " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le réseau gaz qui est sous nos pieds, dans les rues de Nantes, a une pression de 4 bars.
Ce qu'il faut comme qualités pour faire mon job ? Plein ! Etre technique, aimer le travail manuel et être sociable vu que l'on rencontre tous les jours énormément de gens. "

Mis à part son métier mon inconnu du jour aime la musique - il mix de la funk à ses heures perdues me dit-il -, le skate, s'engager pour des associations culturelles et/ou politiques et le militantisme sous toutes ses formes : " Je suis syndicaliste au sein de mon entreprise et ça c'est une vocation ... et puis il y a les gilets jaunes ! Je manifeste depuis le début et on tiendra jusqu'au bout ...  Et ce qui est en train de se passer va considérablement changer le Monde, j'en suis convaincu ! Attention je suis un gilet jaune pacifique, d'ailleurs tous les gilets jaunes sont pacifiques et c'est ce capitalisme qui favorise les plus riches au détriment des plus pauvres qui me révolte. "

Comme mon inconnu du jour est gilet jaune, j'en profite pour savoir comment se passent les manifs ? 
" Je suis syndicaliste, engagé dans ma structure au boulot et des manifs et des grèves j'en ai fait énormément ; et franchement, depuis les manifs des gilets jaunes tous les samedis je n'ai jamais eu aussi peur pour ma sécurité. Je me suis acheté pour la première fois des trucs pour me protéger: les gens ne se rendent pas compte des violences et de la répression qui est mise en place pour nous faire taire. Attention, je te l'ai dit, je condamne les violences de toute part.... et je ne comprends pas les violences sur des gens qui manifestent pacifiquement ... Je n'ai jamais vu ça ! " 

Il n'aime pas, vous l'aurez compris, le capitalisme, l'égoïsme et l'ignorance des gens aisés et les tomates cuites : " Attention, ils ne sont pas tous riches et égoïstes... Mais en grande majorité, riche = individualiste au détriment des autres. C'est dommage car les gens ne demandent pas de dépouiller les riches, mais seulement de pouvoir vivre dignement. " 

" Es-tu heureux aujourd'hui et pourquoi ?
- Oui, parce que je viens de te rencontrer et que je trouve ça super sympa de discuter avec un inconnu dans le tram avant d'aller au boulot. Et puis de manière générale, je suis heureux parce que je suis entouré de gens que j'aime et qui m'aiment ! " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mes parents, pour leur amour inconditionnel. " 

Le mot de la fin ? 
" Rejoignez la lutte et venez sur la page Facebook "Gilets Nantais" ne serait-ce que pour vous informer de ce qu'il se passe et ce qu'il va se passer ! Et n'arrête surtout pas ce que tu fais, c'est vraiment chouette ! "

Merci Quentin, bonne chance pour la suite de ton combat et au plaisir de te recroiser dans le tramway.


A.



Bonsoir à tous, 

Ce matin j'avais un peu de temps, j'ai décidé de me faire un peu violence et de délaisser la rapidité du chronobus pour le tramway. C'est comme ça que je me suis retrouvé à reprendre la ligne 1 à Commerce. J'attends quelques instants, j'observe et repère rapidement une jeune femme, casque de musique vissé sur les oreilles, le regard matinal plongé dans son smartphone : je l'aborde. 
" Ah c'est toi l'inconnu du tram ? Je te suis depuis longtemps et je me suis toujours demandé à quoi tu pouvais ressembler ! " (rires)

Je vous présente Faustine, 23 ans.

Dans la vie Faustine est en formation : " Je suis actuellement une formation d'assistante secrétaire dans un organisme de formation. Si ça me plait ? Oui carrément, j'aime tout ce qui est travail d'équipe et job polyvalent ... Assistante secrétaire c'est tout à fait ça ! 
Ce que je faisais avant ? J'ai fait pas mal de choses à vrai dire ! (rires) J'ai un Bac Professionnel, choix par dépit, en secrétariat puis après j'ai atterri en Fac de Lettres pour terminer en prépa aide-soignante. Malheureusement pour moi je n'ai pas eu le concours et j'en ai eu marre je voulais travailler et j'ai enchainé les petits boulots dans la restauration et les ménages. J'ai bossé 2 ans pour une entreprise de nettoyage et suite à des soucis de santé j'ai été licencié : licenciement d'inaptitude. 
Et après tout ça je me retrouve à la mission locale qui me propose cette formation qui me correspond tout à fait ... Je crois que j'ai enfin trouvé ma voie ! "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son futur métier ? 
" Dans le cadre de ma formation, je dois faire un stage et je l'ai effectué dans une agence d'intérim. Et j'ai été surprise par la polyvalence du boulot, car mis à part des tâches administratives, j'ai passé énormément de temps au téléphone à appeler des gens à leur proposer du boulot. Un peu comme une chasseuse de tête et partir à la quête du bon profil ! 
Ce qu'il faut comme qualités pour faire mon job ? De la tchatche et avoir le sourire, et même au téléphone parce que ça s'entend un sourire au téléphone ! "

