Gillou

by 1/29/2015 0 commentaires
Bonsoir à tous, 

Encore une fois, premier inconnu abordé, il accepte direct !

Je vous présente Gillou, de son vrai prénom Gilles, 40 ans.

Dans la vie Gillou est à la recherche d'un emploi, son contrat vient de se terminer : " J'ai terminé hier, je suis cariste mais je sais tout faire dans tout ce qui est logistique. Pourquoi cette branche ? Cariste, ça envoie ! Faut pas traîner, aller vite, ça peut aussi être physique, etc. J'aime rentrer chez moi et être fatigué par ma journée. Je sais que j'ai bien travaillé, c'est de la bonne fatigue. J'aime bien aussi l'ambiance de la grande distribution, l'esprit d'équipe, etc. "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son job : " Il faut avoir des bases en informatique afin de savoir sortir son BL (Bon de Livraison). Sinon sais-tu ce qu'est le 'picking' ? C'est le fait d'empiler les palettes les unes sur les autres et de les organiser correctement dans les étagères (racks). "

Gillou se confie facilement à moi, me raconte avoir pas mal galéré dans la vie, avoir fait des choix parfois difficiles : " Je suis descendu bien bas tu sais. J'ai fait 10 ans de rue, j'ai fait des petits trafics pour survivre et puis je me suis fait chopper. J'ai purgé ma peine et je remonte la pente petit à petit. C'est grâce à ma copine et à mon gosse de 4 ans. Tout ce que je fais aujourd'hui, c'est pour eux !
J'ai été pompier volontaire, j'ai bossé dans les hôpitaux, et puis un jour tu perds ton job, tu as des soucis familiaux et c'est la descente aux enfers ... Tu n'arrives pas à remonter la pente et tu pars dans la rue parce que tu n'as plus le choix. "

Je reste sans voix face à son parcours et ses confidences...

Il aime la musique - le punk, profiter des moments avec son fils, le sport et aller à la bibliothèque : " Et puis aujourd'hui je vais faire la tournée des boîtes d'intérim, j'aime bien, tu vois des gens. "

Il n'aime pas les cons, le gouvernement actuel, les attentats récents et les épinards : " J'aime pas Nantes ! Je n'ai qu'une envie c'est retourner dans ma ville, près de la mer : Guingamp. J'ai besoin de la mer pour exister, ça me manque trop. Que veux-tu, je suis un vrai breton ! " (rires)

" Es-tu heureux Gillou ?
J'essaie de l'être. Aujourd'hui, j'ai tout pour être heureux avec ma copine et mon fils, donc il faut que j'y arrive. "

Le mot de la fin : " Je suis heureux d'avoir parlé avec toi. "

Merci Gillou et au plaisir de se recroiser.

A.