Bonsoir à tous, 

Ce matin j'ai décidé de trouver mon inconnu à l'arrêt 'Place Viarme', je descends donc et pas de chance je suis seul sur le quai. Le prochain tram arrivant 4 minutes après, j'espère alors que quelqu'un vienne, mais non.  Le tramway arrive, je décide de ne pas monter dedans, je suis sûr que quelqu'un va finir par venir ! Les minutes passent et toujours rien, je décide de baisser les bras et de monter dans le tramway, je monte et aperçois un homme en train de manger un croissant, c'est parti : ce sera lui mon inconnu ! 

Je vous présente Raphaël, 38 ans. 

Dans la vie Raphaël travaille dans le conseil bancaire : " Je bosse dans le conseil bancaire, auprès d'une banque mais pas en agence. En quoi ça consiste ? Je réponds aux questions que les clients se posent, que ce soit sur les emprunts, agios, crédits, actions, les services proposés par la banque, etc. C'est pas mal comme job, répondre au téléphone ne me dérange pas mais je préférerais avoir les gens en face de moi, ce serait plus sympa. 
Une vocation ? Non pas vraiment, en fait je travaillais dans le conseil financier dans une boite d'assurances mais suite à un licenciement économique j'ai dû chercher un nouveau job. Là je travaille pour une banque, je suis salarié chez eux mais en formation interne. Le poste que j'occupe n'est que pour quelques semaines et après j'irai dans un autre service. 
Si j'aime ce que je fais ? Oui. Mais je fais ça dans le but d'acquérir une culture économique car après j'aimerais vraiment travailler, toujours dans le conseil financier, mais auprès des entreprises. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Le calcul des agios, on m'appelle souvent pour ça car les gens ne comprennent pas que les agios se calculent au bout de 7 jours de découvert à hauteur de 20% et tout ça en fonction du temps. En plus, les agios ne sont pas immédiat mais payés 3 mois après et donc c'est pour ça que les gens ne comprennent pas les délais et le mode de calcul. 
Une qualité pour faire mon job ? Il faut savoir être pédagogue, c'est primordial. "

Il aime geeker - il joue aux jeux vidéo, les balades avec sa fille de 16 mois qui marche depuis peu, passer du temps avec ses amis et ses proches, se poser pour boire une bière ou un coca en terrasse : " Et je suis un grand fan de reggae des années 70/80 avec des gens comme Rocksteady. "

Il n'aime pas : " Je ne n'aime pas tout ce tribunal médiatique, on ne prend pas de recul sur les faits d'actualité, on réagit dans l'instant avec nos émotions mais parfois il faut savoir se poser et regarder les faits. Mais après c'est lié à notre société, on veut tout et tout de suite, donc on réagit toujours très rapidement. Ah j'oubliais, je n'aime pas non plus le kiwi car j'y suis allergique. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui. Pourquoi ? Disons que ce matin quand je me suis levé pour aller au boulot je n'étais pas heureux car j'aurai préféré rester au lit mais là je suis content de discuter avec un inconnu, ça égaye mon début de journée. " 

Le mot de la fin ? 
" Et bien merci à toi pour ce que tu fais ! "

Merci Raphaël et au plaisir de se croiser prochainement dans le tramway !


A.


Bonsoir à tous, 

Quand je suis parti de chez moi j'avais dans l'idée d'interviewer quelqu'un sur le chemin du retour et puis je suis arrivé à l'arrêt de bus qui m'amène à mon travail. Je sors l'appli TAN et regarde quand le prochain bus arrive : 8 minutes. Une jeune femme est sous l'aubette à côté de moi je décide de l'aborder et coup de chance elle accepte de suite.

Je vous présente Vanessa, 29 ans.

Dans la vie Vanessa est vendeuse en prêt-à-porter : " Une vocation ? Non le hasard, j'ai trouvé un job, j'ai essayé et comme j'ai apprécié j'ai décidé de persévérer. Ce qui me plait dans ce métier ? La mode, les relations humaines, j'aime rendre service et je me sens utile.  A la base je me destinais à être fleuriste mais je n'ai jamais vraiment aimé ça, c'était un peu un choix par dépit et une fois dans cette filière j'ai continué mais sans réel plaisir : je me suis laissée porter par la chose. " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Je déteste devoir aller chercher ma livraison. Pourquoi ? C'est hyper loin , c'est hyper lourd, c'est super physique ... Et donc quand je sais que je dois le faire et bien je traîne pour y aller. (rires)
Une qualité pour faire mon métier ? Etre sociable, il faut aimer les gens sinon ça ne sert a rien de faire ce métier. "

Elle aime les concerts - son dernier concert : un concert de Death Metal qu'elle a été voir à la 'Scène Michelet' la semaine dernière, les jeux vidéo - en ce moment elle joue à Destiny, ses amis, lire des comics.

