Lionel

by 5/05/2015 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

L'interview de ce soir sera courte je n'ai eu que 2 arrêts avec mon inconnu du jour. 

Je vous présente Lionel, 38 ans.

Dans la vie Lionel est conducteur de bus : " Je fais ça depuis pas mal de temps déjà et oui tu te doutes bien pour quelle entreprise, vu qu'il y en a qu'une ! (rires) Si j'aime mon job ? Disons que je l'ai aimé, mais que là, tout de suite j'aimerais bien faire autre chose. Pourquoi ? A cause des gens, des attitudes, on nous regarde avec dédain et mépris. Comme si on était responsable des retards et/ou des problèmes de circulations. On nous imagine surement trop bien loti, à l'abris parce que l'on a un travail. Et surtout parce que l'on fait un métier d'utilité publique, comme si 'utilité publique' voulait dire : être à la disposition des gens et en plus sans aucun respect. Alors certes, ce n'est pas la majorité des gens, mais c'est pas simple tous les jours. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier : " Ce ne sera pas un truc technique, mais un constat personnel que peu de gens savent : ' les difficultés et la complexité de la circulation '. Quand tu roules tous les jours dans une grande ville tu te rends compte que le moindre petit truc peu prendre des proportions énormes. Par exemple quelqu'un qui se gare mal dans une petite rue et bien on ne passe plus avec le bus, donc on est en retard. Pourtant, ce n'est rien de grave mais dans la circulation ça gêne et donc ça peu même généré un accident ! "

Nous arrivons déjà à son arrêt, il ne peut pas rester sur le quai a discuter car il va relever un de ses collègues. J'ai seulement le temps de lui demander vite fait ce qu'il aime et le mot de la fin :
" J'aime comme toi la photo, le basket et le métal !
Le mot de la fin ? Viens faire un tour au HELLFEST ... YEAAAAAH.
- Ca tombe bien j'y serais aussi Lionel, enfin seulement le dimanche. " (rires)

Merci Lionel et j'espère te recroiser dans un bus un de ces jours.

A.