Yakhouba

by 7/11/2016 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Et oui! Me voilà de retour après quelques jours de repos et je dois avouer que ça m'a fait un bien fou. Bref, c'est plus motivé que jamais que je suis parti à la chasse à l'inconnu! Et c'est à l'arrêt de la gare que j'ai fait la rencontre d'un jeune homme très sympathique.

Je vous présente Yakhouba, 27 ans.

Dans la vie, Yakhouba travaille dans le bâtiment : " Je fais de la manutention sur les chantiers et/ou dans les travaux publics. C'est un métier que j'apprécie, même s'il est difficile car je porte des choses lourdes toute la journée.
Une vocation ? Non pas vraiment, je fais ça car je n'ai pas le choix il faut bien travailler, je suis sur des chantiers d'insertion. Et puis travailler c'est important pour moi, ça me permet d'être libre et indépendant financièrement. "

Yakhouba a un accent et je lui demande de me parler de lui : "Je suis de la Guinée Equatoriale, j'ai fui mon pays à l'arrivée du nouveau Régime, il y a 3 ans. Il fallait que je parte car je voulais être libre et faire ce que bon me semble. J'ai mis plus d'un an pour arriver en France, ça n'a pas été simple, je suis passé par le Sénégal et le Maroc. D'un côté, il fallait que je parte pour gagner une certaine liberté, et de l'autre côté ça a été un déchirement de quitter ma famille dont je suis très proche. Je n'y suis toujours pas retourné mais il me tarde de revoir ma famille! Ça n'a pas été un choix facile à faire... Et qui me hante parfois."

Il aime rencontrer des gens, voir ses amis, lire les journaux gratuits dans le tramway le matin, danser, aller en boîte de nuit : "Et j'aime le foot, je suis tellement déçu que nous n'ayons pas gagné! Oui je supporte la France, ma terre d'adoption."

Il n'aime pas l'injustice, la ségrégation, les gens chiants et de mauvaise humeur : "Et je n'aime pas le gombo ."

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
"Ma mère : Fanta. Pourquoi? Et bien parce que c'est ma mère tout simplement! Elle m'a tout donné et elle me manque énormément."

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Je me sens mieux depuis que je suis dans le monde actif. Même si ce sont des missions d'intérim de quelques mois, ça fait du bien au moral et j'ai l'impression de retrouver ma liberté."

Le mot de la fin : "Ravi d'avoir parlé avec toi !"

Merci Yakhouba et j'espère vraiment te revoir dans le tramway.


A.