Elle n'aime pas la misogynie, le racisme, le mensonge : " Et je n'aime pas la viande, je suis végétarienne. " 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" 50/50. Pourquoi ? Je suis en attente de projets et j'ai envie de déménager ... Je ne supporte plus mon appartement ! Donc une fois déménagée, ça ira beaucoup mieux. " 

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Une prof d'anglais. Je suis désolé je ne me souviens pas de son nom, il est tôt ! (rires)
Elle m'a marquée parce qu'elle s'occupait et se préoccupait de ses élèves que ce soit en cours ou en dehors, elle prenait le temps de nous écouter. Et en plus elle nous poussait à avancer toujours plus et d'aller vraiment de l'avant ; une super prof'. "

Le mot de la fin ? 
" Il faut toujours être positif ! " 

Merci Vanessa et au plaisir de se recroiser à l'arrêt de bus.


A.





Bonsoir à tous, 

Ce matin j'étais super motivé pour trouver l'inconnu du jour. Le tramway arrive et décide d'aborder le premier sur qui je pose mon regard en entrant dans la rame. J'aperçois une jeune homme seul, en train d'écouter sa musique et je décide de m'asseoir en face de lui et de l'aborder. Je m'approche pour lui parler, je me présente : " Ah mais je connais le principe, tu as interviewé un pote à moi je crois ! Si j'accepte ? Ouais carrément ! " 

Je vous présente Gwenegan, 30 ans.

Dans la vie mon inconnu du jour est préparateur de commandes : " Je bosse dans un domaine que j'aime : les voitures et suis donc préparateur de commandes dans les pièces automobiles. Si j'aime mon métier ? Disons que ça me nourrit, ça paie mes factures et c'est déjà pas mal ... Après ce qui me plait c'est ce que ce sont des pièces automobiles, moi qui ai une formation de peintre carrossier à la base, ça me fait kiffer ... Après, le métier en lui même, il y a pire mais c'est pas le job de mes rêves.
Je vais te parler de mon parcours tant qu'on y est, donc à la base j'ai une formation de carrossier peintre et à la sortie des études j'ai fait comme pas mal de monde : de l'intérim. Puis j'ai bossé pendant 4 ans dans une miroiterie qui a fini par mettre la clé sous la porte, s'en est suivi 2 ans de chômage. Après il fallait que je me remotive à trouver du travail et c'est un peu par hasard que je suis arrivé là où je bosse actuellement. Il y a une bonne ambiance, le boulot se passe plutôt pas mal, c'est ce qui me plait ; et ce, même si je suis payé au SMIC. Mais je ne vais pas me plaindre : j'ai un job ! "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Sur mon casier j'ai un sticker que mes collègues m'ont mis : Ne pas gerber. 
En fait le mot 'gerber' dans mon métier cela veut dire qu'il ne faut pas empiler les palettes les unes au dessus des autres. Mais dans mon cas c'est parce qu'un matin après avoir fêté mes 30 ans j'ai un peu trop abusé de l'alcool ... Ma journée a été longue, très longue et mes collègues en ont donc profité pour se moquer de moi et m'ont collé cet autocollant ! (rires)
Une qualité pour faire mon job ?  
Avoir une bonne mémoire, car il y a énormément de références de pièces automobiles et qu'il faut se rappeler où est situé tel type de pièces dans cet énorme entrepôt. " 

Il aime les jeux vidéo - en ce moment il joue à Need For Speed, boire des bières avec ses potes, rigoler, profiter : " J'aime aussi les festivals l'été ... Je ne vais plus au Hellfest car c'est devenu trop cher mais je vais au Motocultor et au MetalDay en Slovénie et ça c'est super cool ! 
Et aussi depuis peu, avec un pote, on va voir des Grands Prix de Formule 1. " 

Il n'aime pas les gens trop fainéants et qui ne ramassent pas les crottes de leurs chiens, ni courir après les gens pour avoir de leurs nouvelles : " Et le traumatisme de mon enfance : les épinards ! " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Je suis un peu plus heureux qu'il y a quelques mois. Pourquoi ? J'ai eu quelques soucis de logement, je vivais chez une amie ... Et je dois dire que depuis que j'ai mon logement,  et bien mon chat et moi, on est vachement mieux. " (rires)

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma mère : Sylvaine. Pourquoi elle ? Tout simplement parce que c'est ma maman et que j'en ai qu'une ! Elle nous a élevés seule et elle a tout fait pour nous. " 

Le mot de la fin ? 
" Mais où est le soleil, bordel !! " (rires)

Merci Gwenegan et j'espère à bientôt dans le tramway !


A.




Bonsoir à tous, 

Ce matin je n'étais clairement pas motivé pour chasser l'inconnu, j'ai essayé, je suis descendu à plusieurs arrêts mais je n'ai pas réussi à me lancer ce matin. J'aurais préféré rester chez moi dans mon lit plutôt que d'aller au travail, haha !
Bref, c'est sur le quai du terminus que j'aperçois une jeune femme en train de fumer sa cigarette, je décide de l'aborder.

Je vous présente Apolline, 20 ans.

Dans la vie Apolline est à la recherche d'un emploi : " Je cherche du taf dans l'hôtessariat, je viens d'ailleurs de passer un entretien pour, je l'espère, décrocher le fameux sésame : un petit CDD. Si ce métier d'hôtesse est une vocation ? Non, c'est le hasard total. Un peu perdue dans les études,  je n'arrive pas à trouver ma voie professionnelle, j'ai une licence d'anglais, une licence de communication et une licence en arts visuels ... Mais rien n'y fait je ne sais pas trop où je vais. 
Cela ne fait que 2 semaines que je suis à Nantes, je viens de Paris, mon copain faisant ses études ici, j'ai décidé de le rejoindre et d'essayer de trouver un job dans l'hotessariat ce boulot que j'ai découvert par hasard et dont j'aime beaucoup le côté humain et relationnel. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier d'hôtesse ? 
" Je suis à l'accueil, je traite les mails, réceptionne les colis, reçois les visiteurs, je parle anglais, je conseille et aide les personnes qui se présentent à moi ... C'est super polyvalent, les journées ne se ressemblent pas et puis je me sens utile. 
Une qualité pour faire mon job ? Etre patient, gérer le stress surtout quand tu te fais draguer ou que l'on te sous-estime, comme si le fait d'être hôtesse n'était que synonyme d'échec professionnel. C'est le problème de notre société, on ne s'identifie qu'à notre métier, statut professionnel et on oublie l'humain ... On juge trop facilement ! "

Au fil de notre discussion Apolline m'évoque plusieurs fois sa passion pour la musique, je lui demande de m'en dire plus : " Je suis passionnée par la musique, je rêverais d'être ingénieur du son ou de faire de la production musicale. J'ai essayé de faire des études dans ce milieu mais je n'ai pas réussi à être acceptée dans les écoles ou à trouver un employeur qui me prendrait en alternance. " 

Elle aime bien évidemment la musique - elle joue du piano et chante, le cinéma, les voyages, découvrir des gens, le social, les jeux vidéo - elle va essayer Guild Wars ou SMITE : " Mais j'aime surtout la vie ! " 

Elle n'aime pas les gens qui manquent d'ouverture d'esprit, les inégalités et les salsifis. 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Heureux, c'est quoi être heureux ? Disons qu'aujourd'hui je suis satisfaite,  ce qui est déjà pas mal car je reviens de loin. C'est dur pour les jeunes d'aujourd'hui de savoir quoi faire, où aller, etc. On te demande de te trouver un métier, mais ce n'est pas la bonne question à mon avis. Il faudrait qu'on nous oriente en fonction de ce que l'on souhaite devenir en tant que personne et de ne pas tout résumer qu'à un métier. 
Je suis incapable de choisir une voie professionnelle, mais je peux te dire ce que je souhaite devenir comme personne en tant que telle ! " 

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon meilleur ami : Heol. 
Il m'a aidée à surmonter pas mal d'épreuves, il m'a boostée à un moment où j'en avais besoin et on s'aide mutuellement aujourd'hui. "

Le mot de la fin ? 
" Savoir vivre, partager et savoir rêver ! " 

Merci Apolline pour avoir accepté d'être mon inconnue du jour, au plaisir de se recroiser dans le tramway et j'espère que tu vas décrocher cet emploi !!



A.



Bonsoir à tous, 

Ce matin c'est sur le quai de 'Commerce' en attendant le tram ligne 3 que j'ai abordé un jeune homme, coup de chance il accepte tout de suite.

Je vous présente Quentin, 21 ans.

Dans la vie Quentin est soudeur : " Une vocation ce métier ? Du tout ! Un hasard total. J'ai suivi un parcours normal, j'étais même en seconde générale mais après mon redoublement je me suis rendu compte que ce n'était pas pour moi les études dites 'classiques'. J'ai cherché un apprentissage dans la chaudronnerie industrielle parce que j'avais entendu que c'était un job polyvalent où on apprend tout le temps, un job où on ne s'ennuie jamais je me suis dit que c'était pour moi. J'ai donc cherché un maître d'apprentissage, une fois trouvé j'ai pu me former. A la fin de cet apprentissage, faute de véhicule je n'ai pas pu être embauché dans l'entreprise où j'ai effectué mon apprentissage, j'ai enchaîné les petits boulots pour voir autre chose. Puis 'Pôle Emploi' m'a proposé une formation en menuiserie, ayant pour but d'avoir plusieurs cordes à mon arc, j'ai accepté. 
Oui c'est super important pour moi de savoir faire plusieurs métiers, donc je me suis mis en tête de pouvoir exercer 3 métiers : soudeur, menuisier et j'aimerais bien plus tard être paysagiste. Pourquoi vouloir exercer différents métiers ? J'ai peur de m'ennuyer plus tard et d'être enfermer dans quelque chose qui ne me correspond plus, donc je profite pour être jeune pour découvrir le maximum de choses et si un jour je m'ennuie en tant que soudeur et bien je pourrai aussi bien être menuisier que paysagiste, et rien ne m'empêchera de changer quand bon me semble. 
C'est compliqué aujourd'hui pour nous les jeunes de nous projeter, on ne sait pas si dans l'avenir on pourra exercer notre job ou pire, existera-t-il encore ? Donc voilà pourquoi je souhaite avoir plusieurs compétences. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Depuis lundi dernier j'ai commencé un nouveau job dans la construction métallique sur de la tôle fine, mais quand j'ai fait mon apprentissage je travaillais sur des charpentes métalliques de plusieurs tonnes. Donc le travail est différent aujourd'hui, cela demande un peu plus de minutie et de précision que sur des grosses pièces de métal de plusieurs tonnes. "

