Aurélien

by 3/10/2014 0 commentaires

Bonsoir à tous, 


Après une journée de travail qui n'en finissait plus (j'ai eu un truc à terminer et donc j'ai fini bien plus tard que prévu), c'est sur le retour que j'ai rencontré mon inconnu du jour, et quelle rencontre !

Je vous présente Aurélien, 22 ans.

Dans la vie Aurélien est coiffeur, et il aime son travail : " J'ai d'abord passé mon Bac ES et c'est une fois mon diplôme en poche que j'ai repris un CAP coiffure. Une vocation depuis longtemps ! "
Il aime dans son métier faire les couleurs aux clients, le plaisir d’embellir et mettre en valeur la personne : " En changeant de coupe de cheveux ou de couleur, la personne peut ne pas se reconnaître et se trouver plus belle, c'est valorisant ! Tu sais les cheveux, c'est le miroir de l'âme. "

Je vous parlais de rencontre improbable tout simplement parce qu'Aurélien n'est pas un coiffeur comme les autres : il travaille à Pékin. " Je suis coiffeur dans un salon français à Pékin. Là je reviens une semaine en France le temps de refaire mon visa et je repars, je l'espère, pour un an là-bas. "

Je lui demande comment on devient coiffeur à Pékin : " Bah tu réponds à une annonce au Pôle Emploi tout simplement, j'ai tenté l'aventure et pour moi c'est génial ! "

Et les coiffeurs français, c'est demandé à Pékin ? " Oui carrément, les chinois ne savent pas couper les cheveux des européens, on a principalement que des clients expatriés (français, anglais, hollandais, etc.) et c'est aussi parce que ce n'est pas leur culture. "(rires)

Je lui demande de m'apprendre quelque chose sur son métier : " Je vais t'apprendre un truc que j'ai encore redit cet après-midi. Une couleur n'éclaircit pas une autre couleur ! Cela veut dire que si tu as les cheveux noirs et bien c'est impossible de devenir blond ! " (rires)

Mon inconnu de Pékin aime sortir avec ses amis, lire - son dernier livre ' Sauve-moi ! ' de Guillaume Musso, et danser.
Il n'aime pas l'intolérance, les épinards et Jean Dujardin : " je trouve qu'il a pris le melon ! Ah je n'aime pas aussi la pollution et à Pékin c'est une catastrophe - pour exemple la fenêtre de mon ancien appartement donnait sur un building à 500 mètres et bien je ne le voyais pas tellement c'est pollué ! Obligé d'acheter un masque pour te protéger tellement l'air est mauvais, c'est fou ! " (rires)

Je rebondis sur le fait qu'il n'aime pas les épinards, en lui demandant ce qu'un expatrié mange à Pékin ? " Bah tu manges comme eux, il y a des trucs super bons et d'autres moins. J'ai tenté les gros vers blancs ... ça c'est pas bon haha, par contre le serpent c'est super bon ! "

Merci Aurélien et bonne continuation à Pékin.


A.