Christophe

by 2/02/2017 0 commentaires

Bonsoir à tous,
Ce matin je suis retourné dans le tramway et j’ai jeté mon dévolu à un arrêt assez loin de ceux que je prends habituellement : Recteur Schmitt au fin fond de la ligne 2. Et ça a marché du premier coup !
Je vous présente Christophe, 25 ans.

Dans la vie Christophe est étudiant : «Je suis en 2ème année de STAPS, c’est du sport mais au sens très très large. Pourquoi cette filière? J’ai pris conscience il y a quelques années que le sport pouvait améliorer la santé des gens et allier à la fois corps humain, physiologie et longévité ; et tout cela me motive dans mes choix. Une vocation? Pas vraiment, c’est juste une prise de conscience comme je te le disais. A la base je voulais être militaire, et ce depuis l’âge de 12 ans. J’étais fan, comme tout gosse, des films d’action et des Etats Unis ; mais j’ai vite pris conscience de l’envers du décor et que tout n’était pas aussi rose qu’on nous le montrait. Donc prendre soin des gens via le sport me parait plus utile à mon goût! Mais j’aime toujours l’armée : je suis réserviste.»

Je lui demande de me parler de ses études et surtout de m’apprendre un truc sur sa fonction de réserviste?
«Après avoir fait STAPS, 2 choix s’offriront à moi : je pourrai être coach sportif ou alors faire de la recherche/doctorat et donc finir par enseigner. Et pour moi, cette filière est la plus diversifiée de la FAC car on fait de la sociologie, de l’histoire, de l’anatomie, de la physiologie, de la psychologie, de la bio-mécanique, du droit, et du sport mais sous différents formes et différentes disciplines : c’est complet ! (rires)
Pour ce qui est de ma fonction de réserviste et bien c’est du volontariat. Je suis en formation militaire tous les mois pendant 4 jours minimum et je suis envoyé sur des missions simples ou complexes. Je me sens utile pour les autres, je donne toutes mes vacances à mes missions de réserviste : c’est une vraie passion.
S’il faut être patriote pour être réserviste? Oulala, pas du tout, en tout cas pas pour moi! D’ailleurs, les formateurs dans l’armée en ont marre d’entendre les jeunes réservistes arriver en disant : je veux défendre le drapeau français ! (rires) Moi je ne défends pas une nation ou des frontières mais des individus quels qu’ils soient!»

Il aime sa fonction de réserviste bien évidement, mais aussi le cinéma et les jeux vidéo – son jeu préféré : DEUS EX.

Il n’aime pas les endives, les a priori et préjugés, le manque de politesse : «Mais surtout l’absence de connexion entre les gens : on peut parler de façon instantanée sur son smartphone à un mec en Chine mais on est incapable d’aborder le mec en face de nous !»

Es-tu heureux aujourd’hui ?
«Oui! Pourquoi? Je viens de faire ta connaissance et je suis content de rencontrer quelqu’un qui pense comme moi, même si je serais incapable de faire ce que tu fais !» (rires)

Une personne qui t’a marqué ou t’influence encore aujourd’hui?
«Olivier LAFAY! C’est un auteur qui, à la base, faisait des bouquins sur la musculation, mais qui a réussi à apporter une réflexion personnelle sur le corps humain : ça va au-delà de la méthode classique.»

Le mot de la fin?
«MERCI !»


Merci à toi Christophe et j’espère que nous nous recroiserons un de ces jours dans le tramway !



A.