Dans l'interview avec mon inconnu du jour, il exprime plusieurs fois le mot 'projet', je lui demande de m'en dire plus. 
" J'ai pas mal bougé pour les festivals et je suis souvent allé en Hollande et je dois dire que je suis tombé amoureux de ce pays, de cette culture du vélo, de la mise en avant de l'écologie. J'ai donc pour projet d'ici 2-3 ans, de trouver une boite d'intérim internationale pour aller travailler la bas. Tu sais qu'il y a même des pistes cyclables sur les 4 voies dans ce pays ? Je trouve ça génial. 
Et puis j'ai envie de voyager, de découvrir des cultures et ne pas m'enfermer dans une ville, c'est en voyageant que l'on s'ouvre vraiment aux autres ! " 

Il aime la musique - l'électro, la trans et le hardcore, les sports de raquettes - badminton / tennis, la nature, passer du temps avec ses amis : " Et j'adore aller à la pêche en eau douce, je trouve ça ressourçant ! " 

Il n'aime pas le flan, la crème anglaise, les démarches administratives : " Et les gens qui ne se donnent pas les moyens de faire des choses. J'ai une amie ça fait des années qu'elle doit venir me voir, mais elle ne vient jamais, il y a toujours une excuse ça m'agace ! " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" L'année dernière a été compliquée pour moi, je me suis fait voler ma voiture, je n'avais pas encore mon chez moi, etc. Mais aujourd'hui, ça va mieux ... Cette année c'est mon année. " (rires)

Le mot de la fin ? 
" C'est agréable de discuter avec un inconnu, je suis d'accord avec toi : les gens ne se parlent plus assez, on se contente aux préjugés : à l'apparence ! Donc merci pour ce que tu fais, c'est chouette. " 

Merci Quentin et au plaisir de rediscuter avec toi, désolé je n'ai pas réussi à retranscrire sur le papier les histoires de plat, de soudure, de charpente ... c'était compliqué à écrire, à m'en souvenir et il est trop tôt aussi pour moi. 


A.




Bonsoir à tous, 

Me voilà enfin de retour avec un inconnu, car depuis le début de semaine je prends refus sur refus ... La pluie, le vent, le manque de soleil sont tout un tas de facteurs à prendre en compte quand on chasse l'inconnu ! Bref, j'arrive à l'arrêt de bus et j'ai 12 minutes d'attente ... Un jeune homme arrive sous l'aubette, je décide de l'aborder : il accepte ! 

Je vous présente Virgile, 24 ans.

Dans la vie Virgile est informaticien : " Je suis développeur plus précisément. Si j'aime ce que je fais ? Oui. Une vocation ? Non pas vraiment, je suis venu au développement à force de jouer aux jeux vidéo. (rires)
J'ai fait une école d'ingénieur généraliste et c'est seulement à la fin de l'année, suite à un projet effectué que j'ai su que je voulais devenir développeur. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Je travaille sur un petit projet de prise de rendez-vous, c'est intéressant car on touche à pas mal de choses. Ce qui me plait dans cette mission/projet ? La polyvalence. On travaille aussi bien sur des améliorations, que sur du test ou de la résolution de bugs. 
Je code quel langage ? Principalement du java pour cette application, mais aussi un peu de PHP et du PL/SQL. " 

Oui je sais que certains ne vont pas comprendre mais moi-même étant informaticien, je pousse un peu les questions techniques, haha !

Il aime faire du vélo, mater des séries TV et les jeux vidéo : " En ce moment je ne joue a rien, mais je me tâte à acheter la Nintendo SWITCH pour jouer à Zelda. " 

Il n'aime pas les épinards, les gens bornés et faire les courses : " Vive le drive au supermarché ! " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui. Pourquoi ? J'ai des potes et un travail ... Je n'ai pas besoin de plus pour le moment. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ce sont plutôt des icônes porteuses de valeurs qui m'influencent comme Martin Luther King, Nelson Mandela, Daniel Balavoine ... Des personnalités porteuses de messages, de valeurs et de coups de gueule qui me touchent personnellement. " 

Le mot de la fin ? 
" Sympathique. C'est chouette que tu ailles parler aux gens, ça fait passer le temps et en plus c'est agréable. " 

Merci Virgile et au plaisir de se recroiser en attendant le bus 50.


A.

Bonsoir à tous, 

Ce soir c'est sur le chemin du retour que j'ai rencontré l'inconnu du jour, je l'ai abordé sur le quai au terminus de la ligne 3. Il est assis, se roule une cigarette et a avec lui un énorme sac, nos regards se croisent plusieurs fois, je décide de l'aborder : il accepte.

Je vous présente Maxime, 46 ans.

Dans la vie Maxime est demandeur d'emploi : " Et actuellement, je suis chômeur créateur d'emploi car j'ai pour projet de monter un statut d'auto entrepreneur, pour faire de la pêche sportive extrême. Si ça avance mon projet ? Pas trop en ce moment, il me manque le nerf de la guerre : des fonds. 
Cela fait 21 ans que je galère et pour ne rien te cacher je suis à la rue aujourd'hui. Oui je dors dehors de temps en temps, pour le reste j'essaie de trouver des foyers mais ce n'est pas simple. Je suis à Nantes depuis 3 mois, je suis originaire de Saint-Nazaire mais il fait trop froid l'hiver là-bas, donc j'ai décidé de venir un peu plus dans les terres pour ne pas avoir trop froid. "

Parle-moi de ta situation perso, comment es-tu en arrivé là ? 
" La vie quoi ... Il y a des hauts et puis des bas, voire des très bas. J'avais un logement, un boulot, une vie quoi ! Tout allait bien et puis un jour je me suis fait licencier abusivement et c'est là que tout bascule. Je vivais dans un appartement de mon père, mais à son décès il a falu le vendre, après j'avais trouvé un petit appartement qui a été déclaré en qualité de logement jugé péril, j'ai donc été expulsé ... Et après il y a 5 ans de rue ! Et pour trouver du travail quand tu es à la rue et bien c'est même pas la peine d'y penser ... On te refoule direct ! Quand tu dors dans des logements insalubres remplis de cafards, ça c'est quand je vivais sur Paris, et que tu dors au milieu de cafards ... C'est pas une vie pour un homme, non ?
Comment je vis aujourd'hui ? Avec le RSA. Enfin le mot vivre est un grand mot, je survis ! Tu veux que je fasse quoi avec 324€ . Après mon licenciement abusif j'ai pris un avocat et là ce sont entamé des procédures longues et coûteuses ... Que j'ai fini par gagner mais pas assez pour me remettre sur les rails. 
Et puis les soucis je les ai cumulés : radié de pôle emploi, problème avec la CMU, avocats, procédures, etc. "

Je lui demande s'il tient bon ? 
" Oui, je m'accroche à mon projet ... Même si je sais que cela va être compliqué j'ai la volonté et j'aime les challenges. Et puis j'ai hâte de voir l'hiver passer, et de retourner sur la côte pêcher : ça me manque ça, ça me permet de m'évader. "

Maxime aime manger, boire, se plonger dans des projets, voyager : " Et j'aime les femmes ! J'ai 46 ans et je n'ai jamais été marié ... J'ai beau essayer les sites de rencontres, ça ne marche pas ! " (rires)

Il n'aime pas la violence - il me parle des violences dans la rue, de sa récente agression et des ses 2 molaires cassées, l'alcool et la pollution : " Avant je conduisais des poids lourds, et être moi-même acteur de cette pollution avec mon camion me révoltait ... Après, je devais bosser c'était comme ça ... Mais aujourd'hui, c'est de pire en pire ! " 

Le mot de la fin ? 
" Espère vraiment réussir mon projet ! "

Merci Maxime et je te souhaite vraiment de réussir ton projet, tu le mérites.


A.

Bonsoir à tous, 

Ce matin je ne savais pas où chasser l'inconnu : devais-je trouver un endroit sombre dans lequel je pourrais me cacher et guetter paisiblement ou alors au contraire trouver un arrêt de tramway bien éclairé et autoriser ma future proie à me voir avant que je ne lui saute dessus ? Hmmmm dur dilemme ! Et puis les arrêts s’enchaînant à vitesse grand V, je finis par descendre à BEAUSEJOUR. Pourquoi cet arrêt ? Je l'aime bien, c'est comme quand j'étais sur la ligne 1, j'aimais bien HALUCHERE car il y a énormément de passage. Bref, je descends ! J'attends quelques minutes, un jeune homme est sur ma droite, je l'aborde et là je vois ses yeux s'écarquiller... Il enlève ses écouteurs, me regarde d'un œil bizarre, me réponds "NON je ne veux pas de ça" et se retourne sèchement en s'écartant d'une dizaine de mètres de moi. J'aperçois alors un jeune homme adossé à un poteau sur ce même quai et décide de l'aborder : il accepte ! 

