Simon

by 10/02/2017 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Ayant besoin de me rendre à l'arrêt Trocardière pour prendre mon ticket mensuel, je loupe le tramway le temps de l'achat et je regarde quand passe le prochain : 9 minutes, Arf ! Bon, je sors mon téléphone, commence à jouer dessus en me disant c'est lundi, de toute façon ça ne marche jamais le lundi à 6h et puis a cet arrêt il y a peu de monde à cette heure. C'est alors qu'un jeune homme arrive au loin, j'hésite à l'aborder, je me dis que c'est aussi lundi matin pour moi et que je ne suis pas très réveillé... Et puis je me dis que je suis bête et que la démarche nous réveillera surement ! 

Je vous présente Simon, 33 ans.

Dans la vie Simon est éducateur spécialisé : " Si j'aime mon job ? Carrément ! Je ne savais pas trop quoi faire au début, j'étais en fac de sport pour devenir prof de sport mais ça commençait à devenir vraiment compliqué, j'ai donc décidé de m'orienter vers une autre filière : une licence physique adapté afin d'être éducateur spécialisé. J'ai tout de suite trouvé ça super, avant je voulais être prof de sport mais c'était sans conviction alors que là, tout prenait son sens. J'ai été 'candidat élève éducateur' c'est le terme qui me permettait d'apprendre sans avoir les responsabilités des personnes, c'est très formateur. J'ai fait ça sur la Rochelle dans un centre pour enfants déficients intellectuellement, un IME (Institut Médico Educatif). Puis après je suis parti à Paris en tant qu'éducateur remplaçant, j'ai passé mon concours. Après, c'est 3 ans de formation et ça m'a permis de découvrir différents milieux, même si je restais dans l'aide sociale à l'enfance. A la fin de ces 3 ans de formation, avec mon amie on souhaitait quitter Paris mais nous ne savions pas où aller, alors en attendant que l'on fasse ce choix on a décidé de partir 6 mois en Asie : superbe expérience ! Et c'est au retour qu'on a jeté nos valises à Nantes. Pourquoi Nantes ? Ville culturelle, jeune, dynamique, près de la mer... 
A mon arrivée j'ai de nouveau enchaîné les remplacements, et toujours auprès d'enfants avec ou sans handicaps, avec ou sans violences,... Et aujourd'hui je suis dans un petit établissement, où ça n'est pas toujours simple mais où je fais partie d'une superbe équipe et on essaie d'aider du mieux que l'on peut tous ces gamins, avec plus ou moins de succès.  "

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier ? 
" Ce n'est pas une science exacte, parfois ça fonctionne et parfois ça ne fonctionne pas. Qu'est ce qui fonctionne ou pas ? Notre mission, à savoir essayer qu'ils aient de nouveau une vie normale, une vie en famille, une vie scolaire classique. Je ne peux pas citer de nom, mais je suis content pour un gamin que l'on a eu 2 ans, qui a une vie normale aujourd'hui et s'épanouit à l'école. C'est une belle évolution pour lui et on est fiers que ça ait fonctionné, car malheureusement, ce n'est pas toujours le cas et on sait que certains gamins n'y arriveront pas. 
Une qualité pour faire mon métier ? Il ne faut pas être une imposture, ne pas jouer un rôle sinon les enfants le sentent et te démasquent, il faut être entier avec eux. " 

Il aime le sport de manière générale, l'art de rue, tout ce qui touche à la culture, les musées : " Et même si depuis que j'ai quitté Paris j'ai arrêté, mais j'adore la danse contemporaine. J'ai eu un super prof, qui a su me transmettre sa passion... Faudrait que je m'y remette, mais a cause des plannings changeants c'est compliqué. " 

Il n'aime pas l'injustice de notre société, l'hypocrisie, l'andouillette : " Le fait que, peu importe le milieu professionnel où l'on est, ce sont les chiffres qui priment sur l'humain. Aujourd'hui on a des gestionnaires qui, bien souvent, ne connaissent pas le métier mais te parlent de rentabilité de services. Il faut être rentable et justifier ton poste en permanence ! " 

Es-tu heureux aujourd'hui ? 
" Ouais carrément ! Je n'aimais pas ce mot il y a quelques années, mais je suis content car j'ai des 'projets'. " (rires)

Le mot de la fin ? 
" Il faut continuer à rêver et se nourrir un maximum d'Art : la culture c'est super important, ça permet de s'ouvrir aux autres. " 

Merci Simon et j'espère que l'on se recroisera demain dans le tramway ? 


A.