Sarah

by 10/17/2017 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Ce matin je suis descendu à un arrêt où je ne descends presque jamais ; je pense n'avoir fait que très peu d'interviews à cet arrêt : Pont-Rousseau Martyr. J'attends quelques minutes, je laisse passer un tramway, le quai se vide. Une femme arrive, sort son portable, et je décide de l'aborder : elle accepte !

Je vous présente Sarah, 34 ans.

Dans la vie Sarah est chargée de production dans l'audiovisuel : " Je ne travaille jamais derrière une caméra, mon job consiste à gérer la logistique, la régie et la partie administrative des projets sur lesquels on va travailler. Si ça me plait ? Carrément, je m'éclate totalement, que ce soit avec mes potes/collègues que professionnellement parlant. 
Une vocation ? Ohlala pas du tout, le hasard total ! A la base j'étais sociologue et puis j'ai travaillé pour des cabinets d'études et c'était chiant à mourir. (rires) Après j'ai bossé pour une administration - une mairie - et puis je me suis retrouvée au chômage. Je pensais que ça ne durerait pas... Et malheureusement pour moi je ne trouvais rien, quand un pote m'a proposé de lui rendre service dans sa boite. Et maintenant, ça fait 6 ans que je rends toujours service ! " (rires)

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Il faut être po-ly-va-lent ! Je suis un couteau suisse, il ne faut pas être brillant dans un domaine particulier, il faut juste savoir faire plusieurs choses à la fois. On travaille sur différents supports tels que l’événementiel, la publicité digitale, la scénographie et le mapping. 
Une qualité pour faire ce job ? Je te l'ai dit y a 2 minutes : polyvalence/adaptabilité. " (rires)

Sarah, mis à part son job, aime voyager - ses derniers voyages : la Lozère et la Thaïlande -, boire des coups avec ses copains et refaire le Monde avec eux : " Et j'adore cuisiner ! J'adore inventer des trucs en cuisine, parfois ça marche et parfois non. " (rires)

Elle n'aime pas les salsifis : " Et puis le manque d'attention des gens, aujourd'hui plus personne ne fait attention à l'autre. On refuse de porter secours à quelqu'un, on fuit littéralement le regard des autres usagers dans les transports, on refuse de voir ce qu'il se passe. Je trouve ça tellement triste, alors moi je parle aux gens même dans le tramway ça m'arrive quand la situation se présente mais ils ont tous le regard plongé sur leur portable, c'est dommage. "

Une personne qui t'a marquée ou t'influence encore aujourd'hui ? 
" Mon pote Paulo. Pourquoi lui ? Parce qu'il a changé ma vie professionnelle en me proposant ce job. Je bosse sans avoir l'air de travailler, j'ai une chance inouïe et j'en suis bien consciente car je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde. " 

Le mot de la fin ? 
" C'est agréable de parler à quelqu'un dans le tramway. " 

Merci Sarah et au plaisir de te recroiser dans les transports en commun.


A.