Nicolas

by 2/12/2016 2 commentaires


Bonsoir à tous, 

Ayant un peu de temps après le travail je suis allé faire un tour sur la ligne 2, j'ai décidé de m'arrêter à l'arrêt Motte Rouge et j'ai abordé mon premier inconnu de la journée. Et gros coup de chance, il a accepté tout de suite !

Je vous présente Nicolas, 31 ans.

Dans la vie Nicolas est étudiant : " Je suis en Master 2 de sociologie sportive et actuellement je suis en stage dans une structure. En quoi ça consiste ? C'est comme son nom l'indique de la sociologie dans le milieu sportif, ou devrais-je dire de la sociologie à travers le sport ! C'est pour travailler dans des fédérations, des comités, des ligues ... Par exemple avec le sport on peut être amené à proposer des projets dans un quartier pour des jeunes. C'est très administratif mais passionnant ! " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur ses études : " Waouh !! Là tu me prends de cours ... J'en sais rien, c'est dur ton truc ! (rires) On fait aussi du juridique, on étudie les lois et les jurisprudences. Par exemple, on a étudié la jurisprudence BOSMAN. Qui a considérablement changé le monde du sport avec la 'fin de l'exception sportive', super intéressant ! Et si je devais te donner une qualité pour faire ses études je dirais : la patience. "

Et puis Nicolas a commencé à me parler de lui plus personnellement : " J'ai la double nationalité, je suis franco-chilien mais mes parents sont chilien. Ils ont fuit le Chili en 1982 à cause de Pinochet et de son régime dictatorial ; mon père n'avait même plus le droit d'étudier et sont arrivés en France en tant que réfugiés politiques. Nous y sommes retournés en 1994 (il est né en France à Nantes) et y sont toujours d'ailleurs. Pour ma part, cela fait 3 ans que je suis en France car j'ai quitté le Chili sur un coup de tête j'avais envie de venir étudier ici. Et qu'elle surprise ici ! Le coût des études n'est pas cher du tout par rapport à la-bas, tu sais dans mon autre pays je suis endetté pour des dizaines d'années. Faire des études c'est soit pour les élites, soit pour les banques car ils te prêtent l'argent mais à des taux faramineux ... Pour moi ça a été l'endettement et ce pour plusieurs dizaines d'années. Je payais 200 à 300€ par mois pour étudier, ici c'est à l'année ... J'ai halluciné !! 
Ce que je faisais au Chili ? J'étais prof de sport puis vu que je ne trouvais plus de taf, j'étais 'pion' dans un collège. C'est d'ailleurs le fait de ne pas trouver de travail dans mon domaine qui m'a amené à reprendre mes études, ici en France. 
- Et alors y a-t-il une grande différence ? 
- C'est pareil, c'est ce qui me déçoit le plus ! La Fac c'est pas assez encadrés, les profs font un peu ce qu'ils veulent ... Et puis dans mon domaine c'est pareil : des élus à ces postes qui sont des vieux qui aiment le confort, mangent des petits four, du champagne et ne sont jamais sur le terrain. Donc je pense retourner au Chili après avoir terminé ! " 

Il aime le judo - il est ceinture bleue, contempler les paysages, les sorties, faire du vélo et bien sûr ma copine : " Je bosse les weekends dans une structure pour des mineurs étrangers isolés, j'adore ça c'est passionnant et très enrichissant ! "

Il n'aime pas se lever tôt : " Sinon j'aime tout, je ne suis pas difficile ! "

" Une personne qui t'a marqué ou t'influence aujourd'hui ? 
- Mon père et ma mère : Fernando et Claudia. Pour leur parcours de vie extraordinaire, pour les valeurs qu'ils mon inculqués, pour leur soutien, etc. Mon père en arrivant en France en 1982 a repris ses études et ça n'a pas été simple. D'ailleurs, comme moi ça a été très dur le français quand je suis arrivé il y a 3 ans ! Et puis je suis très proche d'eux, comme les études coûtent cher au Chili on reste longtemps chez nos parents, je suis parti de chez eux à 27 ans. Ça renforce aussi nos liens et me donnent toute l'énergie nécessaire pour persévérer."

" Es-tu heureux aujourd'hui ? 
- Là tout de suite je suis fatigué mais heureux. Tout se passe bien pour moi car j'ai un stage, et une super copine tout va bien ! " (rires)

Le mot de la fin : " Bonne chance à toi dans ton projet et merci ! " 

Merci à toi Nicolas et à une prochaine dans le tram, c'était passionnant de t'entendre me raconter ton parcours !


A.