Mis à part son futur métier Faustine aime sortir, marcher, écouter de la musique - plutôt rock, metal et metal viking, aller au cinéma : " Et à une époque j'ai eu une période écriture, mais par manque de temps j'ai vite eu le syndrome de la page blanche ... J'espère pouvoir un jour m'y remettre ! "  

Elle n'aime pas l'hypocrisie, les injustices, la violence et l'avocat - le légume, pas la profession. (rires)

" Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
- Je ne suis ni heureuse, ni malheureuse ... Je n'ai pas de raison de me sentir ni plus, ni moins ... Je me sens bien, ni euphorique, ni triste ! " 

" Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
- Ma mère. 
- Pourquoi elle ? 
- On a toujours été proches, elle a toujours été là pour moi ... Une maman quoi ! " 

Le mot de la fin ? 
" Je ne m'y attendais pas ! Une bonne surprise cette interview, ça ma mise de bonne humeur ... merci. " 

Merci à toi Faustine j'espère que nous nous recroiserons prochainement dans le tramway, maintenant que tu sais à quoi je ressemble, haha !!


A. 

Bonsoir à tous, 

Ce matin c'est à l'arrêt 'Vincent Gâche' que j'ai abordé mon premier inconnu de la journée, coup de chance pour moi il a accepté du premier coup.

Je vous présente Timothée, 26 ans.

Dans la vie Timothée est surveillant dans un collège : " Je suis pion depuis 4 mois. Ce que je faisais avant ? J'étais responsable d'équipe inventaire pour une entreprise, rien à voir. 
- Pourquoi avoir changé de métier ?
- Pour la paie, le temps que ça me laisse pour mes autres projets et j'aime bien bosser au contact des mômes. Ce qu'il y a de bien avec eux c'est que c'est franc, c'est cash dans le positif comme dans le négatif ... il n'y a pas de petites histoires et on les infantilise souvent un peu trop alors qu'ils sont bien plus éclairés qu'on ne le pense. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le terme pion résume bien le job : nous sommes des pions, on nous traite comme de la merde ... On ne fait pas partie de l'éducation nationale et donc on nous le fait ressentir, on ne nous considère pas du tout que ce soit par la direction ou par le corps enseignant. 
Ce qu'il faut comme qualités pour faire mon métier ? De la patience, des nerfs solide car c'est parfois dur. " 

Il aime écouter de la musique, les concerts, aller au cinéma : " J'aime aussi écrire ! J'ai commencé par des petits scenarios pour des courts métrages et je me suis lancé dans l'écriture d'un roman " d'héroic fantasy ". J'écris quand je peux, je ne me mets pas la pression, depuis 6 mois à peu près ... c'est cool, j'adore ça écrire. " 

Il n'aime pas l'hyopocrisie des gens, les injustices, tout ce qui ne va pas dans le Monde et la viande. 

" Es-tu heureux aujourd'hui et pourquoi ? 
- Oui, j'ai une vie plutôt cool ... Attention, ça n'a pas été simple mais maintenant j'ai des projets donc ça va beaucoup mieux. " 

Le mot de la fin ? 
" Je te souhaite que l'inconnu du tramway marche bien, l'idée est cool. Et passe une bonne journée ! "

Merci Timothée pour ta bonne humeur matinale et au plaisir de te recroiser dans le tramway !


A.


Voila Voila Voila, on y est ! 

L'heure du bilan 2018 a sonné et je dois dire que j'ai connu des années bien plus mouvementées en anecdotes et nouvelles expériences médiatiques. Mais c'est comme ça, ça fait partie du jeu et à vrai dire je ne me suis jamais lancé dans ce projet pour la gloire, bien au contraire. 

Donc que retenir de cette année ? 