Je vous présente Robin, 18 ans.

Dans la vie Robin est étudiant : " Je suis en première STI2D, ce sont des sciences en développement durable et de l'industrie. Si j'aime ça ? Oui, j'ai même redoublé exprès pour être dans cette filière, c'est un vrai choix !
Pourquoi avoir choisi cette branche plutôt qu'une autre ? Disons qu'à la base je m'orientais vers une filière Scientifique et qu'au bout du compte je me suis dit que ça ne présentait guère d'intérêt pour moi : en gros, je n'étais pas motivé ! (rires) Mais à la base j'aurais aimé être entomologiste. Puis j'ai découvert cette filière, ses nombreux débouchés notamment dans tout ce qui est développement durable, et ma nouvelle passion l'électricité. 
En plus, dans cette filière on a des matières super intéressantes, par exemple j'ai 12 heures de cours de technologies par semaine, et c'est super top ! " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur ses études ? 
" On nous a appris à coder avec des images, c'est de l'informatique et avec une suite de 0 et de 1 on arrive à écrire/afficher des trucs à l'écran. Avec quel logiciel ? Notepad++, un petit truc gratuit qu'on trouve sur le net et ultra puissant. " 

Il aime faire des soirées avec ses potes, les mangas - surtout Dragon Ball Z : " Et j'ai fait pendant quelques années du Parkour, mais le club dans lequel j'étais a fermé ... Faudrait d'ailleurs que je m'y remette ! " 

Il n'aime pas les gens prétentieux, les inégalités et les brocolis.

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Je suis quelqu'un de nature très optimiste, donc oui je suis heureux ! " 

On descend à son arrêt 'Orvault-Morlère' pour terminer l'interview, une jeune femme s'approche de nous et dit bonjour à mon inconnu, elle se demande sûrement pourquoi j'ai un calepin et pourquoi je note les paroles de son ami, haha ! Je continue l'interview.

Une personne qui t'a marqué ou t'influence dans la vie ? 
" Elle ! me dit-il en pointant son amie, je viens de comprendre ils sont ensemble.
- Et comment s'appelle : elle ? 
- Emeline.
- Pourquoi Emeline t'influence alors ? 
- Cela fait 2 ans que nous sommes ensemble, on rigole bien et avec elle tout est plus simple. " 

Le mot de la fin ? 
" Merci, c'était marrant. J'espère que l'on se recroisera c'était top ! "

Merci à toi Robin et effectivement, ce sera cool de se recroiser.


A.


Bonsoir à tous, 

Après une bonne bronchite que je traîne toujours, je suis reparti au travail et donc dans le tramway à la chasse à l'inconnu. Comme ils avaient prévu 10cm de neige et donc possiblement pas de bus, j'ai changé mon itinéraire pour me rendre à mon travail ; au lieu de me farcir la ligne 3 jusqu'au terminus et prendre un bus, j'ai décidé de descendre à Commerce et prendre la ligne 1 et de marcher jusqu'au travail. C'est comme ça que j'ai rencontré mon inconnue du jour qui attendait, comme moi dans le froid et sous la neige, sur le quai de la ligne 1 à Commerce. 

Je vous présente Claire, 21 ans.

Dans la vie Claire est étudiante : " Je suis actuellement en seconde année de Manip' Radio. Ca consiste en quoi ? Je fais les scanners, les IRM et les premières analyses dans le milieu hospitalier. Une vocation ? Ce métier à la base je ne le connaissais pas, mais je savais que je voulais travailler dans le médical, donc on peut dire que c'est une vocation. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Les gens pensent que ce n'est pas compliqué, qu'il n'y a qu'un bouton à appuyer pour faire un scanner ou un irm. Mais c'est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait, on doit faire plusieurs plans, analyser le maximum de choses pour donner notre rapport au médecin. Nous sommes les premières personnes à voir les images du patient, il faut donc être pointilleux sur ce que l'on voit ... Afin que le médecin fasse son diagnostic et l'annonce au patient. Nous, nous n'avons le droit de ne rien dire au patient, même si l'on voit quelque chose, la responsabilités est au médecin : c'est la règle.
Ce qu'il faut comme qualités pour faire mon job ? 
Hmmmm ... Je dirais qu'il faut être précis, patient et avoir de l'empathie. " 

Elle aime le sport - elle pratique le Handball depuis l'âge de 10 ans, passer du temps avec ses amis et sa famille, les balades le weekend et le bord de mer. 

