L'inconnu des Inrocks

by 2/08/2014 0 commentaires

Bonjour à tous, 

Je profite de cette publication dans les Inrocks, pour vous informer que l'inconnu du tramway revient mercredi. Je suis en formation lundi et mardi prochain, et je vous prépare un petit truc pour le 100ème inconnu vendredi prochain.

Merci à tous et bon weekend.

En attendant vous pouvez venir discuter avec moi sur TWITTER & FACEBOOK.

Allan



Dans la rue ou le métro, des blogueurs vont à la rencontre d’inconnus

06/02/2014 | 14h33
(M. Trombone/Flickr)

Tirer le portrait d’anonymes, échanger quelques mots avec eux… A New York, Paris ou Nantes des blogueurs saisissent au hasard des fragments d’humanité.

Au cours de l’été 2010, lorsque Brandon Stanton commence à déambuler dans les rues de Brooklyn à New York, appareil photo en main, le jeune homme de 26 ans est loin de se douter de l’engouement que va susciter sa démarche.
A l’origine, l’idée de cet ex-courtier est de réaliser une sorte de recensement photographique de Big Apple. Sans formation artistique, Brandon shoote donc les passants tout en les interrogeant sur leur vie. Trois ans et demi plus tard, son blog Humans of New York regorge de portraits – touchants, étonnants – pris dans la rue. Accompagnée d’un fragment de discussion, chaque photo est une fenêtre ouverte sur ces anonymes qui font la diversité et la richesse de New York.

Aujourd’hui, environ 2,7 millions de personnes aiment sa page Faceboook,
il a près de 50 000 abonnés sur Twitter et son livre, sorti en octobre 2013, s’est déjà vendu à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. En outre, depuis 2012, de nombreux Humans of… ont essaimé un peu partout sur la planète (New Delhi, Bali, Ethiopia, Indonesia, Dundee, Melbourne, Buenos Aires, Soul of San Francisco…) illustrant un véritable phénomène de société.

Briser les préjugés
En France, Marie Dinkle a montré la voie dès le mois de mars 2010. Durant un an et demi, la blogueuse s’est intéressée aux “inconnus” du métro parisien, offrant à ses 10 000 lecteurs quotidiens des tranches de vie prises au hasard. En allant à la rencontre des voyageurs et en échangeant durant quelques minutes avec eux, elle entend alors briser les préjugés en posant un regard différent sur ceux qui nous entourent sans qu’on leur prête toujours attention.
Si Marie Dinkle a mis un terme à l’aventure en octobre 2011, d’autres ont repris le flambeau. Allan Touchais, jeune informaticien nantais a lancé son blog, L’inconnu du tramway, en septembre 2013. “Tout est parti du fait que je m’ennuyais dans les transports en commun, et que je me demandais ce que mon voisin faisait dans la vie”, explique-t-il. “L’été dernier, pendant deux mois,

à la même heure, j’ai pris un bus. A chaque fois, je voyais les mêmes passagers sans que personne ne se parle jamais. Même pas un bonjour. Je trouvais ça triste.” Pour casser la morosité ambiante, Allan est allé au contact des autres usagers.

Créer du lien social
Respectueux et bienveillant, Allan aborde les gens, les prend en photo et, entre deux arrêts, leur pose quelques questions sur leur vie. “Je pars du principe que l’on a tous à apprendre les uns des autres et que chacun doit pouvoir avoir la parole.” Une démarche altruiste qui a intéressé les internautes : 95 000 personnes ont visité son blog en cinq mois.
Selon le même principe, Julien B. a ouvert son Tumblr,  Premiers Métros, en décembre 2013. “Je sens que les gens sont reconnaissants lorsque je manifeste un intérêt pour eux. Finalement, lorsque l’on s’intéresse à Monsieur et Madame Tout-le-Monde, cela plaît et c’est positif.” Julien voudrait également “créer du lien social dans les interstices de cette société individualiste et remettre un peu d’humanité dans le ventre de Paris”. Depuis qu’il a commencé, lui-même s’étonne que 70% des passagers acceptent de répondre à ses questions. Quant à son site, il enregistre un nombre croissant de visites.
En proposant aux internautes des portraits authentiques et spontanés d’inconnus croisés dans la rue ou les transports en commun, ces trois jeunes gens humanisent l’espace public. Dénués de toute velléité voyeuriste, ils tentent à leur échelle de créer du lien, d’inciter les gens à sortir de leur bulle et à s’ouvrir au monde qui les entoure. Le succès de ces initiatives témoigne d’une curiosité certaine, mais aussi du besoin de communiquer et de partager. Même si Allan déplore qu’au XXIe siècle il faille “en passer par de telles initiatives pour aller vers les autres”.
le 06 février 2014 à 14h33