Comme les autres années, elles sont forcément remplies d'inconnu(e)(s) et de ce fait, de bien belles rencontres humaines ; je rajoute une petite précision : 151 inconnus interviewés en 2018. On aura bien rigolé, on aura bien discuté en dehors des interviews avec les inconnus que je recroise de temps en temps.

Je retiendrai pour ma part une grosse baisse de motivation les 4-5 derniers mois, un peu de lassitude surtout quand tu enchaînes les refus. J'ai annoncé en septembre penser arrêter l'inconnu du tramway quand j'aurai réalisé 1000 interviews et aujourd'hui, même si rien n'est écrit, il est fort probable que je tienne promesse et que je vous abandonne après ce chiffre atteint. De ce fait, il est probable que 2019 soit ma dernière année ...
On se calme ... Je vous vois pleurer devant votre écran ... Rien n'est écrit, on ne sait jamais ... on verra bien ma motivation et si des projets se présentent en cette année ou non ! 

J'ai réussi à faire pleurer Obama ... merde, je m'excuse mec !
Vous le savez très bien c'est compliqué d'allier vie perso, vie pro et si à ça on ajoute un projet humain/photo qui te prend beaucoup de temps chaque soir ... Je pense qu'une fois que vous aurez essuyé vos larmes et qu'au fond de vous ... tout au fond ... vous me comprenez et imaginez ce que cela représente en charge de travail quotidien. Attention, je ne baisse pas les bras, je ne tire pas ma révérence 'encore' ... Je ne rédige pas cet article pour me plaindre, mais je constate seulement et dresse un bilan de 2018.

2018 a été aussi la première année où je n'ai pas pu concrétiser 2 projets : expo et livre.

Je le sais vous avez été nombreux à me demander quand aurait lieu la seconde exposition, initialement prévue en 2018, malheureusement ça n'a pas pu se faire ... J'espère qu'en 2019 cela sera possible, en tout cas j'ai toujours cette idée derrière la tête. 

On m'a aussi demandé à quand le livre ? Malheureusement, n'y connaissant rien dans ce domaine, j'ai envoyé quelques mails pour prendre la température mais je n'ai jamais eu de réponses. 
Quelques personnes gravitent autour du projet et me filent des coups de main de temps en temps ou régulièrement (j'en profite pour saluer Marie, qui corrige mes interviews à distance) donc si certaines personnes veulent me filer un coup de main pour un dossier de presse ... franchement, je suis preneur et je paie en bières ou en soda ... hahaha ! 

Donc même si ce bilan est loin d'être le plus joyeux que j'ai écrit ... Je tiens quand même à vous rassurer que je continue cette année. Il y aura encore plein d'inconnu(e)(s) et qui sait, peut-être, de nouvelles surprises/projets en 2019 ? 

Merci à vous de me suivre chaque soir et bonne année 2019.


Allan





Bonsoir à tous, 

Ce soir pour changer je vous présente un inconnu qui, pour moi, ne l'est pas vraiment. En fait, pour ne rien vous cacher c'est lui qui m'a reconnu dans le chronobus, nous sommes collègues ... Nous ne travaillons pas au même endroit mais sommes de la même entreprise de prestation de services. Il a donc entamé la discussion, j'ai forcément sauté sur l'occasion afin de l'interviewer ; ne pouvait pas s'échapper refuser !

Je vous présente Nicolas, 29 ans.

Dans la vie Nicolas est ingénieur informatique : " En quoi consiste ma mission actuelle ?  Je développe et maintiens des applications pour des clients, en l’occurrence je développe actuellement une application de service après vente. Vocation ? Un peu un hasard à vrai dire, disons que j'ai toujours aimé l'informatique mais sans jamais vraiment avoir su par où aller. En terminale j'étais perdu, enfin paumé, pour être exact ... J'aimais bien les sciences, la physique ... Et j'ai été assez crétin pour partir en classe préparatoire ! 
- Pourquoi crétin ? 
- Parce que c'est super dur ... Que je ne suis pas un fou de travail et qu'il fallait parfois que je me fasse violence. L'avantage de la prépa c'est que ça te donne une palette de connaissances/compétences très vaste donc ça m'a permis d'entrer dans une école d'ingénieur à Lannion. 
Ce qui me plait dans mon job ? J'aime les ordinateurs, que ce soit régulièrement des nouvelles choses/technologies et j'aime par dessus tout résoudre des problèmes. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le programme fait ce qu'on lui dit de faire : C'est à dire que si ça ne fonctionne pas, ça n'est jamais de la faute du programme mais c'est soit ma faute car j'ai mal programmé soit du mec du dessus qui imaginé le programme. 
Une qualité pour faire mon métier ? Savoir tester son code ... D'ailleurs, il faudrait que je teste plus ce que je fais, ça fait partie de mes axes d'amélioration. " (rires)

