Issa

by 6/24/2016 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Aujourd'hui je ne commence le travail qu'à 17h (je bosse de nuit), j'ai donc profité de ma journée pour aller interviewer un inconnu sur la ligne de tram. Coup de chance pour moi ça a fonctionné du premier coup à l'arrêt 'Pirmil'.

Je vous présente Issa, 26 ans.

Dans la vie Issa est sans emploi mais fait du bénévolat dans une association qui s'appelle AMI (Accompagnements Migrants Intégration) : " Cette association s'occupe des migrants comme moi je l'ai été, c'est une association qui m'a beaucoup aidé. Comme je ne pouvais pas travailler car je n'avais pas de papiers et bien je me suis porté volontaire pour à mon tour aider. Cela fait 5 ans déjà que je suis bénévole au sein de cette association et 7 ans que je suis en France !  A la base je suis soudeur, c'est le métier que j'exerçais en Guinée Equatoriale mais je crois que j'aimerais bien travailler dans les espaces verts. Cela fait 3 semaines que j'ai mes papiers donc je cherche activement un travail. "

Je lui demande de me parler de cette association et de son rôle : " Moi je suis là pour conseiller, aider les nouveaux arrivants afin de les aider dans leur nouvelle vie. J'essaie d'apporter ma contribution en parlant de mon vécu et de mon parcours du combattant pour décrocher le fameux sésame. Je fais aussi beaucoup de sport car le sport permet de se libérer la tête, surtout quand tu viens d'arriver en France.C'est d'ailleurs, pour moi, un devoir de donner aux autres après avoir tant reçu ! 
Tu sais mon arrivée en France ça a été dur, pas d'argent, pas de travail, intégration difficile, lourdeurs administratives, etc. Je mange grâce à des tickets restaurants que l'association nous donne, tout n'est pas simple et psychologiquement il faut être fort. Mais cette épreuve a fait de moi l'homme que je suis aujourd'hui ! "

Il aime discuter avec des inconnus, les sorties et faire du sport : " foot, badminton, volley ! "

Il n'aime pas les poireaux, les haricots verts, le manque de respect, l'absence de 'bonjour' des gens, les incivilités : " Et l'assistanat ! Parce que je pense que ça empêche les gens d'avancer, moi je ne pouvais pas attendre que tout me tombe dans les mains. C'est pour ça que le bénévolat était pour moi une évidence, mais cela fait aussi parti de mon trait de caractères ! "

" Une personne qui t'a marqué dans ta vie ou t'influence encore aujourd'hui ? 
- Je vais en citer 2. La directrice de l'association qui m'a apprit les 3/4 des choses que je sais, je lui doit tout ça ! 
Et puis il y a une fille que j'ai croisé : Adeline. Elle est tellement tolérante, sans jugement et avec une telle ouverture d'esprit que ça impose le respect. "

" Es-tu heureux aujourd'hui ? 
- Oui ! Dans mon pays j'ai décidé d'être libre, c'est pour ça que je suis partit ... Malheureusement, à mon arrivée en France j'ai perdu cette liberté : liberté de travailler, de me déplacer, etc. Et le pire : je n'avais plus d'identité, on me l'avait prise et ça, psychologiquement, c'est très dur à accepter ! Quand je me baladais dans la rue j'avais toujours cette peur de me faire contrôler par la police et de me dire que je vais avoir des ennuis, aller au poste, me justifier, etc. Heureusement pour moi c'est derrière moi, je suis soulagé. "

Le mot de la fin : " Merci de m'avoir choisi ! "

Merci à toi Issa d'avoir accepté d'être mon inconnu du jour et je reviens lundi pour un nouvel inconnu du tramway.


A.