Bozz

by 1/13/2017 0 commentaires

Bonsoir à tous, 

Ce matin quand je suis sorti de chez moi je n'avais pas envie de faire d'interview.J'étais déjà parti en me disant qu'il n'y aurait pas de publication. On est vendredi, la fatigue se fait ressentir, surtout quand tu te lèves à 5h10 toute la semaine. Et puis tu arrives à l'arrêt de tramway et tu vois une nouvelle tête sur le quai! Quand je dis nouvelle ce serait plutôt : tu vois une tête tout court, car en général je suis seul à cette heure si matinale. Donc je me suis dit "allez on va bien voir si ça marche du premier coup".

Je vous présente Greg aka Bozz, 33 ans.

Dans la vie Bozz est déménageur : "J'aime mon boulot, ça change tous les jours, il n'y a pas de côté routinier mais par contre, ça ne paie pas! (rires) 
Une vocation? Non pas du tout, c'est arrivé par hasard. Plus jeune j'habitais dans le nord, et on faisait du skate avec les potes sur une petite place. Ça faisait un peu de bruit, les planches de skate sur le sol, sur les barres en métal, les bancs, etc.
On ne faisait rien de mal, si ce n'est un peu de bruit dans le quartier et il y avait un mec qui gueulait sur le bruit que l'on faisait. Sauf que ce mec était patron d'une boîte de déménagement, et pour nous empêcher de faire du skate tout l'été, il nous a proposé de travailler pour lui pendant les vacances. C'est comme ça que j'ai commencé dans le déménagement ! (rires)
Et puis il y a ce côté où tu aides les gens, où tu échanges avec eux, et ça c'est super. J'aime bien recroiser dans la rue les gens que j'ai aidés à déménager, on se salue et c'est gratifiant je trouve."

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier? 
"On ne se rend pas compte, mais on entre dans l'intimité des gens quand on déménage, les gens nous laissent leurs clés, nous font rentrer chez eux et, bien sûr, nous font confiance. Je trouve que c'est une grande responsabilité que d'avoir la confiance de quelqu'un qui t'ouvre son chez-lui, ses affaires : sa vie.
Ce qu'il faut pour être un bon déménageur? Avoir un peu de condition physique et être sociable."

Il aime faire la fête, ses potes, aller en festivals, les voyages : "Je suis pas en CDI et je ne le souhaite pas! Je bosse principalement aux beaux jours puis en général l'hiver je prends un billet d'avion et je me casse en Asie découvrir le monde au soleil! Moi je veux profiter de la vie et pas cantonner à un train train quotidien." (rires)

Il n'aime pas l'hypocrisie, la lavande : "Ouais la lavande : j'ai toujours détesté cette odeur, je sais pas pourquoi, c'est un truc de vieux! (rires) Et un autre truc que je n'aime pas : la bière sans alcool! Je ne vois pas l'intérêt de ce truc et en plus c'est dégueu."(rires)

Es-tu heureux aujourd'hui? 
"Ouais grave! Je viens d’emménager dans une maison et j'ai envie de faire une mini rampe dans le jardin, mais pas sûr que le proprio soit d'accord! (rires) Sinon, je relativise énormément, je n'ai pas de quoi me plaindre. Tu sais, j'ai une amie qui a 30 ans, courageuse comme jamais je ne le serai, et qui des problèmes de santé : je l'admire pour son combat et ça me rend plus fort pour la soutenir. Sa combativité est un exemple pour moi et je me dois d'être là pour elle." 

Une personne qui t'a marqué ou t'influence encore aujourd'hui? 
"Tous les vieux skateurs, les pionniers qui ont tout inventé comme Rodney Mullen, Chris Haslam, etc. Les mecs sont toujours là et ce malgré les blessures, franchement respect!"

Le mot de la fin? 
"Le mot qui va résumer mon weekend : alcool !" (rires)

Merci Bozz, bon weekend et peut-être à lundi matin dans le tramway !


A.