Mis à part son métier Nicolas aime jouer aux jeux vidéo et jeux de société, mater des séries sur Netflix : " Mais surtout j'aime cuisiner et faire des lasagnes, mais ça tu le savais déjà ! (rires) Et depuis peu ma copine s'est mise à la couture et je dois dire que ça m'intrigue énormément ... Quand je dis que ça m'intrigue, c'est dans le sens positif ... Je crois que je vais essayer ça à l'air cool. "

Il n'aime pas le poisson et les fruits de mer : " Et je n'aime pas les personnes qui ne se mettent jamais à la place des autres. Par exemple, aujourd'hui je gagne bien ma vie ... Je suis dans l'informatique et j'estime que c'est une chance de bien gagner ma vie pour quelque chose que j'aime faire, moi qui viens d'un milieu modeste : ne jamais oublier d'où l'on vient. " 

Es-tu heureux aujourd'hui et pourquoi ? 
" Oui, comme je viens de te l'énoncer je n'ai pas à me plaindre j'ai un boulot que j'aime, un endroit où dormir même si je ne suis pas propriétaire et j'ai une super copine : donc tout va bien ! "

Le mot de la fin ? 
" Je n'étais pas dans mon assiette juste avant de te croiser et ça a égayé ma fin de journée. Donc si je devais choisir un mot de la fin je dirais que le hasard a bien fait les choses pour le coup. Merci ! " 

Merci Nicolas c'était super sympa de te croiser, comme d’habitude d'ailleurs ... On se voit bientôt dans le tramway où à l'agence. 


A.


Bonsoir à tous, 

J'ai rencontré mon inconnue du jour sur le quai du tramway. Elle fixait son téléphone, le quai était presque vide, l'occasion était trop belle pour ne pas tenter de l'aborder. Un peu méfiante, car surprise par le projet elle finit par accepter de se faire interviewer par un inconnu.

Je vous présente Chloé, 32 ans.

Dans la vie Chloé est infirmière : " 9 ans que j'exerce ce fabuleux, mais difficile métier. Vocation ? Je ne me suis jamais vraiment posé la question mais oui, certainement ! Pourquoi ce métier ? Mes parents étaient tous deux infirmiers, ça aide à susciter une vocation, quoi qu’à la base je voulais être sage femme mais j'ai su rapidement que la fac de médecine ça ne serait pas pour moi ... J'ai donc préféré gagner du temps et ne pas y aller. Et puis infirmière c'est aussi plus polyvalent, tu vois différentes choses, différents services et tu peux aussi évoluer plus facilement aussi. Et puis être infirmière c'est aussi s'occuper des gens, se sentir utile, des rencontres sans barrières/classes sociales et ça c'est chouette. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Expliquer les choses avec le sourire ça aide le patient, on bosse ensemble même si je pratique un acte médical comme une piqûre dans une artère ... Ce n'est pas toujours agréable pour le patient, mais c'est donnant donnant ... On est une équipe et avec le sourire les patients nous le rendent toujours : c'est chouette. 
Ce qu'il faut comme qualité pour faire mon métier ? De l'optimisme et de l'empathie. 
- De l'optimisme, dans quel sens ? 
- L'espoir, ça te permet d'avancer et pour certaines personnes ça aide à guérir tout comme les rires et le sourire ... c'est un tout ! "

Chloé n'étant pas la première personne dans le milieu médical que j'interview et encore moins la première infirmière ... Je connais déjà la réponse à ma question mais je ne peux pas m'empêcher de poser, dès que j'en ai l'occasion, la question :
" Est-ce difficile aujourd'hui d'être infirmière ? Du haut de tes 9 ans d'expérience, tu as vu des changements ?
- Oui ! On a toujours moins de moyens, toujours plus de tâches à faire en un minimum de temps. Je ne suis pas une ancienne, je n'ai que 9 ans d'expérience mais par exemple quand j'ai commencé on était une infirmière pour 8 voire 9 patients ... Aujourd'hui c'est une infirmière pour minimum 14 patients ... Comme ça on ne s'en rend pas compte mais ça représente presque le double de travail dans le même temps imparti.
- Et tu penses que dans les années à venir ça va s'arranger ? 
- Je ne pense pas malheureusement. " 