Elle n'aime pas les haricots verts, l'injustice et la trahison : " Pour moi, il n'y a rien de pire que de se faire trahir par quelqu'un de proche en qui on avait confiance. " 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui, je pense. Il est trop tôt pour que je rentre dans une telle réflexion ! (rires) Même si j'ai hâte d'être à ce soir et de retrouver mon lit pour dormir, je pense effectivement être heureuse. Pourquoi ? Et bien simplement parce que j'aime ce que je fais, et que je sais que j'ai beaucoup de chances de pouvoir faire un métier que j'aime. Mon père par exemple a fait un job qu'il n'aimait pas, donc je m'estime chanceuse. "

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Ma grande sœur : Manon. 
Pourquoi elle ? Et bien parce que je fais tout comme elle, c'est un peu mon modèle ! Elle fait du handball, j'en fais, elle travaille dans le médical, moi aussi. " (rires)

Le mot de la fin ? 
" Je te souhaite une très bonne journée et ça fait plaisir de rencontrer quelqu'un comme toi dans le tramway. " 


A.


Bonsoir à tous,

Après avoir essuyé 3 refus du côté de l'arrêt 'Marcel Paul', Allan et moi décidons de continuer nos recherches du côté de l'arrêt 'Beauséjour'.
Sur le quai, nous croisons le regard furtif et amusé de notre prochaine inconnue. En nous approchant d'elle, son sourire confirmait mon impression : elle avait reconnu Allan et connaissait l'inconnu du tramway, facile !

Je vous présente donc Cynthia, 29 ans.

Elle accepte volontiers de discuter avec nous avec tout de même un petit regret pour la photo : " Dommage, j'allais chez le coiffeur " (rires)

Cynthia est secrétaire dans une école d'ingénieur depuis 2011. Elle aime son travail et d'autant plus depuis 2015 où elle a rejoint un labo de recherche en mécanique et génie civil.
" Ça consiste à m'occuper d'équipes de recherches, de commande de matériel, de séminaires etc... "
Quand je lui demande de nous raconter quelque chose de spécial sur son métier :
" En lisant l'Inconnu du Tramway, je me demandais ce que je dirais si à mon tour on me posait la question. Et je ne sais pas... Je ne vois pas quoi raconter sur le métier de secrétaire, mais il faut un sens de l'organisation et de la rigueur. "

Sur ce qu'elle fait dans la vie en dehors de son métier :
" Je suis végan, et ça me prend beaucoup de temps car je milite pour des associations dont le Collectif Nantais Pour les Animaux (http://nantes-animaux.fr/). Par le passé, il m'est aussi arrivé de participer à des actions avec l'association L214. "

Pourquoi militer ?
" Je milite parce qu'être végan n'est pas suffisant si on l'on veut l'arrêt de l'exploitation animale. Il faut que les gens se rendent compte, les enfants refuseraient sans doute d'en manger s'ils comprenaient vraiment que la viande vient de ce petit lapin. "

Depuis quand es-tu végan ?
" Vers l'âge de 20 ans. Avant ça, j'étais végétarienne. Depuis petite, je n'aime pas la viande. Il faut dire que mon père avait plein de lapins dans des clapiers, je les ai vu mourir, évidemment ça a joué. "

Allan plaisante et pense que ce qui prend le plus de temps quand on est végan, c'est de cuisiner :
" Pas tant que ça, il faut cuisiner et éviter les plats préparés mais cela n'est pas si contraignant. "

Quelque chose que tu n'aimes pas ?
" L'injustice, c'est pas très original " (rires)

Es-tu heureuse ? (« aujourd'hui », précise bien Allan)
" Oui, je suis heureuse et je le serais encore plus si on arrêtait d'exploiter les animaux. "


Quelle personne t'a marquée ou influencée dans la vie ?
" Ma grand-mère je pense, c'est elle qui m'a amenée à aimer les animaux. Elle n'était pas végétarienne mais n'aimait l'exploitation des animaux dans les cirques, les corridas etc... "

Alors que l'on discute et que son arrêt arrive rapidement, je lui demande un dernier mot :
" Merci pour ce que vous faîtes "

C'est nous qui te remercions.



Je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre en rejoignant Allan. Parler aux gens ne me pose pas de problème, mais les aborder dans la rue " sans raison " est tout de même déstabilisant. Au premier abord, il y a toujours un comportement méfiant. Pourtant après avoir expliqué le projet, les gens sont unanimes sur le constat que oui, on ne se parle pas assez. Alors pourquoi cette méfiance quand on vient leur parler ? C'est ce paradoxe qui rend le concept de l'inconnu du tramway intéressant. On sait ce qu'il faudrait faire (se parler) mais on ne le fait pas. Donc Allan vient forcer un peu les choses.

L’expérience était vraiment sympa. Il y a eu deux jeunes qui ont refusé car ils ne souhaitaient pas être pris en photo, mais ils étaient sympathiques et ouverts à la discussion. Une dame qui a semblé trop préoccupée par la pilosité faciale d'Allan pour nous répondre et aussi une autre femme qui semble t-il était muette (vraiment). Enfin Cynthia à l'arrêt Beauséjour qui nous a répondu favorablement.

