Léa

by 7/04/2016 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Ce matin je suis descendu à l'arrêt de la 'Gare Sncf', oui cet arrêt me manquait je dois bien l'avouer. Pour ceux qui ne le savent pas, j'ai pris tous les matins le tramway à cet arrêt depuis le début du blog. Ayant déménagé il y a 2 mois, ce matin j'avais envie d'y retourner et c'est à cet arrêt que j'ai rencontré l'inconnue du jour !

Je vous présente Léa, 25 ans.

Dans la vie Léa est interne en médecine : " Je suis actuellement en 1ère année d'internat et néo-nantaise : je suis venue à Nantes pour mes études ; je viens de Rouen (76). J'aime apprendre de nouvelles choses, de nouvelles techniques, j'aime ce sentiment d'être utile pour les gens et j'aime aussi le coté scientifique du métier. Pourquoi ce métier ? J'ai su que je voulais devenir médecin à l'âge de 8 ans ; à la base je voulais être pédiatre mais c'est plus tard et après un voyage au Cameroun que j'ai voulu être urgentiste. C'était très enrichissant humainement, je n'étais qu'une enfant, je ne connaissais rien de ce pays et ce qui m'a frappée c'est cette pauvreté de la population et notamment des enfants. Et à travers ce métier de médecin, je me disais que je pourrais les aider. Bon c'était un peu utopique, mais je n'avais que 8 ans ! " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier : "L.A.T.A - Limitation et Arrêt des Thérapeutiques Actives, c'est un terme que l'on utilise en réanimation. C'est une décision du corps médical en accord avec la famille d'arrêter le traitement. On fait ça quand on ne peut plus rien faire pour soigner/aider le patient et qu'il est temps de le laisser partir. Attention, cette décision ne se prend jamais à la légère et n'est jamais simple à expliquer aux familles." 

Mis à part son métier, Léa aime les voyages - ses dernières destinations : Berlin & Rome ; mais aussi le cinéma : "Et j'aime la danse, qu'elle soit contemporaine, modern-jazz, classique, africaine. Bon je dois bien avouer que depuis que je suis en internat je n'ai plus trop de vie sociale ! "(rires)

Elle n'aime pas le racisme, l'avocat : "Et ce qui m'insupporte le plus en ce moment, c'est quand je rentre dans la chambre d'un patient et que je ne peux pas être le médecin. Un médecin chez certaines personnes c'est forcément un homme, et ça m'agace ! Parce que je suis jeune, métisse, et une femme alors je ne peux pas être autre chose qu'une infirmière ou aide-soignante ? Ces clichés ont la dent dure dans les hôpitaux et ça m’énerve !!" (rires)

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ?
"Ma maman : Nathalie. Pourquoi elle? Parce que je suis contente de l'éducation qu'elle m'a donnée, qu'elle est épanouie dans sa vie professionnelle et de couple, qu'elle a toujours plein de projets et que c'est une femme indépendante. J'ai beaucoup d'admiration pour ma maman ; en plus je te dis ça, je l'ai pas vue depuis quelques mois et elle me manque! On est très famille, avec mes parents et mon frère, ils sont très importants pour moi." (rires)

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
"Oui, parce que j'ai fait le choix de venir vivre à Nantes, que je fais un stage en réanimation qui n'est pas simple mais que j'aime, que j'ai de super amis, que je viens de rencontrer un garçon et c'est génial! Et puis là, je pars en vacances voir des amis en Haute-Savoie, tout va bien pour moi. "

Le mot de la fin : "SOURIRE !"

Merci Léa et à une prochaine peut-être dans le tramway !


A. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire