Charles

by 5/30/2016 1 commentaires

Bonsoir à tous, 

C'est en montant dans le tramway que j'aperçois un jeune homme plongé dans un livre. Je m’assoies en face de lui et demande s'il veut bien être mon inconnu du jour ?

Je vous présente Charles, 29 ans.

Dans la vie Charles est boucher : " 2 ans que je fais ce job et c'est une vraie passion ! J'aime le côté manuel du métier et le fait que ce soit recherché. Rien à voir avec mon ancien métier : j'étais banquier et ce n'est pas une blague. (rires) Je n'aimais pas ce travail, je me sentais inutile et même si je gagnais bien ma vie j'avais besoin d'un métier plus 'réel'. J'ai mis un peu de temps à réaliser que la banque ce n'était, tout simplement, pas fait pour moi. J'ai donc cherché un métier et dans mon choix j'ai été très pragmatique : je voulais un métier qui recrute et dans lequel je pouvais m'épanouir personnellement. J'avais arrêté mon choix sur 2 métiers : boucher ou tuyauteur-soudeur, j'ai donc effectué 2 stages avec 'Pôle Emploi' et après une semaine chez un boucher, j'ai su que c'était ce que je voulais faire ! 
C'est dur, moins confortable que mon métier de banquier mais l'équipe est cool, je m'éclate et même si je ne compte pas mes heures je prends plaisir à aller au travail. " 

Je lui demande de m'apprendre un truc sur son métier : " Avant d'avoir un morceau de viande brute, on doit la désosser, on sépare tous les groupes musculaires entre eux, on épluche chaque muscles. Ce n'est pas juste couper dans de la carcasse, il y a un vrai savoir-faire ... C'est plus complexe qu'il n'y parait ! "

Il aime lire - BD/Mangas/romans de science-fiction et sortir avec ses potes : " Je dois avouer que je bosse 7j/7 dans le but d'apprendre vite et de rattraper mon retard par rapport aux autres collègues et donc que ma vie sociale en a un peu prit un coup depuis un an. " (rires)

Il n'aime pas la bêtise, le navet et les incivilités : " Je crois que c'est un peu d'actualité tout ça ! " 

" Es-tu heureux aujourd'hui ? 
- Oui. Je trouve que la vie est belle et vaut la peine d'être vécue, je dois bien avouer que je n'ai pas à me plaindre : j'ai un taf, la santé et une famille sur qui compter. Tout va bien pour moi ! "

Le mot de la fin : " C'était bien cool de discuter avec toi, ça change ! "

Merci Charles et à une prochaine dans le tramway.


A.