Ce que je retiens de cette expérience, c'est qu'il faut vraiment de la persévérance pour tenir un tel projet sur la durée. Aujourd'hui, j'ai essuyé quelques refus, mais c'était la première fois et je n'étais pas seul. Honnêtement, je n'aurais jamais la patience de tenter ça tous les jours. Mais je le referai avec grand plaisir à l'occasion ! En attendant, je remercie Allan pour sa gentillesse, je lui rends le clavier et je lui laisse le soin de continuer ce qu'il fait si bien. Et moi je redeviens un simple lecteur. :)

M.



Mickaël qui a prit ma place aujourd'hui dans le tramway

Bonsoir à tous, 

Pour ceux qui me suivent sur Facebook, vous avez pu lire que je sortais d'une journée de formation, que j'avais la tête farcie et que je n'allais pas interviewer qui que ce soit. Bon... ça c'était avant que le tramway dans lequel j'étais ne tombe en panne et me fasse patienter 5 minutes sur le quai à l'arrêt 'HOTEL DIEU'. Ma tête étant alors moins farcie, je me suis dit pourquoi ne pas se servir de ces 5 minutes pour faire une tentative, si ça marche tant mieux, sinon tant pis. Je croise à ce moment-là le regard d'un jeune homme sur le quai et décide de me lancer : il accepte !

Je vous présente Raphaël, 24 ans.

Dans la vie Raphaël est manœuvre sur des chantiers en maçonnerie : " Je n'ai actuellement pas la qualification pour être maçon, donc manœuvre en maçonnerie, c'est être dans le milieu du bâtiment mais en faisant toutes les tâches ingrates et/ou chiantes que les maçons ne veulent pas faire ! (rires) Et anciennement j'étais charpentier marine ! Je souhaitais rester à Nantes, et comme les chantiers dans ce métier c'est rarement à Nantes, j'ai décidé de changer de voie professionnelle. Donc en attendant une formation pour être maçon, je me forme moi-même en cherchant des missions d'intérim. Si ça me plait ? Oui carrément, je suis dans mon élément, j'ai toujours aimé la construction, prendre des côtes, découper, déplacer et j'aime les boulots physiques ça me permet de me défouler la journée. (rires)
Ça consistait en quoi, charpentier marine ? C'était de la construction/rénovation de bateaux en bois mais comme je te le disais il n'y avait aucun débouché à Nantes, donc bon ... "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" J'ai aussi été étaleur de pierres : en gros c'est aider le tailleur de pierres à déplacer les pierres, on appelle d'ailleurs ça le bardage de pierres. 
Il y a aussi faire la bûche, ça consiste à évider certains blocs de pierres pour que le tailleur pose sa pierre. Une fois la pierre posée, on coule la pierre avec un mélange d'eau, de chaux et de sable. 
Ce qu'il faut comme qualité, pour être un bon étaleur de pierres ? Il ne faut pas avoir peur des tâches physiques, c'est un job dur, il faut être organisé, savoir écouter le tailleur de pierres et avoir quelques bases en maçonnerie. " 

Il aime les sorties dans les bars, la musique, rencontrer des musiciens : " J'aime la musique mais j'en joue aussi : de la guitare. J'aime la musique avant les années 80, je trouve qu'avant la musique avait une âme ... Et j'ai joué dans un groupe de Thrash Metal, le groupe s'appelait : PANCREASS. " 

Il n'aime pas le racisme, la société d'aujourd'hui : " Cette société urbaine m'insupporte, on oublie les valeurs humaines, on s'ignore, on se juge ... Il n'y a pas ça à la campagne, on se salue, on dialogue ... Tout le contraire des villes ! 
Un aliment que je n'aime pas ? J'aime tout, à vrai dire, même les épinards et les choux de Bruxelles (rires) Mais je n'aime pas trop la nourriture chinoise. " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Non ! Pourquoi ? J'ai 24 ans, j'ai beaucoup de regrets, j'ai loupé pas mal de choses, je n'ai pas de chez moi, et tout ça m'empêche de m'épanouir et donc d'être heureux. Plus jeune, j'ai un peu mal tourné : pas mal d'excès et des échecs à l'école qui font que je m'en veux. Pourtant c'est pas faute de vouloir être heureux mais je regarde trop mon passé et j'ai du mal à aller de l'avant ... Mais ça va venir ... Ça va prendre un peu de temps je pense. " 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" 3 personnes ! Jimmy Hendrix, Bob Marley et Charles Mingus : 3 musiciens. Pourquoi eux ? Pour leur façon de penser, les valeurs humaines qu'ils véhiculent et surtout parce que, pour moi, ce sont des précurseurs dans la musique et qu'étant mélomane, ils m'inspirent énormément. "

Le mot de la fin ? 
" Je souhaite bon courage à tout le monde et soyez tous ouverts les uns les autres ! " 

Merci Raphaël et bon courage à toi pour la suite, et je te souhaite de trouver le bonheur rapidement.


A.