Mis à part son métier, Chloé aime passer du temps avec ses enfants, les soirées avec les amis et faire des balades en roller : " Et une fois par an avec des copains on fait les 24h roller ! " 

Elle n'aime pas la choucroute, l'individualisme : " Et le 'm'as-tu-vu' des réseaux sociaux. Cet étalage de leur vie, qui souvent ne reflète même pas la réalité ... C'est ça le pire je crois ! " (rires)

Es-tu heureuse aujourd'hui et pourquoi ?  
" Oui, je me sens bien, tout va bien dans ma vie et je viens de faire une agréable rencontre donc c'est cool. " (rires)

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma grand-mère. Pourquoi elle ? Elle était maraîchère, ça n'était pas un boulot facile mais elle ne se posait pas de question ... Fallait bosser, élever les enfants ... Ils ne trichaient pas à cette époque là et avaient moins de soucis, enfin j'ai l'impression. " 

Le mot de la fin ? 
" Merci pour cette rencontre. "

Merci à toi Chloé et au plaisir de te recroiser un de ces jours dans le tramway.


A.





Bonsoir à tous, 


Avant de vous présenter mon inconnu du jour je tenais à vous souhaiter tous mes voeux pour 2019 que ce soit une année des plus agréables pour vous et vos proches !
Voilà une année écoulée remplie d'inconnus, je vais écrire ce weekend le bilan de 2018 histoire de voir ce qu'il s'est passé.
Bref, ce matin j'ai rencontré mon inconnu dans le chronobus ... Une rencontre plutôt étrange parce qu'en fait je savais qu'un jour je l'interviewerai. Je vous raconte le contexte : tout s'est passé sur facebook où j'ai souhaité une bonne année, je like tous vos commentaires sympathiques et parfois, si j'ai besoin d'y répondre je le fais. Et là en regardant les petites vignettes photo, j'aperçois un visage qui ne m'est pas inconnu ... Au lieu de tout vous raconter je vais vous mettre ici, notre échange je vais gagner du temps à écrire hahaha ! 




Je vous présente David, 43 ans.

Dans la vie David est gestionnaire en relation client pour une mutuelle depuis 4 mois : " Ce que je faisais avant ? J'étais à mon compte, enfin je le suis toujours ... je suis créateur en nœuds papillon mais ça peine un peu à décoller ces temps-ci, donc pas le choix je bosse. Après j'aime ce que je fais pour la mutuelle, disons que je me suis un peu jeté tête baissé dans la création et qu'avec un peu de recul je l'aurais peut-être fait différemment pour essayer de mieux gagner ma vie via les nœuds pap'. La crise de la quarantaine ? Oui ça doit être ça ! (rires) En tout cas je continue de créer, je ne peux pas m'arrêter, j'y passe mes soirées et mes weekends ... c'est juste que ça prendra le temps qu'il faudra pour que j'arrive à en vivre décemment, je ne suis plus pressé car maintenant j'ai des clients, des commandes, des pistes pour vendre mes créations dans des boutiques parisiennes. "

Je lui demande pourquoi les nœuds papillons ? 
" J'ai toujours aimé cet accessoire, qui est clairement revenu à la mode ... Moi j'aime créer, j'aime la mode, j'aime chiner, récupérer des tissus ... C'est mon truc quoi ! 
- Tu as un site où l'on peut découvrir tes créations ? 
- Oui, je t'envoie l'adresse du site : MON SITE WEB "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur ses créations ? 
" Je fais des nœuds papillons en triple couche, je superpose les matières pour créer des pièces originales, je fais aussi pas mal de pièces sur commande et chaque pièce est unique. Ce qu'il faut comme qualité pour faire des nœuds papillons ? Il faut être manuel, créatif, original et déjanté comme moi. " (rires)

Mis à part tout ça, mon inconnu du jour aime écouter de la musique, les sorties avec les amis, boire des coups dans des bars, mais aussi passer des soirées au calme chez lui : " Et j'aimerais voyager ! J'ai la phobie de l'avion ça n'aide pas trop déjà. Maintenant que ma situation est plus sereine c'est ma résolution de 2019 : voyager et arrêter de fumer. " 

Il n'aime pas l'injustice, les jugements hâtifs et le poisson.

