Louise

by 10/08/2018 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

En arrivant sur le quai du tramway, je ne savais pas qui j'allais aborder. Et puis mon regard s'est posé sur une jeune femme qui lisait sous l'aubette ... Au début méfiante, elle s'est laissée facilement tenter par l'interview improvisée.

Je vous présente Louise, 25 ans.

Dans la vie Louise est au chômage : " Un chômage voulu et assumé ! Je suis pâtissière et je précise que c'est voulu car il y a du travail dans cette branche. 
- Pourquoi est-il voulu alors ce chômage ? 
- Je reviens de Bruxelles où je travaillais et j'ai mis fin à mon contrat après de longues périodes de harcèlement moral par mon employeur. Quand je dis harcèlement moral je n'ai pas été insultée mais c'était des réflexions permanentes, il rabaissait mon travail, il m'humiliait devant mes collègues ... Bref, pas simple ! J'ai quand même fini par trouver le courage de partir, d'ailleurs quand j'en parle autour de moi, je me rends compte que beaucoup de gens vivent ça, ou l'ont vécu. " 

Mis à part ce cas de harcèlement moral, elle adore son métier et je lui demande de m'en dire plus ?
" J'ai toujours voulu faire ça. Même si j'ai fait un BAC Pro Cuisine et que j'ai bossé un peu en cuisine, dès que j'ai pu partir en pâtisserie je l'ai fait ! Pourquoi ce métier ? J'aime le côté manuel, le fait de donner du plaisir aux gens, que ce soit précis. C'est une sorte d'Art éphémère : ma vocation depuis toute petite.
Ce qu'il faut pour faire ce métier ? Il faut être sociable car on travaille en équipe, savoir déléguer les choses, être matinal car en général on se lève entre minuit et 5h du matin et il faut savoir recevoir des ordres. Et parfois recevoir des ordres de gens qui sont plus jeunes que nous et souvent plus talentueux ! (rires)
- Le dernier truc que tu as fait  en pâtisserie ? 
- Un Paris-Brest : pâte à choux, crème mousseline praline montée au beurre - caramel, noisette et amandes. " 

Louise en dehors de son métier aime : " J'aime aller au cinéma, lire, écouter de la musique et sortir ! " 

Elle n'aime pas l'impolitesse et les salsifis.

Es-tu heureuse aujourd'hui ? 
" Oui ! Pourquoi ? Parce que je suis sortie d'une situation compliquée, et que je me suis reprise en main ... Comme je te l'ai dit je suis au chômage mais ça ne va pas durer longtemps. J'avais juste besoin de reprendre le dessus sur cet épisode compliqué ! " 

Le mot de la fin ? 
" Bonne journée. Bon courage pour la suite et merci c'était très sympa ! " 

Merci Louise et au plaisir de se recroiser dans le tramway.


A.