Marie

by 5/10/2017 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Après plusieurs refus ce matin et sur le chemin du retour, j'ai fini par trouver mon inconnue du jour à l'arrêt 'Landreau'. Au départ elle refusait à cause de l'idée de la photo, mais après lui avoir expliqué le projet elle s'est gentiment laissée convaincre. Surtout que mon inconnue du jour m'avoue parler régulièrement avec des inconnus dans le tramway ! 

Je vous présente Marie, 62 ans.

Dans la vie Marie est à la retraite : " Cela fait 2 ans que je suis à la retraite, mais avant j'étais assistante sociale. Une vocation ? Non je ne crois pas, mais j'ai toujours aimé rencontrer des gens et c'est le job parfait ! Et puis dans ce milieu on rencontre tous les milieux, qu'ils soient aisés ou non. On a trop souvent l'image de l'assistante sociale qui aide les gens dans le besoin, mais ce n'est pas que cela. On aide, on accompagne des personnes qui pourraient avoir des difficultés avec leurs enfants, on conseille sur des choix à faire, etc. Tu sais, la souffrance n'a pas de classe sociale, elle est partout : c'est un métier passionnant, riche en relations humaines. Alors oui, il y a parfois des moments plus difficiles que d'autres, mais heureusement pour moi, ces moments-là sont plutôt minimes. " 

Parle-moi de ta retraite ? 
" Moi je suis une retraitée active, j'ai besoin de m'occuper ; et puis tu sais on critique souvent les retraités, mais on n'en a jamais assez : heureusement qu'ils sont là pour aider. Il y a toujours besoin de retraités pour faire du bénévolat, filer des coups de main, aller faire de l'aide aux devoirs, etc.
Moi, ce que je fais ? Je donne des cours de français à des personnes qui viennent d’arriver en France ; et je suis des cours d'anglais, je suis investie dans 'Amnesty international'. Pourquoi Amnesty International ? Parce que je crois profondément aux droits de l'Homme et que je me dis, même si c'est un peu utopiste/naïf de ma part, que si chacun de nous faisait un effort, aussi petit serait-il, et bien le monde n'en serait que meilleur ! Alors moi je fais ma part ! " (rires)

Elle aime la marche nordique, la gym, peindre, voir ses copines. 

Elle n'aime pas l'intolérance, les gens obtus, les gens qui haïssent les autres : " Tu sais, lorsque j'ai commencé ma carrière, être différent c'était enrichissant on apprenait des autres. Mais aujourd'hui on nous apprend que la différence c'est mauvais pour nous. Les gens qui pensent ça n'ont rien compris. " 

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui ! Pourquoi ? On en parle souvent avec d'autres retraités et on se dit qu'on a eu de la chance, nous sommes nés à la bonne époque. Il y avait le plein emploi, tu quittais ton job tu en trouvais un de suite, la condition de la femme a explosé dans les années 1970 et ça a été un vrai épanouissement pour nous : droit de vote, droit à l'ivg, droit à la contraception, etc. Franchement, on a eu de la chance !
On a tendance à oublier que ce n'était pas si loin tout ça, et que malheureusement tous ces droits peuvent se perdre du jour au lendemain... Nous avons trop tendance à prendre les choses pour acquises alors que rien n'est jamais acquis. " 

Le mot de la fin ? 
" Au revoir. " 

Merci Marie et au plaisir de se recroiser un mercredi sur le quai du tramway.


A.