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Ouais ... Je me sens bien dans ma vie ... Je suis serein, tout va plutôt pas mal. " 

Le mot de la fin ? 
" Bonne année à tout tes lecteurs, tes anciens inconnus et tes futurs. " 

Merci David et au plaisir de se croiser dans le chronobus de si bon matin. 


A.



Bonjour à tous, 

Je m'excuse auprès de mon inconnu d'hier, je n'ai pas pu écrire hier soir j'étais bloqué sur la retouche de la photo car je ne sais pas pourquoi le mise au point n'est pas nette ... j'ai fait de nombreux tests hier soir et même résultat, j'espère que mon appareil n'est pas en train de rendre l'âme. 
Bref, c'est en sortant du boulot (les bâtiments à droite, c'est là où je bosse) que j'ai rencontré mon inconnu à l'arrêt du C3.

Je vous présente Ronan, 25 ans.

Dans la vie Ronan est ingénieur hydraulique : " Ingénieur hydraulique c'est quoi ? C'est beaucoup de calculs, de modélisation, de création de modèles afin de correspondre au mieux avec la réalité : barrages, réseaux, systèmes de passages de poissons, etc. 
Si ça me plait ? Oui, même si c'était un choix un peu au hasard. Je souhaitais faire une école d'ingénieur et c'est après que je me suis spécialisé dans l'eau. 
- Pourquoi l'eau ? 
- Par conviction, je me voyais plus être proche de la nature que d'une centrale nucléaire ou de la pétrochimie. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" La seule règle de base qui va te paraître conne mais c'est que l'eau va toujours du haut vers le bas ... Et si tu ne comprends pas ça, n'essaie pas de créer des systèmes d'égouts, des sources, de la conception ... tu vas tout faire foirer. (rires)
Une qualité pour faire mon job ? Savoir admettre que l'on ne sait pas tout et arrêter de s'entêter dans son coin. " 

En dehors de son job il aime les sorties, boire des coups avec les potes, profiter de la vie : " J'apprécie prendre le temps de faire des choses. " 

Il n'aime pas : " Je déteste voir des gens jeter des choses par terre dans la rue. Ce manque de prise de conscience m'insupporte, me révolte au plus haut point. On n'a plus le respect de la Terre ! " 

Es-tu heureux aujourd'hui et pourquoi ?  
" Oui, parce que je suis en vacances que je rentre chez moi et que je vais faire ma valise direction Marseille, puis Paris. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mes 2 sœurs et mon frère : je suis le petit dernier et ce sont des modèles pour moi, même si plus jeune on se taquinait, on se prenait la tête parfois ... C'est en grandissant que tu t'aperçois de l'influence qu'ils ont sur toi. " 

Le mot de la fin ? 
" Bonnes Fêtes ! " 

Merci Ronan et bonnes fêtes à toi aussi, au plaisir de se recroiser dans le bus.

A.



Bonsoir à tous, 

Me voici donc de retour dans le tramway pour une dernière semaine avant les fêtes de Noël. Et malgré un petit refus ce matin, j'ai eu plus de chance sur le chemin du retour.

Je vous présente Pierre, 20 ans.

Dans la vie Pierre est étudiant : " Je suis en 3ème et dernière année de STAPS, c'est fac de sport si tu ne connais pas. Vocation ? Depuis tout petit je souhaite être kiné, c'était donc normal pour moi d'aller dans cette filière, mais au cours de mes études j'ai été un peu déçu par la formation, le cursus, ... Je me suis mis à douter ! Et plus jeune j'avais un autre métier aussi qui m'attirait : la gendarmerie. Et c'est pendant cette période de doutes que j'ai tout remis en question et que j'ai su que je pouvais passer des concours pour devenir gendarme : le déclic. Pourquoi ce virage vers la gendarmerie ? Disons que c'est pour moi le compromis idéal entre le sport et de bouger régulièrement... ne pas rester en place. Tu sais c'est un métier tout comme kiné, qui m'a toujours plu mais, je ne sais pas, je n'avais pas le cran de me diriger vers ce métier, comme si je n'en étais pas capable. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur ses études ? 
" STAPS ce n'est pas que du sport, ça n'est d'ailleurs que très peu de sport : c'est surtout de la sociologie, de la psychologie, de la physiologie... Et un peu de sport, mais on n'est pas dans la performance et/ou le dépassement de soi. Ce qu'il faut comme qualités pour faire ses études ? Je dirais, selon moi, de l'organisation, de la détermination et être sociable car être en STAPS c'est avant tout appartenir à un groupe et s'entraider dans les études. " 

