Aldy

by 6/21/2017 0 commentaires


Bonsoir à tous,

Ce matin j’ai laissé volontairement passer un tramway… pourquoi ? Aucune idée, si ce n’est que je n’étais pas spécialement pressé d’aller au boulot ! Bah oui, il y a des jours comme ça.
Et puis, j’aime avoir un quai vide pour pouvoir sauter sur le premier inconnu qui arrive !

Je vous présente Aldy, 33 ans.

Dans la vie Aldy est magasinier/cuisinier : «  Je travaille pour une cuisine d’entreprise mais je ne fais pas que cuisiner, je range les denrées, gère les stocks, etc... J’aime ce que je fais ! Une vocation ? Non pas du tout, mais un choix réfléchi. A la base j’ai suivi des études en informatique à la Réunion - oui je suis réunionnais - mais par faute de trouver du travail, et après avoir enchaîné pas mal d’intérim dans le BTP, j’ai choisi de venir en métropole me former (CAP cuisine) et travailler : cela fait 6 ans que je suis ici. »

J’en profite pour lui demander pourquoi il n’a pas trouvé de travail à la suite de ses études d’informatique ?
« En fait c’est le problème actuel pour pas mal de jeunes, on te demande de l’expérience alors que toi, tu cherches ton premier job pour te faire de l’expérience ! »

Je lui demande de m’apprendre un truc sur son métier ?
« Il faut être organisé et rapide ! Et comme disent les anciens au boulot : il faut taper dedans ! (rires) C’est un métier qui peut être parfois difficile physiquement, dans l’établissement où je suis on sert pas loin de 400 couverts par jour. Pourquoi j’aime ce job ? Tout simplement car j’aime faire de bonnes choses à manger, mon chef aime d’ailleurs travailler des produits frais donc c’est un challenge tous les jours de faire de la cuisine d’entreprise avec de bons produits ! »

Il aime passer du temps avec sa famille et la course à pied – il court une fois par semaine une quinzaine de kilomètres.

Il n’aime pas les cons, les gens obtus d’esprit, les gens faux et malhonnêtes.

Es-tu heureux aujourd’hui ?
«  Même si les fins de mois sont difficiles, je reste optimiste car j’ai vu et je vois des gens qui parfois sont dans des situations pires que la mienne donc tout va bien ! »

Le mot de la fin ?
« Tu vois je descends ici car je bosse là »

Merci Aldy et au plaisir de te recroiser dans le tramway !


A.