Liam et Amaury

by 8/08/2014 6 commentaires


Bonsoir à tous,


Ce matin, il est 9h45, je suis à l'arrêt de la gare SNCF comme à mon habitude ; je scrute à droite à gauche quand soudain ils s'assoient sur le quai d'en face. Ils sont assis par terre et ils ont une guitare qu'ils se passent à chaque fois que l'autre loupe une note. Les rifs sont énergiques et ils ont une casquette posée sur le sol. Plusieurs personnes se baissent afin d'y laisser un petit quelque chose. Un tramway passe, ils ne montent pas, ils vont rester sous cet arrêt de tram quelques instants. Et si c'était eux mes inconnus du jour ?

Je vous présente Liam, 15 ans et Amaury, 17 ans.

Dans la vie mes jeunes inconnus font de la musique dans la rue quand bon leur semble : " On joue de la musique dans la rue et on a un groupe, ça permet de chopper quelques pièces, clopes et de rencontrer des gens. D'ailleurs, c'est cool ton idée de parler aux gens, aujourd'hui les gens sont trop individualistes ! "

Comme vous l'aurez deviné mes inconnus du jour vivent à la dure : " On vit où on veut, on est libres ! Parfois on dort chez des potes et puis si le temps le permet et qu'on a envie, on peut aussi dormir dehors. Alors certes ça peut paraître un peu dur, il faut savoir se priver de son petit confort mais putain qu'est ce que ça fait du bien de se dire que tu es libre que tu peux aller où tu veux quand tu veux ! "

Je leur demande si la rue n'est pas un milieu difficile pour des jeunes gens ? " Pour des jeunes comme nous, non ! Les anciens sont solidaires avec nous. Çà nous arrive régulièrement que d'autres SDF nous filent la moitié de leur maigre butin de la journée. Après on n'est pas seul, à deux c'est plus supportable et c'est bon d'avoir un pote sur qui compter. "

Je leur demande de m'apprendre un truc sur la rue : " Il faut toujours regarder par terre, on trouve de tout : clopes, thunes, l'autre fois on a trouvé un appareil photo, un reflex, un truc de dingue ! Les gens jettent n'importe quoi de nos jours. Et puis il faut aimer regarder le monde tel qu'il est et s'ouvrir aux autres ! "

Je ne sais pas si ça fait longtemps qu'ils sont dans la rue, mais ils m'avouent quand même avoir un rêve : " Notre kiff ce serait de chopper un camion et monter un petit commerce genre des crêpes ou un truc dans ce genre. Et puis tu te casses quand tu as envie, tu vas où tu veux quand tu veux ! "

Ils aiment écrire et composer des chansons, les potes et le jonglage : " On va se mettre au 'staff' c'est une forme de jonglage avec un bâton en feu et tu fais des figures. "

L'interview est longue, je suis épaté par ces jeunes assoiffés de liberté et en même temps je me fais un peu de souci pour eux. Le blog me fait aussi prendre conscience de la dure réalité de la vie et mes inconnus du jour en sont le parfait exemple.

Le mot de la fin : " C'est écrit sur mon blouson, me dit Liam, vivre libre ou mourir ! "

Merci les gars et bon courage pour la suite.


A.