Mon inconnu du jour aime jouer aux jeux vidéo et faire du sport - il pratique le basket et le volley en club : " J'aime aussi beaucoup entraîner ! Je coach de jeunes de 7 à 18 ans, voire même des seniors parfois. " 

Il n'aime pas regarder le sport à la télévision, les personnes qui ne sont pas honnêtes : " Pour le reste, je n'y prête pas attention ... Je relativise au maximum pour ne pas me focaliser sur des choses qui pourraient m'agacer. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Ouais. 
- Pourquoi ? 
- Même si je suis en période d'exams et bien je suis super bien organisé, et donc je sais que tout va bien se passer. Donc là tout de suite à l'instant T : je suis serein et heureux. "

Une personne qui t'a marqué ou qui t'a influencé ? 
" Mon grand-père : André. 
Pourquoi lui ? Parce qu'il a joué le rôle parfait du grand-père : conseils, bienveillance, transmission, ... Un super grand-père quoi ! " (rires)

Le mot de la fin ? 
" Super cool ta démarche, ça me touche et ça me plait ! " 

Merci Pierre et au plaisir de te recroiser un de ces jours dans le tramway.


A. 

Bonsoir à tous, 

Me revoilà après une semaine de grosse crève : toux, extinction de voie ... Vous l'imaginez bien, je suis un homme : j'allais mourir ! Bref, ce matin j'ai abordé un jeune homme dans le tramway et il accepte sans trop d'hésitation : c'est cool pour une reprise.

Je vous présente Tom, 17 ans.

Dans la vie Tom est étudiant : " Je suis en CAP logistique, j'ai envie de travailler dans les entrepôts que ce soit comme cariste ou tout autre poste. 
- Vocation ? 
- Non, tout simplement le hasard. Je n'ai jamais vraiment su ce que je souhaitais faire plus tard. J'ai fait des études dans le commerce mais être tout le temps sollicité, dérangé par les clients ce n'était pas pour moi. J'aime le côté indépendant du cariste, il est sur sa machine et il sait ce qu'il a à faire ; lui, il est rarement dérangé. " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son futur métier ? 
" On ne s'en rend pas compte mais dans un entrepôt tout est très ordonné, il y a des zones prévues pour la livraison, une autre pour la réception de marchandises ... Rien n'est fait au hasard, tout a une place et un endroit stratégique. 
Une qualité pour faire ce métier ? Etre organisé. " 

Mis à part ses études Tom aime sortir avec ses amis, mater des séries TV - actuellement il recommence la série 'Breaking Bad' et jouer aux jeux vidéo.

Il n'aime pas les légumes, les personnes qui ne sont pas franches, le racisme et les injustices.

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Ouais. Je suis en bonne santé, je fais des études qui me plaisent, je n'ai pas de raison de ne pas être heureux. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon arrière grand-père : Gaston.
Pourquoi lui ? Parce qu'il a eu une vie de fou, un résistant pendant l'occupation allemande, il a caché des juifs, il a même été en prison et s'en est échappé ... Un grand monsieur ! " 

Le mot de la fin ? 
" Cool de parler avec un inconnu. " 

Merci Tom et au plaisir de se recroiser dans le tramway.


A.


Bonsoir à tous, 

Ce matin c'est à la première tentative que j'ai trouvé mon inconnu du jour sur le quai de l'arrêt 'Pont-Rousseau Martyrs'.

Je vous présente Geoffrey, 21 ans.

Dans la vie Geoffrey est développeur web depuis 3 ans : " Vocation ? Je dirais plutôt une vocation tardive car à la base j'ai fait des études en vidéo et c'est au cours de ces études que j'ai découvert la matière du web, et j'ai accroché direct ! Pourquoi j'ai accroché ? Je crois que c'est le côté créatif, le fait d'avoir d'un côté des lignes de code qui te permettent d'obtenir un rendu visuel de l'autre coté : c'est fascinant. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ?
" Je script actuellement en PHP Symphony 4 : c'est un framework d'une boite à outils qui permet d'avoir pas mal de fonctions embarquées. Ouais, je sais c'est technique ! (rires)
Ce qu'il faut pour être un bon développeur ? La remise en question car il faut savoir repartir de zéro et tout recommencer pour avoir un code propre et cohérent. "

Mis à part son métier Geoffrey aime les jeux vidéo, dessiner : " J'adore dessiner des voitures, je suis fasciné depuis tout petit par la voiture en général et je ne me l'explique même pas : c'est comme ça. "

Il n'aime pas les inégalités en général, les gens qui pensent toujours avoir raison et les champignons.

