Anis

by 11/18/2016 0 commentaires



Bonsoir à tous, 

Ce matin je suis monté dans le tramway à l'arrêt 'Trocardière' : il était 6h03. J'ai regardé à gauche puis à droite et j'ai aperçu un homme seul dans le tramway, son regard plongé vers l'extérieur.
Je m'assieds alors en face de lui, alors que le tramway entier est vide : il doit se demander pourquoi je me mets en face de lui! Je l'aborde et il accepte de suite en rigolant : "Vous n'êtes pas déjà passé à la télévision, ça me dit quelque chose votre truc?" (rires)
Et oui c'est bien moi, il faut croire que mon passage au 20h de TF1 a marqué et ce n'est pas pour me déplaire. 

Je vous présente Anis, 38 ans.

Dans la vie Anis est maçon-coffreur : "Cela fait 10 ans que je suis maçon dans le gros oeuvre. Je travaille sur des gros chantiers : immeubles, grosses structures en béton armé, etc.  Si j'aime ce que je fais? Oui, ça va! A la base j'avais fait des études scientifiques mais il fallait que je gagne ma vie. Comme il y avait du travail dans le bâtiment, cela me semblait accessible rapidement et je n'avait pas le luxe d'attendre : il fallait travailler pour gagner un salaire. Et puis aujourd'hui j'aime ce que je fais, mais c'est très dur comme travail, la santé commence à en prendre un coup et avec les années qui passent ça devient compliqué, mais on s'accroche. Attention, je n'ai aucun regret, ça paye quand même très bien je suis content c'est 'juste' la santé : j'ai des problèmes de dos et quand j'arrive au boulot je mets une ceinture dorsale, je prends un comprimé pour la douleur et hop j'enchaîne la journée. Je m'estime encore chanceux, j'ai des collègues encore plus abîmé que moi!"   

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier? 
"La banche : Ce sont les immenses plaques de métal que tu vois sur les chantiers entre lesquelles on coule le béton pour fabriquer les murs/la structure de l'immeuble. Et ça c'est très lourd! Même si on est aidé par une grue, et bien il faut bien les attraper, les faire pivoter à bout de bras. Une qualité pour être un bon maçon? Il faut du courage car il faut se lever tôt, et avec la météo c'est encore plus difficile!"

Il aime le jardinage, voyager - son dernier voyage était en Tunisie - les sorties : "Je suis quelqu'un de simple, je me contente de petits trucs chaque jours."

Il n'aime pas faire du rab au boulot, le porc : "Et le racisme! Oui, c'est quelque chose que je constate encore de temps en temps. Tu sais, il y a 2 sorte de racistes : il y a ceux qui sont francs et te le disent de face et puis il y a ceux qui sourient mais qui n'en pensent pas moins. Moi je te le dis, si je devais choisir le raciste en face de moi, je préfèrerais celui qui est franc et qui te le dis ouvertement!" (rires)

Es-tu heureux aujourd'hui? 
"Oui! Je m'estime en bonne santé, j'ai un travail et je suis un privilégié par rapport aux autres. Je ne dois pas me plaindre : je ne suis pas au chômage et je suis bien entouré."

Une personne qui t'influence encore aujourd'hui? 
"Ma mère : Malika. Elle est encore au pays, donc on se voit peu et elle me manque. Pourquoi elle? Tout simplement parce que je l'aime et que l'on connait toute l'importance d'une mère." 

Le mot de la fin? 
"Je trouve ça bien ce que tu fais, connaitre les gens, s'intéresser à leur vie. Franchement, c'est très bien!"

Bon weekend à toi Anis, merci d'avoir échangé avec moi c'était une grande leçon de courage d'avoir appris à connaitre ton parcours.


A.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire