L'inconnue du tramway

by 10/10/2014 2 commentaires




Bonsoir à tous, 

L'interview du soir va être un peu différente, je m'explique. Après avoir essuyé quelques refus, je tombe sur une petite dame qui comme souvent accepte de discuter mais sans la photo. J'avais un peu de temps donc je discute malgré tout avec cette inconnue, normal ! C'est aussi ça le but du blog !

Cette personne, dont je ne sais même pas le prénom, m'a raconté tellement de choses que je me devais de vous en parler.

Donc je vous présente l'inconnue du tramway qui restera anonyme.

Nous nous sommes rencontrés sur le quai du terminus Beaujoire. Elle refuse donc la photo : " Oh vous savez je ne suis pas d'une génération habituée aux photos, mais je fais un travail sur moi-même pour être sur les photos avec mes petits-enfants. " (rires)

Elle me raconte sa vie d'ancienne commerçante : " J'ai eu 3 boutiques, un dépôt de bilan et un divorce m'ont fait ne plus rien avoir. Vous savez, on ne cotise pas pour la retraite, quand tu te plantes et bien tu es tout seul. J'avais un bon niveau de vie et puis je me suis retrouvée au RSA... puis à aller aux Restos du Cœur pour me nourrir. Et arrivent la dépression et l'isolement, c'est compliqué la vie parfois ! Mais je n'ai pas baissé les bras et je me suis dit pourquoi rester à m'isoler ? Les Restos du Cœur cherchaient des bénévoles et je suis allée aider, ça me paraissait normal, moi qui me suis toujours levée pour aller travailler - je n'arrivais pas à me dire que je n'avais rien à faire de la journée ! "

On parle des Restos du Cœur et des difficultés que rencontrent les gens aujourd'hui : " Il y a de plus en plus de bénéficiaires, c'est triste toute cette détresse humaine. On fait des rencontres, alors il y a des personnes qui pensent que ça leur est dû et donc ne sont pas très aimables mais c'est une minorité. Et puis il y a surtout des rencontres qui vous changent la vie, celles qui vous marquent ! C'est pour ça que je continue, 7 ans déjà que je suis bénévole à Saint-Herblain. Pourquoi la-bas alors que ce n'est pas mon quartier ? A l'époque j'avais honte et je me disais qu'en allant à Saint-Herblain, je ne connaîtrais personne et donc que personne ne me reconnaîtra. "

Malheureusement, je dois descendre et stopper nos échanges. Nous nous saluons, nous souhaitons un bon weekend et espérons nous recroiser un de ces jours à un arrêt de tramway...

Merci à elle pour cette leçon de vie en 5 arrêts de tramway.

Bon weekend à tous et à lundi.


A.