Es-tu heureux aujourd'hui et pourquoi ? 
" Ouep, je suis content de la vie que j'ai. J'ai déménagé de Bordeaux en août dernier pour venir à Nantes rejoindre ma copine, tout va très bien. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" En bien, mon père. Pourquoi lui ? Pour le tout : valeurs, éducation, comportement dans la vie, etc.
En mal, un prof que j'ai eu en DUT. C'est lui qui m'a fait comprendre à quel point je n'aimais pas les gens qui ne se remettaient jamais en question. " (rires)

Le mot de la fin ? 
" Ne jamais remettre au lendemain ce que l'on peut mettre au surlendemain. " (rires) 

Merci Geoffrey, bon weekend et au plaisir de se recroiser un de ces matins dans le tramway.


A.

Bonsoir à tous, 

Ce matin c'est sur le quai de l'arrêt 'Trocardière' que j'ai rencontré mon inconnue du jour. Il est tôt, mais elle accepte volontiers de jouer le jeu de l'interview.

Je vous présente Mylène, 29 ans.

Dans la vie Mylène est professeur de S.V.T (Sciences et Vie de la Terre) : " 6 ans déjà que je suis prof ! 
- Vocation ? 
- Oui, carrément. J'ai toujours aimé transmettre aux jeunes, essayer de les aider, etc. Et puis enseigner une matière scientifique où il y a de la manipulation, du concret, je trouvais que, pour les élèves, ça pouvait être plus ludique ... Et donc obtenir plus de résultat dans leurs études. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" La base en SVT c'est de comprendre qu'il y a une différence entre le vivant et et le non-vivant. Si on dissèque encore ? Et bien non, on ne dissèque plus les vertébrés comme les souris et les grenouilles. On a le droit de disséquer que ce que l'on trouve dans les commerces comme les asticots, les abats, les cuisses de grenouilles ... Tout ce que l'on peut acheter chez le boucher par exemple.  
Ce qu'il faut pour être un bon prof ? Il faut réussir, selon moi, à trouver le juste milieu entre la bienveillance et l'autorité afin d'avoir un bon environnement de travail. "

J'en profite pour lui demander de me parler de sa situation de prof, on a vu dernièrement dans les médias que cela pouvait être compliqué : 
" Oui, c'est dur aujourd'hui. Déjà, j'ai 3 établissements avec lesquels je jongle afin de pouvoir avoir assez d'heures, donc ça m'oblige parfois en pleine journée à changer d'établissement. Et puis, on a cette image qui n'évolue pas aux yeux des gens, du genre les clichés des 2 mois de vacances, ils ne font rien la journée, etc. Mais les gens ne se rendent pas compte ce que c'est de tenir une classe devant 30 élèves pendant une heure ... Après je suis rincée, à la fin de mon cours ! "

Mis à part son métier Mylène aime lire des polars, passer du temps avec ses amis, sa famille : " Et j'aime m'occuper de ma fille de 2 ans et puis dans 3 mois je m'occuperai aussi d'une autre fille vu que je suis enceinte. " (rires)

Elle n'aime pas le manque de respect et manger du foie : " Enfin les abats de manière générale." (rires)

Es-tu heureuse aujourd'hui et pourquoi ? 
" Oui ! Principalement grâce à ma situation familiale et à l'arrivée de mon second enfant prochainement. Je n'ai pas à me plaindre j'ai tout ce qu'il faut pour être heureuse : famille, amis, boulot que j'aime et que j'exerce avec passion. " 

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma tante : Marie-Odile.
- Pourquoi elle ? 
- Parce que c'est une personne qui m'a impressionnée par sa combativité, par sa force de caractère, par son envie de faire les choses par elle-même. Et elle a su prouver que peu importe le milieu d'où l'on vient, quand on veut on peut. Elle n'est pas d'un milieu aisé, elle a payé ses propres études, elle a voyagé par ses propres moyens ... C'est, pour moi, une personne qui m'influence encore aujourd'hui. "

Le mot de la fin ? 
" Une expérience inattendue et très sympa. " 

Merci Mylène et bonne continuation dans le boulot et pour la future naissance.


A.