Jacques

by 4/10/2018 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

C'est au terminus que j'ai rencontré mon inconnu du jour, en fait c'est lui qui est venu me parler pour me demander un renseignement, j'en ai donc profité pour me présenter et parler du projet.

Je vous présente Jacques, 35 ans.

Dans la vie Jacques est en recherche d'emploi : " Je suis développeur informatique depuis 5 ans, et j'ai pris du temps pour moi et ma famille (papa pour la seconde fois depuis décembre) j'ai pris une sorte de congé parental non officiel. (rires) Besoin d'aider ma conjointe, d'être présent pour ma fille qui rentrait en maternelle en septembre... J'avais d'autres priorités que de chercher absolument un nouveau job.
Ce que je faisais avant d'être développeur informatique ? Je bossais dans l'associatif et culturel ; mais à un moment de ma vie et pour la sécurité de ma famille, j'en avais marre d’enchaîner les CDD, d'être payé au SMIC et de commencer des projets qui parfois ne se terminaient pas à cause de pertes de subventions. J'adorais ça mais à un moment, on doit faire un choix et j'ai eu de la chance de suivre une formation de 7 mois rémunérée pour adulte qui m'assurait un avenir un peu plus serein, professionnellement parlant.  "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier de développeur ? 
" Dans mon métier il y a un petit côté artisan, un souci du détail, du travail bien fait et on commence de zéro pour terminer avec un produit fini. On bosse sur mesure, avec les besoins du clients et les évolutions perpétuelles : on ne s'ennuie jamais. Et puis c'est un milieu super sympa, c'est jeune, dynamique propice aux rencontres et aux amitiés, rien à voir avec le cliché de l'informaticien ! (rires)
Ce qu'il faut pour être un bon développeur ? De la logique ! " 

Il aime la photographie - il est plutôt portrait couleur, écouter de la musique, mater des films, lire : " Ça c'est ce que j'aime faire, mais avec 2 enfants dont un nourrisson je dois bien avouer qu'en ce moment je n'ai pas trop le temps. " (rires)

Il n'aime pas l'impolitesse, l'abus de pouvoir, les trucs politiques : " Et les brocolis ! A l'école de ma fille ils appellent ça les beurk-colis ! " (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Ça va pas trop mal ! J'ai une famille, des enfants, je n'ai pas trop de soucis pour trouver un job rapidement, je vais voir des potes demain soir et ce weekend je vais voir un concert ! Ça pourrait être pire je pense, non ? "

Le mot de la fin ? 
" Vivement le beau temps ! "

Merci à toi Jacques et au plaisir de se recroiser dans le tramway, ou peut-être serons nous collègues un jour, le monde de l'informatique à Nantes est petit.


A.