Ibrahima

by 4/19/2017 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Après avoir longtemps hésité, et essuyé quelques refus aux arrêts 'Beaujoire', 'Haluchère', 'Landreau', et bien c'est finalement à l'arrêt 'Boulevard de Doulon' que j'ai trouvé l'inconnu du jour.

Je vous présente Ibrahima, 18 ans.

Dans la vie Ibrahima est jardinier : " Je suis actuellement étudiant en première année de CAP jardinage et, oui aussi, par la même occasion en apprentissage. A la base je voulais être boulanger mais faute de trouver un patron, j'ai dû choisir un autre métier qui m'intéressait tout autant.
Pourquoi ce métier ? Je ne sais pas trop, j'aime être dehors, m'occuper de la taille des arbres, du gazon, etc et ce même si c'est un métier difficile et sujet aux conditions météo. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Pour planter le gazon on commence d'abord par passer le motoculteur, puis on met de la terre, un peu d'engrais, on sème par-dessus le gazon et on essaie d'être homogène et qu'il n'y ait pas de trou. 
Une qualité pour être un bon jardinier ? Oulala ! je ne sais pas trop, je n'ai commencé mon CAP que depuis 4 mois, je suis encore débutant. " (rires)

Il aime jouer au foot le weekend avec ses amis : " J'aime aussi le karaté, j'en ai fait pendant quelques années mais à cause de mon apprentissage, j'ai dû mettre ça entre parenthèses. Mais je m'y remettrai dès que j'aurai plus de temps. " 

Il n'aime pas : " Franchement tout va bien, je n'ai pas à me plaindre, j'aime tout ! "

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Oui. Pourquoi ? Et bien parce que pour une fois je termine tôt, il est 16h. En temps normal, c'est rare que je finisse à cette heure-ci, c'est plutôt aux alentours de 18h/20h. Je vais donc pouvoir profiter un peu ! " (rires)

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon père. Pourquoi lui ? Parce qu'il est au Mali, que je ne l'ai pas vu depuis 2015 et que malheureusement pour moi je ne suis pas prêt de retourner dans mon pays. Tout ça à cause de tout ce qu'il s'y passe actuellement : la guerre. Je pense tous les jours à ma famille qui est encore là bas : ils me manquent. " 

Le mot de la fin ? 
" C'était rigolo de parler à un inconnu ! " (rires)

Merci à toi Ibrahima et j'espère te recroiser prochainement dans le tramway !

A.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire